26 octobre 2021 ; 7(5): 666–681.
Publié en ligne le 29 septembre 2021.
PMCID : PMC8580522
PMID : 

Preuve d'un lien entre la maladie à coronavirus-19 et l'exposition aux rayonnements radiofréquences des communications sans fil, y compris la 5G

Page originale : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8580522/ 

Contexte et objectif :

La politique de santé publique concernant la maladie à coronavirus (COVID-19) s'est concentrée sur le virus du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) et ses effets sur la santé humaine, tandis que les facteurs environnementaux ont été largement ignorés. En considérant la triade épidémiologique (agent-hôte-environnement) applicable à toutes les maladies, nous avons examiné un facteur environnemental possible dans la pandémie de COVID-19 : le rayonnement radiofréquence ambiant des systèmes de communication sans fil, y compris les micro-ondes et les ondes millimétriques.Le SRAS-CoV-2, le virus qui a renforcé la pandémie de COVID-19, a fait surface à Wuhan, en Chine, peu de temps après la mise en œuvre du rayonnement des communications sans fil à l'échelle de la ville ( cinquième génération [5G] [WCR]), et s'est rapidement propagé à l'échelle mondiale, démontrant initialement une corrélation statistique avec les communautés internationales avec des réseaux 5G récemment établis. Dans cette étude, nous avons examiné la littérature scientifique obtenue par des paires sur les effets biologiques bénéfiques de la BFR et identifiés plusieurs mécanismes par lesquels la BFR pourrait avoir entraîné la pandémie de COVID-19 en tant que cofacteur environnemental toxique.En franchissant les frontières entre les disciplines de la biophysique et de la physiopathologie, nous présentons des preuves que la WCR peut : (1) provoquer des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d'échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l 'hypercoagulation ; (2) altérer la microcirculation et réduire les taux d'érythrocytes et d'hémoglobine exacerbant l'hypoxie ; (3) amplifier le dysfonctionnement du système immunitaire, y compris l'immunosuppression, l'auto-immunité et l'hyperinflammation ; (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulairenous avons examiné la littérature scientifique attribuée par des paires sur les effets biologiques bénéfiques de la BFR et identifiés plusieurs mécanismes par lesquels la BFR pourrait avoir reçu à la pandémie de COVID-19 en tant que cofacteur environnemental toxique. En franchissant les frontières entre les disciplines de la biophysique et de la physiopathologie, nous présentons des preuves que la WCR peut : (1) provoquer des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d'échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l 'hypercoagulation ; (2) altérer la microcirculation et réduire les taux d'érythrocytes et d'hémoglobine exacerbant l'hypoxie ;(3) amplifier le dysfonctionnement du système immunitaire, y compris l'immunosuppression, l'auto-immunité et l'hyperinflammation ; (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulaire nous avons examiné la littérature scientifique obtenue par des paires sur les effets biologiques producteurs de la BFR et identifiés plusieurs mécanismes par lesquels la BFR pourrait avoir reçu à la pandémie de COVID-19 en tant que cofacteur environnemental toxique.En franchissant les frontières entre les disciplines de la biophysique et de la physiopathologie, nous présentons des preuves que la WCR peut : (1) provoquer des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d'échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l 'hypercoagulation ; (2) altérer la microcirculation et réduire les taux d'érythrocytes et d'hémoglobine exacerbant l'hypoxie ; (3) amplifier le dysfonctionnement du système immunitaire, y compris l'immunosuppression, l'auto-immunité et l'hyperinflammation ; (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulairenous présentons des preuves que la WCR peut : (1) provoquer des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d'échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l'hypercoagulation ; (2) altérer la microcirculation et réduire les taux d'érythrocytes et d'hémoglobine exacerbant l'hypoxie ; (3) amplifier le dysfonctionnement du système immunitaire, y compris l'immunosuppression, l'auto-immunité et l'hyperinflammation ; (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulairenous présentons des preuves que la WCR peut : (1) provoquer des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d'échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l'hypercoagulation ; (2) altérer la microcirculation et réduire les taux d'érythrocytes et d'hémoglobine exacerbant l'hypoxie ; (3) amplifier le dysfonctionnement du système immunitaire, y compris l'immunosuppression, l'auto-immunité et l'hyperinflammation ; (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulaire(4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulaire (4) augmenter le stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres entraînant des lésions vasculaires et des dommages aux organes ; (5) augmenter Ca intracellulaire 2+ essentiel pour l'entrée, la réplication et la libération virales, en plus de favoriser les voies pro-inflammatoires ; et (6) aggraver les arythmies cardiaques et les troubles cardiaques.

Pertinence pour les patients :

En bref, le WCR est devenu un facteur de stress environnemental omniprésent qui, selon nous, pourrait avoir à des effets bénéfiques sur la santé des patients infectés par le SRAS-CoV-2 et accumuler la gravité de la pandémie de COVID-19. Par conséquent, nous recommandons que toutes les personnes, en particulier celles qui favorisent une infection par le SRAS-CoV-2, indiquent leur exposition au WCR autant que raisonnablement possible jusqu'à ce que de nouvelles recherches clarifient mieux les effets systémiques sur la santé associés à l'exposition chronique au WCR.

Mots-clés : COVID-19, Coronavirus, maladie à coronavirus-19, syndrome respiratoire aigu sévère, coronavirus 2, stress électromagnétique, champs électromagnétiques, facteur environnemental, micro-onde, onde millimétrique, pandémie, santé publique, radiofréquence, radiofréquence, sans fil

 

1. Introduction

1.1. Plan arrière

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est au centre de la politique internationale de santé publique depuis 2020. Malgré des protocoles de santé publique sans précédent pour étouffer la pandémie, le nombre de cas de COVID-19 continue d'augmenter. Nous éviterons une réévaluation de nos stratégies de santé publique.

Selon le Center for Disease Control and Prevention (CDC), le modèle le plus simple de causalité de la maladie est la triade épidémiologique composée de trois facteurs interactifs : l'agent (pathogène), l'environnement et l'état de santé de l 'hôte [  ]. Des recherches approfondies sont en cours sur l'agent, le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Les facteurs de risque qui ont rendu un hôte plus susceptibles de succomber à la maladie ont été élucidés. Cependant, les facteurs environnementaux n'ont pas été suffisamment explorés. Dans cet article, nous avons pesé le rôle du rayonnement des communications sans fil (WCR), un facteur de stress environnemental.

Nous explorons les preuves scientifiques suggérant une relation possible entre le COVID-19 et le rayonnement radiofréquence lié à la technologie de communication sans fil, y compris la cinquième génération (5G) de technologie de communication sans fil, désormais appelée WCR. Le WCR a déjà été reconnu comme une forme de pollution de l'environnement et un facteur de stress physiologique [  ]. L'évaluation des effets potentiellement potentiels de la WCR sur la santé peut être cruciale pour développer une politique de santé publique efficace et rationnelle qui peut aider à accélérer l'éradication de la pandémie de COVID-19.De plus, comme nous sommes sur le point de réussir la 5G dans le monde entier, il est essentiel de prendre en compte les effets potentiellement néfastes sur la santé du WCR avant que le public ne soit potentiellement lésé.

La 5G est un protocole qui utilise des bandes hautes fréquences et des bandes passantes étendues du spectre électromagnétique dans la vaste gamme de radiofréquences de 600 MHz à près de 100 GHz, qui comprend les ondes millimétriques (> 20 GHz), en plus de la troisième génération actuellement utilisée (3G) et les bandes hyperfréquences à évolution à long terme (LTE) de quatrième génération (4G). Les attributions de spectre de fréquences 5G diffèrent d'un pays à l'autre. Des faisceaux de rayonnement pulsés focalisés seront émis à partir de nouvelles stations de base et d'antennes à réseau en phase placées à proximité des bâtiments fois que des personnes accéderont au réseau 5G.Ces hautes fréquences étant fortement alimentées par l'atmosphère et notamment en cas de pluie, la portée d'un émetteur est limitée à 300 mètres. Par conséquent, la 5G nécessite que les stations de base et les antennes soient beaucoup plus rapprochées que les générations précédentes. De plus, les satellites dans l'espace émettront des bandes 5G à l'échelle mondiale pour créer un Web mondial sans fil. Le nouveau système nécessite donc une densification importante des infrastructures 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G susceptibles d'augmenter ainsi l'exposition de la population au BFR tant à l'intérieur des structures qu'à l'extérieur. Environ 100 000 émetteurs de satellites devraient être lancés en orbite.Cette infrastructure modifie l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, notamment les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets. Le nouveau système nécessite donc une densification importante des infrastructures 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G susceptibles d'augmenter ainsi l'exposition de la population au BFR tant à l'intérieur des structures qu'à l'extérieur.Cette infrastructure modifie l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, notamment les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets. Le nouveau système nécessite donc une densification importante des infrastructures 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G susceptibles d'augmenter ainsi l'exposition de la population au BFR tant à l'intérieur des structures qu'à l'extérieur.Cette infrastructure modifie l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, notamment les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets. 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifie l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains.La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, notamment les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets. 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifie l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, notamment les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets.

La norme mondiale de l'industrie pour la 5G est établie par le projet de partenariat 3G (3GPP), qui est un terme générique pour plusieurs organisations développées des protocoles standard pour les télécommunications mobiles. La norme 5G spécifique tous les aspects clés de la technologie, y compris l'attribution du spectre de fréquences, la formation de faisceaux, l'orientation de faisceaux, le multiplexage d'entrées multiples, les schémas de sorties multiples, ainsi que les schémas de modulation, entre autres. La 5G utilisera de 64 à 256 antennes sur de courtes distances pour desservir simultanément un grand nombre d'appareils au sein d'une cellule.La dernière norme 5G finalisée, la version 16, est codifiée dans le rapport technique TR 21.916 publié par le 3GPP et peut être téléchargée à partir du serveur 3GPP à l'adresse : https://www.3gpp.org/specifications. Les ingénieurs affirment que la 5G offrira des performances jusqu'à 10 fois supérieures à celles des réseaux 4G actuels [  ].

Le COVID-19 a commencé à Wuhan, en Chine, en décembre 2019, peu de temps après que la 5G à l'échelle de la ville soit "mise en service", c'est-à-dire devenu un système opérationnel, le 31 octobre 2019. Des épidémies de COVID-19 ont rapidement suivi dans d'autres zones où la 5G avait également été au moins partiellement mis en œuvre, notamment en Corée du Sud, en Italie du Nord, à New York, à Seattle et en Californie du Sud. En mai 2020, Mordachev [  ] a rapporté une corrélation statistiquement significative entre l'intensité du rayonnement radiofréquence et la mortalité par SRAS-CoV-2 dans 31 pays à travers le monde.Au cours de la première vague pandémie aux États-Unis, les cas et les décès attribués au COVID-19 étaient statistiquement plus élevés dans les États et les villes dotées d'une infrastructure 5G que dans les États et les villes qui ne disposaient pas encore de cette technologie [  ].

Il existe un grand nombre de publications désignées par des paires, depuis avant la Seconde Guerre mondiale, sur les effets biologiques de la WCR qui ont un impact sur de nombreux aspects de notre santé. En examinant cette littérature, nous avons trouvé des intersections entre la physiopathologie du SRAS-CoV-2 et les effets biologiques nuisibles de l'exposition au WCR. Ici, nous présentons les preuves suggérant que le BFR a été un facteur contributif possible exacerbant le COVID-19.

1.2. Aperçu sur le COVID-19

La présentation clinique du COVID-19 s'est avérée très variable, avec un large éventail de symptômes et une variabilité d'un cas à l'autre. Selon le CDC, les premiers symptômes de la maladie peuvent inclure des maux de gorge, des maux de tête, de la fièvre, de la toux, des frissons, entre autres. Des symptômes plus graves, notamment un essoufflement, une forte fièvre et une fatigue intense, peuvent survenir à un stade ultérieur. La séquelle neurologique de la perte du goût et de l'odorat a également été décrite.

Ing et al . [  ] ont déterminé que 80 % des personnes susceptibles présentaient des symptômes légers ou aucun, mais les populations plus âgées et celles souffrant de comorbidités, telles que l'hypertension, le diabète et l'obésité, présentaient un risque plus élevé de maladie grave [  ]. Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) peut survenir rapidement [  ] et provoquer un essoufflement grave, car les cellules endothéliales tapissant les vaisseaux sanguins et les cellules épithéliales tapissant les voies respiratoires perdant leur intégrité et les fuites de liquide riche en protéines dans les sacs aériens adjacents.Le COVID-19 peut provoquer des niveaux d'oxygène insuffisants (hypoxie) qui ont été observés chez jusqu'à 80 % des patients des unités de soins intensifs (USI) [  ] présentant une détresse respiratoire. Une diminution de l'oxygénation et des niveaux élevés de dioxyde de carbone dans le sang des patients ont été observés, bien que l'étiologie de ces résultats reste incertaine.

Des dommages oxydatifs massifs aux poumons ont été observés dans les zones d'opacification de l'espace aérien documentées sur les radiographies thoraciques et les tomodensitogrammes (TDM) chez les patients atteints de pneumonie à SRAS-CoV-2 [  ]. Ce stress cellulaire peut indiquer une étiologie biochimique plutôt que virale [  ].

Parce que le virus disséminé peut se fixer aux cellules contenant un récepteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2); il peut se propager et endommager les organes et les tissus mous dans tout le corps, y compris les poumons, le cœur, les intestins, les reins, les vaisseaux sanguins, la graisse, les testicules et les ovaires, entre autres. La maladie peut augmenter l'inflammation systémique et induire un état d'hypercoagulabilité. Sans anticoagulation, les caillots sanguins intravasculaires peuvent être dévastateurs [  ].

Chez les patients COVID-19 appelés « longs-courriers », les symptômes peuvent croître et diminuer pendant des mois [  ]. L'essoufflement, la fatigue, les douleurs articulaires et les douleurs thoraciques peuvent devenir des symptômes persistants. Un brouillard cérébral post-infectieux, une arythmie cardiaque et une hypertension d'apparition récente ont également été décrits. Les complications chroniques à long terme de la COVID-19 sont définies à mesure que les données épidémiologiques sont recueillies au fil du temps.

Alors que notre compréhension de la COVID-19 continue d'évoluer, les facteurs environnementaux, en particulier ceux des champs électromagnétiques des communications sans fil, restent des variables inexplorées qui peuvent contribuer à la maladie, y compris sa gravité chez certains patients. Ensuite, nous résumons les effets biologiques de l'exposition au WCR à partir de la littérature scientifique requise par des paires publiées au fil des décennies.

1.3. Aperçu des effets biologiques de l'exposition au WCR

Les organismes sont des êtres électrochimiques. WCR de bas niveau des appareils, y compris les antennes de base de téléphonie mobile, les protocoles de réseau sans fil utilisés pour la mise en réseau locale des appareils et l'accès à Internet, sous la marque Wi-Fi (officiellement protocole de séquence directe IEEE 802.11b ; IEEE, Institute of Electrical and Electronic Engineers) par l'alliance Wi-Fi, et les téléphones portables, entre autres, peuvent perturber la régulation de nombreuses fonctions physiologiques.Des effets biologiques non thermiques (inférieurs à la densité de puissance qui provoquent l'échauffement des tissus) ont résulté d'une exposition à très faible niveau de WCR ont été signalés dans de nombreuses publications scientifiques requises par des paires à des densités de puissance inférieures aux directives d'exposition de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) [  ]. Il a été constaté que le BFR de faible niveau a un impact sur l'organisme à tous les niveaux d'organisation, du niveau moléculaire au niveau cellulaire, physiologique, comportemental et psychologique. De plus, il a été démontré qu'il provoquait des effets systémiques néfastes sur la santé, notamment un risque accru de cancer [ ], des modifications endocriniennes [  ], une production accrue de radicaux libres [  ], des dommages à l'acide désoxyribonucléique (ADN) [  ], des modifications du système reproducteur [  ], des troubles d'apprentissage et de mémoire [  ] et des troubles neurologiques [  ]. Ayant évolué dans le fond de radiofréquence naturelle extrêmement bas de la Terre, les organismes n'ont pas la capacité de s'adapter aux niveaux accumulés de rayonnement non naturel de la technologie de communication sans fil avec une modulation numérique qui comprend de courtes impulsions intenses (rafales).

La littérature scientifique mondiale désignée par des paires a documenté des preuves d'effets biologiques durables de l'exposition aux WCR, y compris les fréquences 5G sur plusieurs décennies. La littérature soviétique et d'Europe de l'Est des années 1960 aux années 1970 démontrent des effets biologiques significatifs, même à des niveaux d'exposition plus de 1000 fois inférieurs à 1 mW/cm 2 , la directive actuelle pour l'exposition publique maximale aux États-Unis. Des études orientales sur des sujets animaux et humains ont été réalisées à de faibles niveaux d'exposition (<1 mW/cm 2 ) pendant de longues durées (généralement des mois). Effets biologiques nocifs des niveaux d'exposition au BFR inférieurs à 0,ont également été documentés dans la littérature occidentale. Des dommages à la viabilité du sperme humain, y compris la fragmentation de l'ADN par des ordinateurs portables connectés à Internet à des densités de puissance de 0,0005 à 0,001 mW/cm 2 ont été signalés [  ]. L'exposition humaine chronique à 0,000006 – 0,00001 mW/cm 2 a produit des changements significatifs dans les hormones de stress humaines suite à l'installation d'une station de base de téléphonie mobile [  ]. Les expositions humaines au rayonnement des téléphones portables à 0,00001 – 0,00005 mW/cm 2 ont exercé des plaintes de maux de tête, des problèmes neurologiques, des problèmes de sommeil et des problèmes de concentration, correspondant au « mal des micro-ondes » [  ,  ]. Les effets du WCR sur le développement prénatal chez des souris placées à proximité d'un « parc d'antennes » exposent à des densités de puissance de 0,000168 à 0,001053 mW/cm 2 ont montré une diminution progressive du nombre de nouveau -nés et abouti à une infertilité irréversible [  ]. La plupart des recherches américaines ont été effectuées sur de courtes durées de quelques semaines ou moins. Ces dernières années, il y a peu d'études à long terme sur des animaux ou des humains.

La maladie due à l'exposition à la WCR a été documentée depuis les premières utilisations du radar. Une exposition prolongée aux micro-ondes et aux ondes millimétriques du radar a été associée à divers troubles appelés « maladie des ondes radio » il y a des décennies par des scientifiques russes. Une grande variété d'effets biologiques provenant des densités de puissance non thermiques de la WCR ont été signalées par des groupes de recherche soviétiques depuis les années 1960. Une bibliographie de plus de 3700 références sur les effets biologiques signalés dans la littérature scientifique mondiale a été publiée en 1972 (révisée en 1976) par l'US Naval Medical Research Institute [  ,  ].Plusieurs études russes pertinentes sont résumées comme suit. Recherche sur Escherichia coli les cultures bactériennes ont montré des fenêtres de densité de puissance pour les effets de résonance micro-ondes pour une stimulation de la croissance bactérienne à 51,755 GHz, ont montré des densités de puissance extrêmement faibles de 10 -13 mW/cm 2 [  ], illustrant un effet biologique de niveau extrêmement faible. Plus récemment, des études russes ont confirmé des résultats antérieurs de groupes de recherche soviétiques sur les effets de 2,45 GHz à 0,5 mW/cm 2 sur des rats (30 jours d'exposition pendant 7 h/jour), démontrant la formation d'anticorps dirigés contre le cerveau (réponse auto-immune) et le stress réactions [  ]. Dans une étude à long terme (1 à 4 ans) comparant des enfants qui utilisent des téléphones portables à un groupe témoin, des changements fonctionnels, notamment une plus grande fatigue, une diminution de l'attention volontaire et un affaiblissement de la mémoire sémantique, entre autres changements psychophysiologiques indésirables, ont été signalés [  ].Les principaux rapports de recherche russes qui sous-tendent la base scientifique des directives d'exposition aux WCR soviétiques et russes pour protéger le public, qui sont bien inférieurs aux directives américaines, ont été résumés [  ].

Par comparaison avec les niveaux d'exposition utilisés dans ces études, nous avons mesuré le niveau ambiant de WCR de 100 MHz à 8 GHz au centre-ville de San Francisco, en Californie, en décembre 2020, et avons trouvé une densité de puissance moyenne de 0,0002 mW/cm 2 . Ce niveau est issu de la superposition de plusieurs appareils WCR. Il est environ 2 × 10 10 fois supérieur au fond naturel.

Le rayonnement radiofréquence pulsé tel que WCR présente des effets biologiques supposés différents, à la fois qualitatifs et quantitatifs (généralement plus prononcés) par rapport aux ondes continues à des densités de puissance moyenne dans le temps similaire [  -  ]. Les mécanismes d'interaction spécifiques ne sont pas bien compris. Tous les types de communications sans fil utilisent des fréquences extrêmement basses (ELF) dans la modulation des signaux porteurs radiofréquence, généralement des impulsions pour augmenter la capacité des informations transmises.Cette combinaison de rayonnement radiofréquence avec modulation(s) ELF est généralement plus bioactive, car on suppose que les organismes ne peuvent pas s'adapter facilement à des formes d'onde aussi changeantes [  -  ]. Par conséquent, la présence de composants ELF d'ondes radiofréquences provenant d'impulsions ou d'autres modulations doit être prise en compte dans les études sur les effets biologiques de la WCR. Malheureusement, le signalement de telles modulations n'a pas été fiable, en particulier dans les études plus anciennes [  ].

Le rapport BioInitiative [  ], rédigé par 29 experts de dix pays et mis à jour en 2020, fournit un résumé scientifique contemporain de la littérature sur les effets biologiques et les conséquences sur la santé de l'exposition au WCR, y compris un recueil de recherches à l'appui. Des revues récentes ont été publiées [  -  ]. Deux revues complètes sur les effets biologiques des ondes millimétriques rapportent que même des expositions à court terme produisent des effets biologiques marqués [  ,  ].

2. Méthodes

Une étude bibliographique en cours sur le déroulement de la physiopathologie du SRAS-CoV-2 a été réalisée. Pour étudier un lien possible avec les effets biologiques de l'exposition au WCR, nous avons examiné plus de 250 rapports de recherche évalués par des paires de 1969 à 2021, y compris des revues et des études sur des cellules, des animaux et des humains . Nous avons inclus la littérature mondiale en anglais et des rapports russes traduits en anglais, sur les fréquences radio de 600 MHz à 90 GHz, le spectre des ondes porteuses du WCR (2G à 5G inclus), avec un accent particulier sur les densités de puissance non thermiques et faibles (<1 mW /cm 2 ), et les expositions à long terme. Les termes de recherche suivants ont été utilisés dans les requêtes dans MEDLINE® et le Defense Technical Information Center (https://discover.dtic.mil) pour trouver les rapports d'études pertinents : rayonnement radiofréquence, micro-onde, onde millimétrique, radar, MHz, GHz, sang, globule rouge, érythrocyte, hémoglobine, hémodynamique, oxygène , hypoxie, vasculaire, inflammation, pro-inflammatoire, immunitaire, lymphocytaire, lymphocyte T, cytokine, calcium intracellulaire, fonction sympathique, arythmie, cardiaque, cardiovasculaire, stress oxydatif, glutathion, espèces réactives de l'oxygène (ROS ), COVID-19, virus, et SRAS-CoV-2. Des études professionnelles sur des travailleurs exposés au BFR ont été inclus dans l'étude.Notre approche s'apparente à la découverte liée à la littérature, dans laquelle deux concepts qui n'ont jusqu'à présent pas été liés sont explorés dans les recherches documentaires pour rechercher des liens afin de produire des connaissances nouvelles, intéressantes, plausibles et intelligibles , c'est-à-dire une découverte potentielle. [  ]. À partir de l'analyse de ces études en comparaison avec de nouvelles informations sur la physiopathologie du SRAS-CoV-2, nous avons identifié plusieurs façons dont les effets biologiques indésirables de l'exposition à la WCR se croisent avec les manifestations de la COVID -19 et ont organisé nos résultats en cinq catégories.

3. Résultats

Tableau 1répertorie les manifestations communes au COVID-19, y compris la progression de la maladie et les effets biologiques indésirables correspondants de l'exposition à la WCR. Bien que ces effets soient répartis en catégories - changements sanguins, stress oxydatif, perturbation et activation du système immunitaire, augmentation du calcium intracellulaire (Ca 2+ ) et effets cardiaques - il faut souligner que ces effets ne sont pas indépendants les uns des autres. Par exemple, la coagulation sanguine et l'inflammation ont des mécanismes qui se chevauchent, et le stress oxydatif est impliqué dans les changements morphologiques des érythrocytes ainsi que dans l'hypercoagulation, l'inflammation et les lésions organiques.

Tableau 1

Effets biologiques de l'exposition aux rayonnements de communication sans fil (WCR) en relation avec les manifestations de la COVID-19 et leur progression
Effets biologiques de l'exposition aux rayonnements des communications sans fil (WCR) Manifestations COVID-19
Changements sanguins
 À court terme : rouleaux, échinocytes À
 long terme : temps de coagulation du sang réduit, hémoglobine réduite, troubles hémodynamiques
Changements sanguins
 Rouleaux, échinocytes
 Effets de l'hémoglobine ; effets vasculaires
 → Diminution de l'hémoglobine en cas de maladie grave ; anémie hémolytique auto-immune ; hypoxémie et hypoxie
 → Lésion endothéliale ; microcirculation altérée ; hypercoagulation; coagulopathie intravasculaire disséminée (CIVD); embolie pulmonaire ; accident vasculaire cérébral
Stress oxydatif
 Diminution du niveau de glutathion ; augmentation des radicaux libres et du peroxyde lipidique ; diminution de l'activité de la superoxyde dismutase ; lésion oxydative dans les tissus et les organes
Stress oxydatif
 Diminution du niveau de glutathion ; augmentation et dommages des radicaux libres; apoptose → Lésion oxydative ; dommages aux organes dans les maladies graves
Perturbation et activation du système
 immunitaire Suppression immunitaire dans certaines études ; hyperactivation immunitaire dans d'autres études
 À long terme : suppression des lymphocytes T ; augmentation des biomarqueurs inflammatoires ; auto-immunité; lésion d'organe
Perturbation et activation du système immunitaire
 Diminution de la production de lymphocytes T; biomarqueurs inflammatoires élevés.
 → Hyperactivation immunitaire et inflammation ; tempête de cytokines dans les maladies graves ; hypoperfusion induite par les cytokines avec hypoxie résultante ; blessure aux organes; défaillance d'organe
Augmentation du calcium intracellulaire
 De l'activation des canaux calciques voltage-dépendants sur les membranes cellulaires, avec de nombreux effets secondaires
Augmentation du calcium intracellulaire
 → Augmentation de l'entrée, de la réplication et de la libération du virus
 → Augmentation du NF-κB, des processus pro-inflammatoires, de la coagulation et de la thrombose
Effets cardiaques
 Régulation à la hausse du système nerveux sympathique; palpitations et arythmies
Effets cardiaques
 Arythmies
 →Myocardite ; ischémie myocardique; blessure cardiaque; insuffisance cardiaque

Des preuves à l'appui, y compris les détails de l'étude et les citations, sont fournies dans le texte sous chaque titre, c'est-à-dire les changements sanguins, le stress oxydatif, etc.

3.1. Changements sanguins

L'exposition à la WCR peut provoquer des changements morphologiques dans le sang facilement visibles par contraste de phase ou microscopie à fond noir d'échantillons de sang périphérique vivants. En 2013, Havas a observé une agrégation d'érythrocytes, y compris des rouleaux (rouleaux de globules rouges empilés) dans des échantillons de sang périphérique vivants après une exposition humaine de 10 minutes à un téléphone sans fil de 2,4 GHz [  ]. Bien que non évalué par des pairs, l'un d'entre nous (Rubik) a étudié l'effet du rayonnement du téléphone mobile 4G LTE sur le sang périphérique de dix sujets humains, chacun ayant été exposé au rayonnement du téléphone cellulaire pendant deux intervalles consécutifs de 45 minutes [ ]. Deux types d'effets ont été observés : augmentation de l'adhésivité et de l'agglutination des globules rouges avec formation de rouleaux, et formation subséquente d'échinocytes (globules rouges hérissés). L'agglutination et l'agrégation des globules rouges sont connues pour être activement impliquées dans la coagulation du sang [  ]. La prévalence de ce phénomène sur l'exposition au WCR dans la population humaine n'a pas encore été déterminée. Des études contrôlées plus importantes devraient être réalisées pour étudier plus avant ce phénomène.

Des modifications similaires des globules rouges ont été décrites dans le sang périphérique des patients COVID-19 [  ]. La formation de rouleaux a été observée chez 1/3 des patients COVID-19, alors que la formation de sphérocytes et d'échinocytes est plus variable. L'engagement des protéines de pointe avec les récepteurs ACE2 sur les cellules tapissant les vaisseaux sanguins peut entraîner des lésions endothéliales, même lorsqu'elles sont isolées [  ]. La formation de rouleaux, en particulier dans le cadre de lésions endothéliales sous-jacentes, peut obstruer la microcirculation, entravant le transport de l'oxygène, contribuant à l'hypoxie et augmentant le risque de thrombose [  ]. La thrombogenèse associée à l'infection par le SRAS-CoV-2 peut également être causée par une liaison virale directe aux récepteurs ACE2 sur les plaquettes [  ].

Des effets sanguins supplémentaires ont été observés chez les humains et les animaux exposés à la WCR. En 1977, une étude russe a rapporté que des rongeurs irradiés avec des ondes de 5 à 8 mm (60 à 37 GHz) à 1 mW/cm 2 pendant 15 min/jour pendant 60 jours développaient des troubles hémodynamiques, supprimaient la formation de globules rouges, réduisaient l'hémoglobine et une inhibition de l'utilisation de l'oxygène (phosphorylation oxydative par les mitochondries) [  ]. En 1978, une étude russe de 3 ans sur 72 ingénieurs exposés à des générateurs d'ondes millimétriques émettant à 1 mW/cm 2 ou moins a montré une diminution de leur taux d'hémoglobine et de leurs globules rouges, et une tendance à l'hypercoagulation, alors qu'un groupe témoin montrait aucun changement [ ]. Ces effets hématologiques délétères de l'exposition au WCR peuvent également contribuer au développement de l'hypoxie et de la coagulation sanguine observées chez les patients COVID-19.

Il a été proposé que le virus SARS-CoV-2 attaque les érythrocytes et provoque la dégradation de l'hémoglobine [  ]. Les protéines virales peuvent attaquer la chaîne 1-bêta de l'hémoglobine et capturer la porphyrine, ainsi que d'autres protéines du virus catalysant la dissociation du fer de l'hème [  ]. En principe, cela réduirait le nombre d'érythrocytes fonctionnels et provoquerait la libération d'ions de fer libres susceptibles de provoquer un stress oxydatif, des lésions tissulaires et une hypoxie. L'hémoglobine étant partiellement détruite et les tissus pulmonaires endommagés par l'inflammation, les patients seraient moins capables d'échanger du dioxyde de carbone (CO 2 ) et de l'oxygène (O 2), et deviendrait appauvrie en oxygène. En fait, certains patients COVID-19 présentent des taux d'hémoglobine réduits, mesurant 7,1 g/L et même aussi bas que 5,9 g/L dans les cas graves [  ]. Des études cliniques portant sur près de 100 patients de Wuhan ont révélé que les taux d'hémoglobine dans le sang de la plupart des patients infectés par le SRAS-CoV-2 sont considérablement abaissés, ce qui compromet l'apport d'oxygène aux tissus et aux organes [  ]. Dans une méta-analyse de quatre études portant sur un total de 1210 patients et 224 atteints d'une maladie grave, les valeurs d'hémoglobine ont été réduites chez les patients COVID-19 atteints d'une maladie grave par rapport à ceux atteints de formes plus bénignes [ ]. Dans une autre étude sur 601 patients COVID-19, 14,7% des patients anémiques COVID-19 en USI et 9% des patients non-USI COVID-19 avaient une anémie hémolytique auto-immune [  ]. Chez les patients atteints de COVID-19 sévère, une diminution de l'hémoglobine ainsi qu'une vitesse de sédimentation érythrocytaire (ESR) élevée, la protéine C-réactive, la lactate déshydrogénase, l'albumine [  ], la ferritine sérique [  ] et une faible saturation en oxygène [  ] fournissent un soutien supplémentaire pour cette hypothèse. De plus, la transfusion de concentrés de globules rouges peut favoriser le rétablissement des patients COVID-19 souffrant d'insuffisance respiratoire aiguë [  ].

En bref, l'exposition au WCR et au COVID-19 peuvent avoir des effets délétères sur les globules rouges et réduire les taux d'hémoglobine contribuant à l'hypoxie dans le COVID-19. Les lésions endothéliales peuvent en outre contribuer à l'hypoxie et à de nombreuses complications vasculaires observées dans le COVID-19 [  ] qui sont abordées dans la section suivante.

3.2. Stress oxydatif

Le stress oxydatif est une pathologie non spécifique reflétant un déséquilibre entre une production accrue de ROS et une incapacité de l'organisme à détoxifier les ROS ou à réparer les dommages qu'ils causent aux biomolécules et aux tissus [  ]. Le stress oxydatif peut perturber la signalisation cellulaire, provoquer la formation de protéines de stress et générer des radicaux libres hautement réactifs, qui peuvent endommager l'ADN et la membrane cellulaire.

Le SRAS-CoV-2 inhibe les voies intrinsèques conçues pour réduire les niveaux de ROS, augmentant ainsi la morbidité. Une dérégulation immunitaire, c'est-à-dire la régulation à la hausse de l'interleukine (IL)-6 et du facteur de nécrose tumorale α (TNF-α) [  ] et la suppression de l'interféron (IFN) α et de l'IFN β [  ] ont été identifiées dans la tempête de cytokines accompagnant infections graves au COVID-19 et génère un stress oxydatif [  ]. Le stress oxydatif et le dysfonctionnement mitochondrial peuvent encore perpétuer la tempête de cytokines, aggraver les lésions tissulaires et augmenter le risque de maladie grave et de décès.

De même, un WCR de faible niveau génère des ROS dans les cellules qui causent des dommages oxydatifs. En fait, le stress oxydatif est considéré comme l'un des principaux mécanismes par lesquels l'exposition au WCR provoque des dommages cellulaires. Parmi les 100 études évaluées par des pairs actuellement disponibles portant sur les effets oxydatifs de la WCR de faible intensité, 93 de ces études ont confirmé que la WCR induit des effets oxydatifs dans les systèmes biologiques [  ]. Le WCR est un agent oxydant à fort potentiel pathogène surtout lorsque l'exposition est continue [  ].

Le stress oxydatif est également un mécanisme accepté causant des dommages endothéliaux [  ]. Cela peut se manifester chez les patients atteints de COVID-19 sévère en plus d'augmenter le risque de formation de caillots sanguins et d'aggravation de l'hypoxémie [  ]. De faibles niveaux de glutathion, le principal antioxydant, ont été observés dans un petit groupe de patients COVID-19, le niveau le plus bas étant trouvé dans les cas les plus graves [  ]. La découverte de faibles niveaux de glutathion chez ces patients soutient en outre le stress oxydatif en tant que composante de cette maladie [  ]. En fait, le glutathion, la principale source d'activité antioxydante à base de sulfhydryle dans le corps humain, peut jouer un rôle central dans le COVID-19 [ ]. La carence en glutathion a été proposée comme la cause la plus probable de manifestations graves du COVID-19 [  ]. Les comorbidités les plus fréquentes, l'hypertension [  ] ; obésité [  ] ; diabète [  ] ; et la maladie pulmonaire obstructive chronique [  ] soutiennent le concept selon lequel des conditions préexistantes entraînant de faibles niveaux de glutathion peuvent agir en synergie pour créer la «tempête parfaite» pour les complications respiratoires et vasculaires d'une infection grave. Un autre article citant deux cas de pneumonie COVID-19 traités avec succès avec du glutathion intraveineux soutient également cette hypothèse [  ].

De nombreuses études rapportent un stress oxydatif chez les humains exposés à la WCR. Peraica et al . [  ] ont constaté une diminution des taux sanguins de glutathion chez les travailleurs exposés au WCR des équipements radar (0,01 mW/cm 2 - 10 mW/cm 2 ; 1,5 - 10,9 GHz). Garaj-Vrhovac et al . [  ] ont étudié les effets biologiques suite à une exposition à des micro-ondes pulsées non thermiques provenant de radars marins (3 GHz, 5,5 GHz et 9,4 GHz) et ont signalé des niveaux réduits de glutathion et une augmentation du malondialdéhyde (marqueur du stress oxydatif) dans un groupe professionnellement exposé [ ]. Le plasma sanguin des individus résidant à proximité des stations de base de téléphonie mobile a montré des niveaux de glutathion, de catalase et de superoxyde dismutase significativement réduits par rapport aux témoins non exposés [  ]. Dans une étude sur l'exposition humaine au WCR provenant des téléphones portables, une augmentation des taux sanguins de peroxyde lipidique a été signalée, tandis que les activités enzymatiques de la superoxyde dismutase et de la glutathion peroxydase dans les globules rouges ont diminué, indiquant un stress oxydatif [  ].

Dans une étude sur des rats exposés à 2450 MHz (fréquence du routeur sans fil), le stress oxydatif a été impliqué dans la lyse des globules rouges (hémolyse) [  ]. Dans une autre étude, des rats exposés à 945 MHz (fréquence de la station de base) à 0,367 mW/cm 2 pendant 7 h/jour, pendant 8 jours, ont présenté de faibles niveaux de glutathion et une augmentation de l'activité enzymatique du malondialdéhyde et de la superoxyde dismutase, caractéristiques du stress oxydatif [  ] . Dans une étude contrôlée à long terme sur des rats exposés à 900 MHz (fréquence de téléphonie mobile) à 0,0782 mW/cm 2 pendant 2 h/jour pendant 10 mois, il y a eu une augmentation significative du statut de malondialdéhyde et d'oxydant total par rapport aux témoins [ ]. Dans une autre étude contrôlée à long terme sur des rats exposés à deux fréquences de téléphonie mobile, 1800 MHz et 2100 MHz, à des densités de puissance de 0,04 à 0,127 mW/cm 2 pendant 2 h/jour pendant 7 mois, des altérations significatives des paramètres oxydants-antioxydants, de l'ADN des ruptures de brins et des dommages oxydatifs à l'ADN ont été trouvés [  ].

Il existe une corrélation entre le stress oxydatif et la thrombogenèse [  ]. Les ROS peuvent provoquer un dysfonctionnement endothélial et des dommages cellulaires. La muqueuse endothéliale du système vasculaire contient des récepteurs ACE2 qui sont ciblés par le SRAS-CoV-2. L'endothéliite qui en résulte peut provoquer un rétrécissement luminal et entraîner une diminution du flux sanguin vers les structures en aval. Les thrombus dans les structures artérielles peuvent en outre obstruer le flux sanguin, provoquant une ischémie et/ou des infarctus dans les organes concernés, notamment des embolies pulmonaires et des accidents vasculaires cérébraux. La coagulation sanguine anormale conduisant à des micro-embolies était une complication reconnue au début de l'histoire de COVID-19 [  ]. Sur 184 patients en soins intensifs COVID-19, 31 % ont présenté des complications thrombotiques [ ]. Les événements de coagulation cardiovasculaire sont une cause fréquente de décès par COVID-19 [  ]. Une embolie pulmonaire, une coagulation intravasculaire disséminée (CIVD), une insuffisance hépatique, cardiaque et rénale ont toutes été observées chez des patients COVID-19 [  ].

Les patients présentant les facteurs de risque cardiovasculaire les plus élevés dans le COVID-19 comprennent les hommes, les personnes âgées, les diabétiques et les patients obèses et hypertendus. Cependant, une incidence accrue d'accidents vasculaires cérébraux chez les patients plus jeunes atteints de COVID-19 a également été décrite [  ].

Le stress oxydatif est causé par l'exposition au WCR et est connu pour être impliqué dans les maladies cardiovasculaires. L'exposition omniprésente de l'environnement au WCR peut contribuer aux maladies cardiovasculaires en créant un état chronique de stress oxydatif [  ]. Cela entraînerait des dommages oxydatifs aux constituants cellulaires et altérerait les voies de transduction du signal. De plus, la WCR modulée par impulsions peut provoquer des lésions oxydatives dans les tissus hépatiques, pulmonaires, testiculaires et cardiaques médiées par la peroxydation lipidique, l'augmentation des niveaux d'oxydes nitriques et la suppression du mécanisme de défense antioxydant [  ].

En résumé, le stress oxydatif est un élément majeur de la physiopathologie du COVID-19 ainsi que des dommages cellulaires causés par l'exposition au WCR.

3.3. Perturbation et activation du système immunitaire

Lorsque le SRAS-CoV-2 infecte pour la première fois le corps humain, il attaque les cellules tapissant le nez, la gorge et les voies respiratoires supérieures abritant les récepteurs ACE2. Une fois que le virus accède à une cellule hôte par l'une de ses protéines de pointe, qui sont les multiples protubérances faisant saillie de l'enveloppe virale qui se lient aux récepteurs ACE2, il convertit la cellule en une entité virale auto-répliquante.

En réponse à l'infection au COVID-19, il a été démontré qu'une réponse immunitaire innée systémique immédiate ainsi qu'une réponse adaptative retardée se produisent [  ]. Le virus peut également provoquer une dérégulation de la réponse immunitaire, notamment dans la diminution de la production de lymphocytes T. [  ]. Les cas graves ont tendance à avoir un nombre de lymphocytes plus faible, un nombre de leucocytes et des rapports neutrophiles-lymphocytes plus élevés, ainsi que des pourcentages plus faibles de monocytes, d'éosinophiles et de basophiles [  ]. Les cas graves de COVID-19 montrent la plus grande altération des lymphocytes T.

En comparaison, les études de faible niveau de WCR sur des animaux de laboratoire montrent également une altération de la fonction immunitaire [  ]. Les résultats comprennent des altérations physiques des cellules immunitaires, une dégradation des réponses immunologiques, une inflammation et des lésions tissulaires. Baranski [  ] a exposé des cobayes et des lapins à des micro-ondes continues ou modulées par impulsions de 3000 MHz à une densité de puissance moyenne de 3,5 mW/cm 2 pendant 3 h/jour pendant 3 mois et a trouvé des changements non thermiques dans le nombre de lymphocytes, des anomalies dans la structure nucléaire, et la mitose dans la série de cellules érythroblastiques de la moelle osseuse et dans les cellules lymphoïdes des ganglions lymphatiques et de la rate. D'autres chercheurs ont montré une diminution des lymphocytes T ou une suppression de la fonction immunitaire chez les animaux exposés à la WCR. Lapins exposés à 2,1 GHz à 5 mW/cm 2pendant 3 h/jour, 6 jours/semaine, pendant 3 mois, a montré une suppression des lymphocytes T [  ]. Des rats exposés à 2,45 GHz et 9,7 GHz pendant 2 h/jour, 7 jours/semaine, pendant 21 mois ont montré une diminution significative des taux de lymphocytes et une augmentation de la mortalité à 25 mois dans le groupe irradié [  ]. Des lymphocytes prélevés sur des lapins irradiés à 2,45 GHz pendant 23 h/jour pendant 6 mois montrent une suppression significative de la réponse immunitaire à un mitogène [  ].

En 2009, Johansson a effectué une revue de la littérature, qui comprenait le rapport Bioinitiative 2007. Il a conclu que l'exposition aux champs électromagnétiques (EMF), y compris WCR, peut perturber le système immunitaire et provoquer des réactions allergiques et inflammatoires à des niveaux d'exposition nettement inférieurs aux limites de sécurité nationales et internationales actuelles et augmenter le risque de maladie systémique [  ]. Une étude menée par Szmigielski en 2013 a conclu que de faibles champs RF/micro-ondes, tels que ceux émis par les téléphones portables, peuvent affecter diverses fonctions immunitaires à la fois in vitro et in vivo [ ]. Bien que les effets soient historiquement quelque peu incohérents, la plupart des études de recherche documentent des altérations du nombre et de l'activité des cellules immunitaires dues à l'exposition aux RF. En général, une exposition à court terme à un faible rayonnement micro-ondes peut temporairement stimuler une réponse immunitaire innée ou adaptative, mais une irradiation prolongée inhibe ces mêmes fonctions.

Dans la phase aiguë de l'infection au COVID-19, les tests sanguins démontrent une VS élevée, une protéine C-réactive et d'autres marqueurs inflammatoires élevés [  ], typiques d'une réponse immunitaire innée. Une réplication virale rapide peut entraîner la mort des cellules épithéliales et endothéliales et entraîner des fuites dans les vaisseaux sanguins et la libération de cytokines pro-inflammatoires [  ]. Les cytokines, les protéines, les peptides et les protéoglycanes qui modulent la réponse immunitaire de l'organisme sont modérément élevés chez les patients dont la gravité de la maladie est légère à modérée [ ]. Chez les personnes atteintes d'une maladie grave, une libération incontrôlée de cytokines pro-inflammatoires - une tempête de cytokines - peut se produire. Les tempêtes de cytokines proviennent d'un déséquilibre dans l'activation des lymphocytes T avec une libération dérégulée d'IL-6, d'IL-17 et d'autres cytokines. La mort cellulaire programmée (apoptose), le SDRA, le DIC et la défaillance du système multi-organes peuvent tous résulter d'une tempête de cytokines et augmenter le risque de mortalité.

Par comparaison, des chercheurs soviétiques ont découvert dans les années 1970 que le rayonnement radiofréquence peut endommager le système immunitaire des animaux. Shandala [  ] a exposé des rats à des micro-ondes de 0,5 mW/cm 2 pendant 1 mois, 7 h/jour, et a constaté une altération de la compétence immunitaire et l'induction d'une maladie auto-immune. Des rats irradiés avec 2,45 GHz à 0,5 mW/cm 2 pendant 7 h par jour pendant 30 jours ont produit des réactions auto-immunes, et 0,1 à 0,5 mW/cm 2 ont produit des réactions immunitaires pathologiques persistantes [  ]. L'exposition au rayonnement micro-ondes, même à de faibles niveaux (0,1 à 0,5 mW/cm 2 ), peut altérer la fonction immunitaire, provoquant des altérations physiques dans les cellules essentielles du système immunitaire et une dégradation des réponses immunologiques [ ]. Szabo et al . [  ] ont examiné les effets d'une exposition à 61,2 GHz sur les kératinocytes épidermiques et ont trouvé une augmentation de l'IL-1b, une cytokine pro-inflammatoire. Makar et al . [  ] ont découvert que des souris immunodéprimées irradiées 30 min/jour pendant 3 jours par 42,2 GHz présentaient des niveaux accrus de TNF-α, une cytokine produite par les macrophages.

En bref, le COVID-19 peut entraîner une dérégulation immunitaire ainsi que des tempêtes de cytokines. En comparaison, l'exposition à un faible niveau de WCR, telle qu'observée dans les études animales, peut également compromettre le système immunitaire, une exposition quotidienne chronique produisant une immunosuppression ou une dérégulation immunitaire, y compris une hyperactivation.

3.4. Augmentation du calcium intracellulaire

En 1992, Walleczek a suggéré pour la première fois que les champs électromagnétiques ELF (<3000 Hz) pouvaient affecter la signalisation du Ca 2+ à médiation membranaire et conduire à une augmentation du Ca 2+ intracellulaire [  ]. Le mécanisme de déclenchement irrégulier des canaux ioniques voltage-dépendants dans les membranes cellulaires par des champs électriques ou magnétiques oscillants polarisés et cohérents a été présenté pour la première fois en 2000 et 2002 [  ,  ]. Pall [  ] dans son examen des effets biologiques induits par WCR combinés à l'utilisation de bloqueurs de canaux calciques (CCB) a noté que les canaux calciques voltage-dépendants jouent un rôle majeur dans les effets biologiques de WCR. Augmentation du Ca intracellulaire +2 résulte de l'activation des canaux calciques voltage-dépendants, et cela peut être l'un des principaux mécanismes d'action de WCR sur les organismes.

Le Ca 2+ intracellulaire est essentiel pour l'entrée, la réplication et la libération du virus. Il a été rapporté que certains virus peuvent manipuler les canaux calciques voltage-dépendants pour augmenter le Ca 2+ intracellulaire , facilitant ainsi l'entrée et la réplication virales [  ]. La recherche a montré que l'interaction entre un virus et les canaux calciques voltage-dépendants favorise l'entrée du virus à l'étape de fusion virus-cellule hôte [  ]. Ainsi, après que le virus se lie à son récepteur sur une cellule hôte et pénètre dans la cellule par endocytose, le virus prend le contrôle de la cellule hôte pour fabriquer ses composants. Certaines protéines virales manipulent alors les canaux calciques, augmentant ainsi le Ca 2+ intracellulaire , ce qui facilite la réplication virale ultérieure.

Même si aucune preuve directe n'a été rapportée, il existe des preuves indirectes qu'une augmentation du Ca 2+ intracellulaire peut être impliquée dans le COVID-19. Dans une étude récente, les patients âgés hospitalisés COVID-19 traités avec des ICC, l'amlodipine ou la nifédipine, étaient plus susceptibles de survivre et moins susceptibles de nécessiter une intubation ou une ventilation mécanique que les témoins [  ]. De plus, les CCB limitent fortement l'entrée et l'infection du SRAS-CoV-2 dans les cellules pulmonaires épithéliales en culture [  ]. Les CCB bloquent également l'augmentation du Ca 2+ intracellulaire causée par l'exposition au WCR ainsi que l'exposition à d'autres champs électromagnétiques [  ].

Le Ca 2+ intracellulaire est un second messager omniprésent relayant les signaux reçus par les récepteurs de surface cellulaire aux protéines effectrices impliquées dans de nombreux processus biochimiques. L'augmentation du Ca 2+ intracellulaire est un facteur important dans la régulation à la hausse du facteur nucléaire de transcription KB (NF-κB) [  ], un régulateur important de la production de cytokines pro-inflammatoires ainsi que de la coagulation et des cascades thrombotiques. On suppose que NF-κB est un facteur clé sous-jacent aux manifestations cliniques graves de COVID-19 [  ].

En bref, l'exposition au WCR peut donc augmenter l'infectiosité du virus en augmentant le Ca 2+ intracellulaire qui peut également contribuer indirectement aux processus inflammatoires et à la thrombose.

3.5. Effets cardiaques

Les arythmies cardiaques sont plus fréquemment rencontrées chez les patients gravement malades atteints de COVID-19 [  ]. La cause de l'arythmie chez les patients COVID-19 est multifactorielle et comprend des processus cardiaques et extracardiaques [ ]. Une infection directe du muscle cardiaque par le SRAS-CoV-19 provoquant une myocardite, une ischémie myocardique causée par diverses étiologies et une tension cardiaque secondaire à une hypertension pulmonaire ou systémique peut entraîner une arythmie cardiaque. L'hypoxémie causée par une pneumonie diffuse, le SDRA ou des emboles pulmonaires étendus représentent des causes extracardiaques d'arythmie. Les déséquilibres électrolytiques, le déséquilibre des fluides intravasculaires et les effets secondaires des régimes pharmacologiques peuvent également entraîner des arythmies chez les patients COVID-19. Il a été démontré que les patients admis aux soins intensifs présentaient une augmentation plus élevée des arythmies cardiaques, 16,5 % dans une étude [ ]. Bien qu'aucune corrélation entre les CEM et l'arythmie chez les patients COVID-19 n'ait été décrite dans la littérature, de nombreuses unités de soins intensifs sont équipées d'équipements de surveillance des patients sans fil et d'appareils de communication produisant une large gamme de pollution par les CEM [  ].

Les patients atteints de COVID-19 présentent généralement des niveaux accrus de troponine cardiaque, indiquant des dommages au muscle cardiaque [  ]. Les lésions cardiaques ont été associées à des arythmies et à une mortalité accrue. On pense que les lésions cardiaques sont plus souvent secondaires à des embolies pulmonaires et à une septicémie virale, mais une infection directe du cœur, c'est-à-dire une myocardite, peut se produire par liaison virale directe aux récepteurs ACE2 sur les péricytes cardiaques, affectant le débit sanguin cardiaque local et régional [  ].

L'activation du système immunitaire ainsi que des altérations du système immunitaire peuvent entraîner une instabilité et une vulnérabilité de la plaque athéroscléreuse, c'est-à-dire présenter un risque accru de formation de thrombus et contribuer au développement d'événements coronariens aigus et de maladies cardiovasculaires dans le COVID-19.

En ce qui concerne les effets biologiques de l'exposition au WCR, en 1969, Christopher Dodge de la Division des biosciences de l'US Naval Observatory à Washington DC, a examiné 54 articles et a signalé que le rayonnement radiofréquence peut avoir des effets néfastes sur tous les principaux systèmes du corps, notamment en empêchant la circulation sanguine ; modifier la tension artérielle et la fréquence cardiaque; affectant les lectures d'électrocardiographe ; et provoquant des douleurs thoraciques et des palpitations cardiaques [  ]. Dans les années 1970, Glaser a passé en revue plus de 2000 publications sur les effets biologiques de l'exposition aux rayonnements radiofréquences et a conclu que le rayonnement micro-ondes peut altérer l'électrocardiogramme, provoquer des douleurs thoraciques, une hypercoagulation, une thrombose et une hypertension en plus de l'infarctus du myocarde [  , ]. Des convulsions, des convulsions et une altération de la réponse du système nerveux autonome (augmentation de la réponse sympathique au stress) ont également été observées.

Depuis lors, de nombreux autres chercheurs ont conclu que l'exposition au WCR peut affecter le système cardiovasculaire. Bien que la nature de la réponse primaire aux ondes millimétriques et les événements qui en résultent soient mal compris, un rôle possible des structures réceptrices et des voies neuronales dans le développement de l'arythmie induite par les ondes millimétriques continues a été proposé [  ]. En 1997, une revue a rapporté que certains chercheurs avaient découvert des changements cardiovasculaires, notamment des arythmies chez l'homme, à la suite d'une exposition à long terme à faible niveau de WCR, y compris les micro-ondes [  ]. Cependant, la littérature montre également des résultats non confirmés ainsi que des résultats contradictoires [  ]. Havas et al . [ ] ont rapporté que des sujets humains dans une étude contrôlée en double aveugle étaient hyper-réactifs lorsqu'ils étaient exposés à un rayonnement micro-ondes à impulsions numériques de 2,45 GHz (100 Hz), développant soit une arythmie, soit une tachycardie et une régulation positive du système nerveux sympathique, qui est associée à la réponse au stress. Saili et al . [  ] ont constaté que l'exposition au Wi-Fi (2,45 GHz pulsé à 10 Hz) affecte le rythme cardiaque, la pression artérielle et l'efficacité des catécholamines sur le système cardiovasculaire, indiquant que le WCR peut agir directement et/ou indirectement sur le système cardiovasculaire. Plus récemment, Bandara et Weller [ ] présentent des preuves que les personnes qui vivent à proximité d'installations radar (ondes millimétriques : fréquences 5G) ont un plus grand risque de développer un cancer et de subir des crises cardiaques. De même, les personnes exposées professionnellement ont un risque plus élevé de maladie coronarienne. Le rayonnement micro-ondes affecte le cœur et certaines personnes sont plus vulnérables si elles présentent une anomalie cardiaque sous-jacente [  ]. Des recherches plus récentes suggèrent que les ondes millimétriques peuvent agir directement sur les cellules du stimulateur cardiaque du nœud sino-auriculaire du cœur pour modifier la fréquence des battements, ce qui peut sous-tendre les arythmies et d'autres problèmes cardiaques [  ].

En bref, l'exposition au COVID-19 et au WCR peut affecter le cœur et le système cardiovasculaire, directement et/ou indirectement.

4. Discussion

Les épidémiologistes, y compris ceux du CDC, tiennent compte de plusieurs facteurs de causalité lorsqu'ils évaluent la virulence d'un agent et comprennent sa capacité à se propager et à provoquer des maladies. Plus important encore, ces variables incluent des cofacteurs environnementaux et l'état de santé de l'hôte. Les preuves de la littérature résumées ici suggèrent un lien possible entre plusieurs effets néfastes sur la santé de l'exposition au WCR et l'évolution clinique du COVID-19 dans la mesure où le WCR peut avoir aggravé la pandémie de COVID-19 en affaiblissant l'hôte et en exacerbant la maladie COVID-19. Cependant, aucune des observations discutées ici ne prouve ce lien. Plus précisément, les éléments de preuve ne confirment pas le lien de causalité. Il est clair que le COVID-19 se produit dans des régions avec peu de communication sans fil. De plus, la morbidité relative causée par l'exposition au WCR dans le COVID-19 est inconnue.

Nous reconnaissons que de nombreux facteurs ont influencé le cours de la pandémie. Avant l'imposition de restrictions, les habitudes de voyage facilitaient l'ensemencement du virus, provoquant une propagation mondiale rapide et précoce. La densité de la population, l'âge moyen plus élevé de la population et les facteurs socio-économiques ont certainement influencé la propagation virale précoce. La pollution de l'air, en particulier les particules PM 2,5 (2,5 microparticules), a probablement augmenté les symptômes chez les patients atteints de maladie pulmonaire COVID-19 [  ].

Nous postulons que le WCR a peut-être contribué à la propagation précoce et à la gravité du COVID-19. Une fois qu'un agent s'est installé dans une communauté, sa virulence augmente [  ]. Cette prémisse peut être appliquée à la pandémie de COVID-19. Nous supposons que les «points chauds» de la maladie qui se sont initialement propagés dans le monde ont peut-être été semés par les voyages en avion, qui dans certaines régions étaient associés à la mise en œuvre de la 5G. Cependant, une fois la maladie établie dans ces communautés, elle a pu se propager plus facilement dans les régions voisines où les populations étaient moins exposées à la WCR. Les deuxième et troisième vagues de la pandémie se sont largement propagées dans les communautés avec et sans WCR, comme on pouvait s'y attendre.

La pandémie de COVID-19 nous a offert l'occasion d'approfondir les effets néfastes potentiels de l'exposition au BFR sur la santé humaine. L'exposition humaine au WCR ambiant a considérablement augmenté en 2020 en tant qu '«effet secondaire» de la pandémie. Les mesures de maintien à domicile conçues pour réduire la propagation du COVID-19 ont entraîné par inadvertance une plus grande exposition du public au WCR, car les gens menaient davantage d'activités commerciales et scolaires grâce aux communications sans fil. La télémédecine a créé une autre source d'exposition au BFR. Même les patients hospitalisés, en particulier les patients des soins intensifs, ont connu une exposition accrue au WCR, car les nouveaux dispositifs de surveillance utilisaient des systèmes de communication sans fil susceptibles d'aggraver les troubles de santé.

La question de la causalité pourrait être étudiée dans de futures études. Par exemple, une étude clinique pourrait être menée dans des populations de patients COVID-19 présentant des facteurs de risque similaires, pour mesurer la dose quotidienne de BFR chez les patients COVID-19 et rechercher une corrélation avec la gravité et la progression de la maladie dans le temps. Comme les fréquences porteuses et les modulations des appareils sans fil peuvent différer et que les densités de puissance du WCR fluctuent constamment à un endroit donné, cette étude nécessiterait que les patients portent des dosimètres micro-ondes personnels (badges de surveillance). De plus, des études de laboratoire contrôlées pourraient être menées sur des animaux, par exemple des souris humanisées infectées par le SRAS-CoV-2, dans lesquelles des groupes d'animaux exposés à un WCR minimal (groupe témoin) ainsi qu'à des densités de puissance moyenne et élevée de WCR pourraient être comparés pour la gravité et la progression de la maladie.

L'une des principales forces de cet article est que les preuves reposent sur un grand nombre de publications scientifiques rapportées par de nombreux scientifiques du monde entier et sur plusieurs décennies - des preuves expérimentales des effets biologiques néfastes de l'exposition au WCR à des niveaux non thermiques sur les humains, les animaux et les cellules. Le rapport Bioinitiative [  ], mis à jour en 2020, résume des centaines d'articles scientifiques évalués par des pairs documentant les preuves d'effets non thermiques d'expositions ≤ 1 mW/cm 2 . Même ainsi, certaines études en laboratoire sur les effets nocifs de la WCR sur la santé ont parfois utilisé des densités de puissance dépassant 1 mW/cm 2 . Dans cet article, presque toutes les études que nous avons examinées incluaient des données expérimentales à des densités de puissance ≤ 1 mW/cm 2 .

Une critique potentielle de cet article est que les effets biologiques néfastes des expositions non thermiques ne sont pas encore universellement acceptés par la science. De plus, ils ne sont pas encore pris en compte dans l'établissement des politiques de santé publique dans de nombreux pays. Il y a des décennies, les Russes et les Européens de l'Est ont compilé des données considérables sur les effets biologiques non thermiques et ont ensuite établi des lignes directrices à des limites d'exposition aux rayonnements radiofréquences inférieures à celles des États-Unis et du Canada, c'est-à-dire en dessous des niveaux où des effets non thermiques sont observés. Cependant, les directives de la Federal Communications Commission (FCC, une entité gouvernementale américaine) et de l'ICNIRP fonctionnent sur des limites thermiques basées sur des données obsolètes d'il y a des décennies, permettant au public d'être exposé à des densités de puissance de rayonnement radiofréquence considérablement plus élevées. Concernant la 5G, l'industrie des télécommunications affirme qu'il est sûr car il est conforme aux directives actuelles d'exposition aux rayonnements radiofréquences de la FCC et de l'ICNIRP. Ces lignes directrices ont été établies en 1996 [ ], sont obsolètes et ne sont pas des normes de sécurité. Ainsi, il n'existe pas de normes de sécurité universellement acceptées pour l'exposition aux rayonnements des communications sans fil. Récemment, des organismes internationaux, tels que le groupe de travail EMF de l'Académie européenne de médecine environnementale, ont proposé des lignes directrices beaucoup plus basses, prenant en compte les effets biologiques non thermiques de l'exposition aux WCR dans de multiples sources [  ].

Une autre faiblesse de cet article est que certains des effets biologiques de l'exposition aux WCR sont rapportés de manière incohérente dans la littérature. Les études répliquées ne sont souvent pas de véritables réplications. De petites différences dans la méthode, y compris des détails non signalés, tels que les antécédents d'exposition des organismes, l'exposition corporelle non uniforme et d'autres variables peuvent entraîner une incohérence par inadvertance. De plus, sans surprise, les études parrainées par l'industrie ont tendance à montrer moins d'effets biologiques indésirables que les études menées par des chercheurs indépendants, ce qui suggère un biais de l'industrie [ ]. Certaines études expérimentales qui ne sont pas parrainées par l'industrie n'ont également montré aucune preuve d'effets nocifs de l'exposition au WCR. Il convient de noter, cependant, que les études utilisant des expositions réelles au WCR à partir d'appareils disponibles dans le commerce ont montré une grande cohérence dans la révélation des effets indésirables [  ].

Les effets biologiques du WCR dépendent de valeurs spécifiques des paramètres d'onde, notamment la fréquence, la densité de puissance, la polarisation, la durée d'exposition, les caractéristiques de modulation, ainsi que l'historique cumulé de l'exposition et les niveaux de fond des champs électromagnétiques, électriques et magnétiques. Dans les études en laboratoire, les effets biologiques observés dépendent également de paramètres génétiques et de paramètres physiologiques tels que la concentration en oxygène [ ]. La reproductibilité des effets biologiques de l'exposition au WCR a parfois été difficile en raison de l'absence de rapport et/ou de contrôle de tous ces paramètres. Comme pour les rayonnements ionisants, les effets biologiques de l'exposition au WCR peuvent être subdivisés en effets déterministes, c'est-à-dire en effets dose-dépendants et en effets stochastiques apparemment aléatoires. Il est important de noter que les effets biologiques de la WCR peuvent également impliquer des "fenêtres de réponse" de paramètres spécifiques dans lesquels des champs de niveau extrêmement bas peuvent avoir des effets préjudiciables de manière disproportionnée [  ]. Cette non-linéarité des effets biologiques de la WCR peut entraîner des réponses biphasiques telles que la suppression immunitaire d'une gamme de paramètres et l'hyperactivation immunitaire d'une autre gamme de paramètres, entraînant des variations qui peuvent sembler incohérentes.

En rassemblant des rapports et en examinant les données existantes pour cet article, nous avons recherché des résultats fournissant des preuves à l'appui d'un lien proposé entre les effets biologiques de l'exposition au WCR et au COVID-19. Nous n'avons pas tenté d'évaluer les preuves. La littérature sur l'exposition aux rayonnements radiofréquences est vaste et contient actuellement plus de 30 000 rapports de recherche datant de plusieurs décennies. Les incohérences dans la nomenclature, la communication des détails et le catalogage des mots-clés rendent difficile la navigation dans cette énorme littérature.

Une autre lacune de cet article est que nous n'avons pas accès aux données expérimentales sur les expositions 5G. En fait, on sait peu de choses sur l'exposition de la population au WCR dans le monde réel, qui comprend l'exposition à l'infrastructure du WCR et la pléthore d'appareils émetteurs de WCR. Par rapport à cela, il est difficile de quantifier avec précision la densité de puissance moyenne à un emplacement donné, qui varie considérablement en fonction du temps, de l'emplacement spécifique, de l'intervalle de moyenne temporelle, de la fréquence et du schéma de modulation. Pour une municipalité spécifique, cela dépend de la densité d'antenne, des protocoles de réseau utilisés, comme, par exemple, 2G, 3G, 4G, 5G, Wi-Fi, WiMAX (Worldwide Interoperability for Microwave Access), DECT (Digitally Enhanced Cordless Telecommunications) , et RADAR (Radio détection et télémétrie). Il y a aussi le WCR des émetteurs d'ondes radio omniprésents, y compris les antennes, les stations de base, les compteurs intelligents, les téléphones portables, les routeurs, les satellites et autres appareils sans fil actuellement utilisés. Tous ces signaux se superposent pour donner la densité de puissance moyenne totale à un emplacement donné qui fluctue généralement considérablement dans le temps. Aucune étude expérimentale sur les effets néfastes sur la santé ou les problèmes de sécurité de la 5G n'a été signalée, et aucune n'est actuellement prévue par l'industrie, bien que cela soit absolument nécessaire.

Enfin, il existe une complexité inhérente au WCR qui rend très difficile la caractérisation complète des signaux sans fil dans le monde réel qui peuvent être associés à des effets biologiques indésirables. Les signaux de communication numérique du monde réel, même à partir d'appareils sans fil uniques, ont des signaux très variables : densité de puissance variable, fréquence, modulation, phase et autres paramètres changeant constamment et de manière imprévisible à chaque instant, associés aux pulsations courtes et rapides utilisées dans la communication sans fil numérique [ ]. Par exemple, lors de l'utilisation d'un téléphone mobile au cours d'une conversation téléphonique typique, l'intensité du rayonnement émis varie considérablement à chaque instant en fonction de la réception du signal, du nombre d'abonnés partageant la bande de fréquences, de l'emplacement au sein de l'infrastructure sans fil, de la présence d'objets et de surfaces métalliques, et mode « parlant » versus « non-parlant », entre autres. De telles variations peuvent atteindre 100% de l'intensité moyenne du signal. La radiofréquence porteuse change constamment entre différentes valeurs dans la bande de fréquences disponible. Plus la quantité d'informations est importante (texte, parole, Internet, vidéo, etc.), plus les signaux de communication deviennent complexes. Par conséquent, nous ne pouvons pas estimer avec précision les valeurs de ces paramètres de signal, y compris les composants ELF, ni prédire leur variabilité dans le temps. Ainsi, ].

Cet article souligne la nécessité de poursuivre les recherches sur l'exposition non thermique aux BFR et son rôle potentiel dans le COVID-19. De plus, certains des effets biologiques de l'exposition au WCR dont nous discutons ici - le stress oxydatif, l'inflammation et la perturbation du système immunitaire - sont communs à de nombreuses maladies chroniques, notamment les maladies auto-immunes et le diabète. Ainsi, nous émettons l'hypothèse que l'exposition au WCR peut également être un facteur contributif potentiel dans de nombreuses maladies chroniques.

Lorsqu'un plan d'action soulève des menaces de préjudice pour la santé humaine, des mesures de précaution doivent être prises, même si des relations causales claires ne sont pas encore pleinement établies. Par conséquent, nous devons appliquer le principe de précaution [  ] concernant la 5G sans fil. Les auteurs exhortent les décideurs politiques à exécuter un moratoire mondial immédiat sur l'infrastructure 5G sans fil jusqu'à ce que sa sécurité puisse être assurée.

Plusieurs problèmes de sécurité non résolus doivent être résolus avant la mise en œuvre de la 5G sans fil. Des questions ont été soulevées à propos de 60 GHz, une fréquence clé de la 5G prévue pour une utilisation intensive, qui est une fréquence de résonance de la molécule d'oxygène [  ]. Il est possible que des effets biologiques indésirables résultent de l'absorption d'oxygène à 60 GHz. De plus, l'eau présente une large absorption dans la région spectrale GHz ainsi que des pics de résonance, par exemple, une forte absorption à 2,45 GHz qui est utilisée dans les routeurs Wi-Fi 4G. Cela soulève des problèmes de sécurité concernant l'exposition de la biosphère au GHz, car les organismes sont principalement constitués d'eau, et des changements dans la structure de l'eau dus à l'absorption du GHz ont été signalés et affectent les organismes [ ]. Les effets biologiques d'une exposition prolongée au WCR de l'ensemble du corps doivent être étudiés dans des études animales et humaines, et des directives d'exposition à long terme doivent être prises en compte. Les scientifiques indépendants en particulier devraient mener des recherches concertées pour déterminer les effets biologiques de l'exposition réelle aux fréquences WCR avec modulation numérique à partir de la multiplicité des dispositifs de communication sans fil. Les tests pourraient également inclure des expositions réelles à plusieurs toxines (chimiques et biologiques) [  ], car plusieurs toxines peuvent entraîner des effets synergiques. Des études d'impact sur l'environnement sont également nécessaires. Une fois que les effets biologiques à long terme de la 5G sans fil sont compris, nous pouvons établir des normes de sécurité claires concernant les limites d'exposition du public et concevoir une stratégie appropriée pour un déploiement sûr.

5. Conclusion

Il existe un chevauchement substantiel en pathobiologie entre l'exposition au COVID-19 et à la WCR. Les preuves présentées ici indiquent que les mécanismes impliqués dans la progression clinique du COVID-19 pourraient également être générés, selon des données expérimentales, par l'exposition au WCR. Par conséquent, nous proposons un lien entre les effets biologiques indésirables de l'exposition au WCR des appareils sans fil et le COVID-19.

Plus précisément, les preuves présentées ici étayent l'hypothèse selon laquelle la WCR et, en particulier, la 5G, qui implique la densification de la 4G, pourraient avoir exacerbé la pandémie de COVID-19 en affaiblissant l'immunité de l'hôte et en augmentant la virulence du SRAS-CoV-2 en (1) provoquant des changements morphologiques dans les érythrocytes, y compris la formation d'échinocytes et de rouleaux qui peuvent contribuer à l'hypercoagulation ; (2) altérant la microcirculation et réduisant les niveaux d'érythrocytes et d'hémoglobine exacerbant l'hypoxie; (3) amplifier le dysfonctionnement immunitaire, y compris l'immunosuppression, l'auto-immunité et l'hyperinflammation ; (4) l'augmentation du stress oxydatif cellulaire et la production de radicaux libres exacerbant les lésions vasculaires et les dommages aux organes ; (5) augmentation du Ca 2+ intracellulaireessentiel pour l'entrée, la réplication et la libération virales, en plus de favoriser les voies pro-inflammatoires ; et (6) aggravation des arythmies cardiaques et des troubles cardiaques.

L'exposition au WCR est un facteur de stress environnemental répandu, mais souvent négligé, qui peut produire un large éventail d'effets biologiques indésirables. Pendant des décennies, des chercheurs indépendants du monde entier ont souligné les risques pour la santé et les dommages cumulatifs causés par la WCR [  ,  ]. Les preuves présentées ici sont cohérentes avec un grand nombre de recherches établies. Les travailleurs de la santé et les décideurs devraient considérer la WCR comme un facteur de stress environnemental potentiellement toxique. Des méthodes de réduction de l'exposition au WCR doivent être fournies à tous les patients et à la population générale.

Remerciements

Les auteurs reconnaissent les petites contributions aux premières versions de cet article par Magda Havas et Lyn Patrick. Nous sommes reconnaissants à Susan Clarke pour les discussions utiles et les modifications suggérées des premières ébauches du manuscrit.

Conflit d'intérêt

Les auteurs déclarent n'avoir aucun conflit d'intérêts dans la préparation et la publication de ce manuscrit. Il n'existe aucun intérêt financier concurrent.

Références

[1] Centres de contrôle et de prévention des maladies. Triade épidémiologique. Atlanta, Géorgie : Centres de contrôle et de prévention des maladies ; 2020.  ]
[2] Balmori A. Pollution électromagnétique par les mâts téléphoniques. Effets sur la faune. Physiopathologie. 2009 ; 16 :191–9.  ]  ]
[3] Lin JC. Technologie de communication 5G et maladie à coronavirus. IEEE Microw Mag. 2020 ; 21 : 16–9.  ]
[4] Mordachev VI. Corrélation entre le niveau potentiel de pollution électromagnétique et le danger de COVID-19. La 4G/5G/6G peut être sans danger pour les personnes. Doklady BGUIR. 2020 ; 18 : 96–112.  ]
[5] Tsiang A, Havas M. Les cas et les décès attribués au COVID-19 sont statistiquement plus élevés dans les États et les comtés dotés de télécommunications sans fil à ondes millimétriques de 5e génération aux États-Unis Arch Med Res. 2021 ; 9 : 2371.  ]
[6] Ing AJ, Cocks C, Green JP. COVID-19 : Sur les traces d'Ernest Shackleton. Thorax. 2020 ; 75 : 693–4. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[7] Garg S, Kim L, Whitaker M, O'Halloran A, Cummings C, Holstein R, et al. Taux d'hospitalisation et caractéristiques des patients hospitalisés avec une maladie à coronavirus confirmée en laboratoire 2019 COVID-NET 14 États, 1er au 30 mars 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 69 :458–64. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[8] Wu C, Chen X, Cai Y, Xia J, Zhou X, Xu S, et al. Facteurs de risque associés au syndrome de détresse respiratoire aiguë et au décès chez les patients atteints d'une maladie à coronavirus. Stagiaire JAMA Méd. 2020 ; 180 :934–43. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[9] Gattinoni L, Chiumello D, Caironi P, Busana M, Romitti F, Brazzi L, et al. Pneumonie COVID-19 : différents traitements respiratoires pour différents phénotypes. Soins Intensifs Méd. 2020 ; 46 :1099–102. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[10] Cecchini R, Cecchini AL. La pathogenèse de l'infection par le SRAS-CoV-2 est liée au stress oxydatif en réponse à l'agression. Hypothèses médicales. 2020 ; 143 :110102. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[11] Cavezzi A, Troiani E, Corrao S. COVID-19 : hémoglobine, fer et hypoxie au-delà de l'inflammation, une revue narrative. Clin Pratique. 2020 ; 10 :1271. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[12] Bikdeli B, Madhavan MV, Jimenez D, Chuich T, Dreyfus I, Driggin E, Nigoghossian C, et al. Groupe de collaboration mondial sur la thrombose COVID-19, approuvé par l'ISTH, le NATF, l'ESVM et l'IUA, soutenu par le groupe de travail de l'ESC sur la circulation pulmonaire et la fonction ventriculaire droite. COVID-19 et maladie thrombotique ou thromboembolique : Implications pour la prévention, la thérapie antithrombotique et le suivi : JACC State-of-the-Art Review. JACC. 2020 ; 75 :2950–73. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[13] Carfi A, Bernabei R, Landi F. Symptômes persistants chez les patients après un COVID-19 aigu. JAMA. 2020 ; 324 : 603–5. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[14] CNIRP. Directives de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) pour limiter l'exposition aux champs électromagnétiques (100 kHz à 300 GHz) Health Phys. 2020 ; 118 : 483–524.  ]  ]
[15] Bortkiewicz A, Gadzicka E, Szymczak W. Utilisation du téléphone portable et risque de tumeurs intracrâniennes et de tumeurs des glandes salivaires Une méta-analyse. Int J Occup Med Environ Health. 2017 ; 30 : 27–43.  ]  ]
[16] Sangün Ö, Dündar B, Çömlekçi S, Büyükgebiz A. Les effets du champ électromagnétique sur le système endocrinien chez les enfants et les adolescents. Pediatr Endocrinol Rév. 2016 ; 13 : 531–45.  ]  ]
[17] Yakymenko I, Tsybulin O, Sidorik E, Henshel D, Kyrylenko O, Kyrylenko S. Mécanismes oxydatifs de l'activité biologique du rayonnement radiofréquence de faible intensité. Electromagn Biol Med. 2016 ; 35 :186–202.  ]  ]
[18] Ruediger HW. Effets génotoxiques des champs électromagnétiques radiofréquences. Physiopathologie. 2009 ; 16 : 89–102.  ]  ]
[19] Asghari A, Khaki AA, Rajabzadeh A, Khaki A. Un examen des champs électromagnétiques (CEM) et du système reproducteur. Médecin électronique. 2016 ; 8 : 2655–62. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[20] Zhang J, Sumich A, Wang GY. Effets aigus du champ électromagnétique radiofréquence émis par le téléphone portable sur la fonction cérébrale. Bioélectromagnétisme. 2017 ; 38 : 329–38.  ]  ]
[21] Pall ML. Les champs électromagnétiques à fréquence micro-ondes (CEM) produisent des effets neuropsychiatriques généralisés, y compris la dépression. J Chem Neuroanat. 2016 ; 75 : 43–51.  ]  ]
[22] Avendano C, Mata A, Sanchez Sarmiento CA, Doncei GF. L'utilisation d'ordinateurs portables connectés à Internet via Wi-Fi diminue la motilité des spermatozoïdes humains et augmente la fragmentation de l'ADN des spermatozoïdes. Fertil Stéril. 2012 ; 97 : 39–45.  ]  ]
[23] Buchner K, Eger H. Changements de neurotransmetteurs cliniquement importants sous l'influence de champs RF modulés une étude à long terme dans des conditions réelles Umwelt Medizin Gesellschaft. 2011 ; 24 : 44–57.  ]
[24] Navarro EA, Segura J, Portoles M, Gomez-Perretta C. Le syndrome des micro-ondes : une étude préliminaire en Espagne. Electromagn Biol Med. 2003 ; 22 : 161–9.  ]
[25] Hutter HP, Moshammer H, Wallner P, Kundi M. Symptômes subjectifs, problèmes de sommeil et performances cognitives chez les sujets vivant à proximité des stations de base de téléphonie mobile. Occup Environ Med. 2006 ; 63 : 307–13. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[26] Magras IN, Xenos TD. Changements induits par les rayonnements RF dans le développement prénatal des souris. Bioélectromagnétisme. 1997 ; 18 : 455–61.  ]  ]
[27] Glaser ZR. Projet MF12.524.015-00043 Rapport n° 2. Bethesda, MD : Naval Medical Research Institute ; 1972. Bibliographie des phénomènes biologiques signalés (« effets ») et des manifestations cliniques attribuées au rapport de recherche sur les rayonnements à micro-ondes et à radiofréquence ; p. 1–103.  ]
[28] Glaser ZR, Brown PF, Brown MS. Bibliographie des phénomènes biologiques signalés (effets) et des manifestations cliniques attribuées aux rayonnements micro-ondes et radiofréquence : compilation et intégration du rapport et de sept suppléments. Bethesda, MD : Institut de recherche médicale navale. 1976 : 1–178.  ]
[29] Belyaev IY, Shcheglov VS, Alipov YD, Polunin VA. Effet de résonance des ondes millimétriques dans la plage de puissance de 10(-19) à 3 x 10(-3) W/cm2 sur les cellules d' Escherichia coli à différentes concentrations. Bioélectromagnétisme. 1996 ; 17 : 312–21.  ]  ]
[30] Grigoriev YG, Grigoriev OA, Ivanov AA, Lyaginskaya AM, Merkulov AV, Shagina NB, et al. Études de confirmation de la recherche soviétique sur les effets immunologiques des micro-ondes : résultats de l'immunologie russe. Bioélectromagnétisme. 2010 ; 31 : 589–602.  ]  ]
[31] Grigoriev Y. Communications mobiles et santé de la population : l'évaluation des risques, les problèmes sociaux et éthiques. Environnementaliste. 2012 ; 32 :193–200.  ]
[32] Repacholi M, Grigoriev Y, Buschmann J, Pioli C. Base scientifique des normes de radiofréquence soviétiques et russes pour le grand public. Bioélectromagnétisme. 2012 ; 33 : 623–33.  ]  ]
[33] Pakhomov A, Murphy M. Un examen complet de la recherche sur les effets biologiques du rayonnement radiofréquence pulsé en Russie et dans l'ex-Union soviétique. 2011  ]
[34] Belyaev IY. Dépendance des effets biologiques non thermiques des micro-ondes sur les variables physiques et biologiques : implications pour la reproductibilité et les normes de sécurité. Eur J Oncol. 2010 ; 5 : 187–218.  ]
[35] Franzen J. Propagation d'impulsions à large bande dans des biodiélectriques dispersifs linéaires à l'aide de transformées de Fourier. Rapport du laboratoire de recherche de l'armée de l'air des États-Unis n° AFRL-HE-BR-TR-1999-0149. 1999 février ;  ]
[36] Albanese R, Penn J, Medina R. Propagation d'impulsions micro-ondes à temps de montée court à travers des milieux biologiques dispersifs. J Opt Soc Am A. 1989; 6 :1441–6.  ]
[37] Lin-Liu S, Adey WR. Les champs de micro-ondes modulés en amplitude à basse fréquence modifient les taux d'efflux de calcium des synaptosomes. Bioélectromagnétisme. 1982 ; 3 : 309–22.  ]  ]
[38] Penafiel LM, Litovitz T, Krause D, Desta A, Mullins MJ. Rôle de la modulation sur l'effet des micro-ondes sur l'activité de l'ornithine décarboxylase dans les cellules L929. Bioélectromagnétisme. 1997 ; 18 : 132–41.  ]  ]
[39] Huber R, Treyer V, Borbely AA, Schuderer J, Gottselig JM, Landolt HP, Werth E, et al. Les champs électromagnétiques, tels que ceux des téléphones portables, modifient le flux sanguin cérébral régional et l'EEG du sommeil et de l'éveil. J Sommeil Rés. 2002 ; 11 : 289–95.  ]  ]
[40] Panagopoulos DJ, Karabarbounis A, Margaritis LH. Mécanisme d'action des champs électromagnétiques sur les cellules. Biochem Biophys Res Commun. 2002 ; 298 : 95–102.  ]  ]
[41] Panagopoulos DJ. Commentaires sur les ondes millimétriques (MM) de Pall et le rayonnement de fréquence micro-ondes produisent des effets profondément pénétrants : la biologie et la physique. Rev Environ Santé. 2021 ; 2021 :165.  ]  ]
[42] Sage C, Charpentier DO. Groupe de travail BioInitiative. Rapport BioInitiative : justification d'une norme d'exposition du public biologique aux rayonnements électromagnétiques. Mise à jour 2014-2020. 2012.  .
[43] Belpomme D, Hardell L, Belyaev I, Burgio E, Carpenter DO. Effets thermiques et non thermiques sur la santé des rayonnements non ionisants de faible intensité : une perspective internationale (examen) Environ Pollut. 2018 ; 242 : 643–58.  ]  ]
[44] Di Ciaula A. Vers des systèmes de communication 5G : y a-t-il des implications pour la santé ? Int J Hyg Environ Santé. 2018 ; 221 : 367–75.  ]  ]
[45] Russel CL. Expansion des télécommunications sans fil 5G : implications pour la santé publique et l'environnement. Environ Rés. 2018 ; 165 : 484–95.  ]  ]
[46] Miller AB, Sears ME, Morgan LL, Davis DL, Hardell L, Oremus M, et al. Risques pour la santé et le bien-être dus aux rayonnements radioélectriques émis par les téléphones portables et autres appareils sans fil. Front de santé publique. 2019 ; 7 : 223. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[47] Pakhomov AG, Akyel Y, Pakhomova ON, Stuck BE, Murphy MR. État actuel et implications de la recherche sur les effets biologiques des ondes millimétriques. Bioélectromagnétisme. 1998 ; 19 : 393–413.  ]  ]
[48]​​Betskii OV, Lebedeva NN. Dans : Application clinique de la médecine bioélectromagnétique. New York : Marcel Decker ; 2004. Ondes millimétriques de faible intensité en biologie et en médecine ; p. 30–61.  ]
[49] Kostoff RN, Block JA, Solka JL, Briggs MB, Rushenberg RL, Stump JA, et al. Découverte liée à la littérature : une revue. Rapport à l'Office of Naval Research. 2007 : 1–58.  ]
[50] Havas M. Le rayonnement de la technologie sans fil affecte le sang, le cœur et le système nerveux autonome. Rev Environ Santé. 2013 ; 28 : 75–84.  ]  ]
[51] Rubik B. L'exposition à court terme aux radiations des téléphones portables affecte-t-elle le sang ? Wise Trad Food Farm Heal Arts. 2014 ; 15 : 19–28.  ]
[52] Wagner C, Steffen P, Svetina S. Agrégation des globules rouges : des rouleaux à la formation de caillots. Comput Rendus Phys. 2013 ; 14 : 459–69.  ]
[53] Lakhdari N, Tabet B, Boudraham L, Laoussati M, Aissanou S, Beddou L, et al. Blessures aux globules rouges et neutrophiles hypersegmentés dans COVID-19 Peripheral. medRxiv. 2020 ; 2020 :20160101.  ]
[54] Lei Y, Zhang J, Schiavon CR, He M, Chen L, Shen H, et al. La protéine de pointe du SARS-CoV-2 altère la fonction endothéliale via la régulation à la baisse de l'ACE2. Circ Res. 2021 ; 128 :1323–6. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[55] Zhang S, Liu Y, Wang X, Yang L, Li H, Wang Y, et al. Le SRAS-CoV-2 lie l'ACE2 plaquettaire pour améliorer la thrombose dans le COVID-19. J Hematol Oncol. 2020 ; 13 : 120. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[56] PN Zalyubovskaya. Effet biologique des ondes radio millimétriques. Vrachebnoye Delo. 1977; 3 : 116–9.  ]  ]
[57] PN Zalyubovskaya, RI Kiselev. Effets des ondes radio d'une gamme de fréquences millimétriques sur le corps de l'homme et des animaux. Gigiyna I Sanitaria. 1978 ; 8 : 35–9.  ]  ]
[58] Wenzhong L, Li H. COVID-19 attaque la chaîne 1-bêta de l'hémoglobine et capture la porphyrine pour inhiber le métabolisme de l'hème. ChemRxiv. 2020 ; 2020 :26434.  ]
[59] Lippi G, Mattiuzzi C. La valeur de l'hémoglobine peut être diminuée chez les patients atteints d'une maladie grave à coronavirus 2019. Hematol Transfus Cell Ther. 2020 ; 42 : 116–7. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[60] Chen L, Li X, Chen M, Feng Y, Xiong C. L'expression de l'ACE2 dans le cœur humain indique un nouveau mécanisme potentiel de lésion cardiaque chez les patients infectés par le SRAS-CoV-2. Cardiovasc Res. 2020 ; 116 :1097–100. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[61] Algassim, AA, Elghazaly AA, Alnahdi AS, Mohammed-Rahim OM, Alanazi AG, Aldhuwayhi NA, et al. Signification pronostique du niveau d'hémoglobine et de l'anémie hémolytique auto-immune dans l'infection par le SRAS-CoV-2. Anne Hématol. 2021 ; 100 : 37–43. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[62] Ghahramani S, Tabrizi R, Lankarani KB, Kashani SMA, Rezaei S, Zeidi N, et al. Caractéristiques de laboratoire des patients COVID-19 sévères et non sévères dans les populations asiatiques : une revue systématique et une méta-analyse. Eur J Med Res. 2020 ; 25h30 . Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[63] Cheng L, Li HL, Li C, Liu C, Yan S, Chen H, et al. Ferritin in the Coronavirus Disease 2019 (COVIDvirus A Systematic Review and Meta?etaemati. J Clin Lab Anal. 2020; 34 :e23618. Article gratuit PMC ] [  ]  ]
[64] Tobin MJ, Laghi F, Jubran A. Pourquoi l'hypoxémie silencieuse du COVID-19 déconcerte les médecins. Suis J Respir. 2020 ; 202 : 356–60. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[65] Ejigu T, Patel N, Sharma A, Vanjarapu JMR, Nookala V. Packed Red Blood Blood Transfusion as a Potential Treatment Option in COVID-19 Patients with Hypoxemic Respiratory Failure:A Case Report. Cureus. 2020 ; 12 :e8398. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[66] Varga Z, Flammer AJ, Steiger P, Haberecker M, Andermatt R, Zinkernagel AS, et al. Infection des cellules endothéliales et endothéliite dans COVID-19. Lancette. 2020 ; 395 :1417–8. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[67] Betteridge DJ. Qu'est-ce que le stress oxydatif ? Métabolisme. 2000 ; 49 (2 Supplément 1):3–8.  ]  ]
[68] Giamarellos-Bourboulis E, Netea MG, Rovina N, Akinosoglou K, Antoniadou A, Antonakos N, et al. Dérégulation immunitaire complexe chez les patients COVID-19 souffrant d'insuffisance respiratoire sévère. Microbe hôte cellulaire. 2020 ; 27 :992–1000. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[69] Hadjadj J, Yatim N, Barnabei L, Corneau A, Boussier J, Smith N, et al. Altération de l'activité de l'interféron de type 1 et des réponses inflammatoires dans les cas graves de COVID-19. La science. 2020 ; 369 : 718–24. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[70] Dasdag S, Akdag MZ. Le lien entre les radiofréquences émises par les technologies sans fil et le stress oxydatif. J Chem Neuroanat. 2016 ; 75 : 85–93.  ]  ]
[71] Higashi Y, Noma K, Yoshizumi M, Kihara Y. Fonction endothéliale et stress oxydatif dans les maladies cardiovasculaires. Circ J. 2009; 73 : 411–8.  ]  ]
[72] Polonikov A. Déficit endogène en glutathion comme cause la plus probable de manifestations graves et de décès chez les patients COVID-19. ACS Infect Dis. 2020 ; 6 :1558–62. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[73] Guloyan V, Oganesian B, Baghdasaryan N, Yeh C, Singh M, Guilford F, et al. Supplémentation en glutathion comme thérapie d'appoint dans le COVID-19. Antioxydants (Bâle, Suisse) 2020 ; 9 h 914. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[74] Marushchak M, Maksiv K, Krynytska I, Dutchak O, Behosh N. La gravité du stress oxydatif dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) comorbide et l'hypertension : dépend-elle des polymorphismes des gènes ACE et AGT ? J Med Life. 2019 ; 12 : 426–34. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[75] Choromanska B, Mysiliwiec P, Luba M, Wojskowicz P, Mysliwiec H, Choromanska K, et al. L'impact de l'hypertension et du syndrome métabolique sur le stress nitrosatif et le métabolisme du glutathion chez les patients atteints d'obésité morbide. Oxyd Med Cell Longev. 2020 ; 2020 :1057570. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[76] Lutchmansingh FK, Hsu JW, Bennett FI, Badaloo AV, Mcfarlane-Anderson N, Gordon-Strachan GM, et al. Métabolisme du glutathion dans le diabète de type 2 et sa relation avec les complications microvasculaires et la glycémie. PLoS One. 2018 ; 13 :e0198626. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[77] Horowitz RI, Freeman PR, Bruzzese J. Efficacité de la thérapie au glutathion pour soulager la dyspnée associée à la pneumonie COVID-19 : Un rapport de 2 cas. Respir Med. 2020 ; 30 :101063. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[78] Peraica M, Marijanovic AM, Flajs D, Domijan AM, Gajski G, Garaj-Vrhovac G. Stress oxydatif chez les travailleurs exposés au rayonnement micro-ondes. Toxicol Lett. 2008 ; 180 : 38–9.  ]
[79] Garaj-Vrhovac V, Gajski G, Pazanin S, Sarolic A, Domijan D, Flajs D, et al. Évaluation des dommages cytogénétiques et du stress oxydatif chez le personnel exposé professionnellement au rayonnement micro-ondes pulsé des équipements radar marins. Int J Hyg Environ Santé. 2011 ; 214 : 59–65.  ]  ]
[80] Zothansiama Zosangzuali M, Lalramdinpuii M, Jagetia GC. Impact du rayonnement radiofréquence sur les dommages à l'ADN et les antioxydants dans les lymphocytes du sang périphérique des humains résidant à proximité des stations de base de téléphonie mobile. Electromagn Biol Med. 2017 ; 36 : 295–305.  ]  ]
[81] Moustafa YM, Moustafa RM, Belacy A, Abou-El-Ela SH, Ali FM. Effets de l'exposition aiguë aux champs de radiofréquence des téléphones cellulaires sur les activités de peroxyde de lipides plasmatiques et d'anti-oxydase dans les érythrocytes humains. J Pharm Biomed Anal. 2001 ; 26 : 605–8.  ]  ]
[82] Hassan NS, Rafaat BM, Aziz SW. Rôle modulateur de l'extrait de pépins de raisin sur l'hémolyse des érythrocytes et le stress oxydatif induit par le rayonnement micro-ondes chez le rat. Int J Intégr Biol. 2010 ; 10 : 106–11.  ]
[83] Yurekli AI, Ozkan M, Kalkan T, Saybasili H, Tuncel H, Atukeren P, et al. Rayonnement électromagnétique de la station de base GSM et stress oxydatif chez les rats. Electromagn Biol Med. 2006 ; 25 :177–88.  ]  ]
[84] Dasdag S, Bilgin HM, Akdag MZ, Celik H, Aksen F. Effet de l'exposition à long terme du téléphone portable sur les processus oxydatifs-antioxydants et l'oxyde nitrique chez les rats. Biotechnol Biotechnol Equip. 2008 ; 22 :992–7.  ]
[85] Alkis ME, Akdag MZ, Dasdag S. Effets du rayonnement micro-ondes de faible intensité sur les paramètres oxydants-antioxydants et les dommages à l'ADN dans le foie des rats. Bioélectromagnétisme. 2021 ; 42 : 76–85.  ]  ]
[86] Loscalzo J. Stress oxydatif : un déterminant clé de l'athérothrombose. Biochimie Soc Trans. 2003 ; 31 :1059–61.  ]  ]
[87] Tang N, Li D, Wang X, Sun Z. Les paramètres de coagulation anormaux sont associés à un mauvais pronostic chez les patients atteints de pneumonie à nouveau coronavirus. J Thromb Haemost. 2020 ; 18 : 844–7. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[88] Klok FA, Kruip MJ, Van der Meer NJ, Arbous MS, Gommers DA, Kant KM, et al. Incidence des complications thrombotiques chez les patients en soins intensifs gravement malades atteints de COVID-19. Thromb Res. 2020 ; 191 :145–7. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[89] Zaim S, Chong JH, Sankaranarayanan V, Harky A. COVID-19 et réponse multi-organes. Curr Problème Cardiol. 2020 ; 2020 :100618. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[90] Yaghi S, Ishida K, Torres J, Mac Grory B, Raz E, Humbert K, et al. SARS-CoV-2 et accident vasculaire cérébral dans un système de santé de New York. Accident vasculaire cérébral. 2020 ; 51 :2002–11. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[91] Bandara P, Weller S. Maladie cardiovasculaire : Il est temps d'identifier les facteurs de risque environnementaux émergents. Eur J Préc Cardiol. 2017 ; 24 :1819–23.  ]  ]
[92] Esmekaya MA, Ozer C, Seyhan N. Le rayonnement radiofréquence modulé par impulsion de 900 MHz induit un stress oxydatif sur les tissus cardiaques, pulmonaires, testiculaires et hépatiques. Gen Physiol Biophys. 2011 ; 30 : 84–9.  ]  ]
[93] Cao X. COVID-19 : Immunopathologie et ses implications pour la thérapie. Nat Rev Immunol. 2020 ; 20 : 269–70. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[94] Qin C, Zhou L, Hu Z, Zhang S, Yang S, Tao Y, et al. Dérégulation de la réponse immunitaire chez les patients atteints du coronavirus 2019 (COVID-19) à Wuhan, en Chine. Clin Infect Dis. 2020 ; 71 : 762–8. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[95] McRee DI. Recherche soviétique et d'Europe de l'Est sur les effets biologiques du rayonnement micro-ondes. Procédure IEEE. 1980 ; 68 : 84–91.  ]
[96] Baranski S. Effet de l'irradiation chronique par micro-ondes sur le système de formation du sang des cobayes et des lapins. Aerosp Med. 1971; 42 :1196–9.  ]  ]
[97] Nageswari KS, Sarma KR, Rajvanshi VS, Sharan R, Sharma M, Barathwal V, et al. Effet du rayonnement micro-ondes chronique sur l'immunité médiée par les lymphocytes T chez le lapin. Int. 1991; 35 : 92–7.  ]  ]
[98] Adang D, Remacle C, Vander Vorst A. Résultats d'une exposition à long terme aux micro-ondes à faible niveau de rats. IEEE Trans Microw Theory Tech. 2009 ; 57 : 2488–97.  ]
[99] McRee DI, Faith R, McConnell EE, Guy AW. Irradiation à long terme par micro-ondes à 2 450 MHz de lapins : évaluation des effets hématologiques et immunologiques. J Microw Power Electromagn Energy. 1980 ; 15 : 45–52.  ]
[100] Johansson O. Perturbation du système immunitaire par les champs électromagnétiques, une cause potentiellement sous-jacente de la réduction des dommages cellulaires et de la réparation des tissus pouvant entraîner des maladies et des déficiences. Physiopathologie. 2009 ; 16 : 157–77.  ]  ]
[101] Szmigielski S. Réaction du système immunitaire aux expositions RF/MW de bas niveau. Sci Total Environ. 2013 ; 454-455 :393–400.  ]  ]
[102] Zhou F, Ting Y, Du R, Fan G, Liu Y, Liu Z, et al. Évolution clinique et facteurs de risque de mortalité des patients adultes hospitalisés atteints de COVID-19 à Wuhan, en Chine : une étude de cohorte rétrospective. Lancette. 2020 ; 395 :1054–62. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[103] Pyroptose des cellules Yang M., un mécanisme pathogène potentiel de l'infection par le 2019-nCoV. ScienceOuvrir. 2020  ]
[104] Upadhyay J, Tiwari N, Ansari MN. Rôle des marqueurs inflammatoires chez les patients atteints de la maladie à virus Corona (COVID-19) : une revue. Exp Biol Med. 2020 ; 245 :1368–75. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[105] Shandala MG, Rudnev MI, Vinogradov GK, Belonoshko NC, Gontcharova NM. Effets immunologiques et hématologiques des micro-ondes à faible densité de puissance. Dans : Actes du symposium de l'Union internationale des radiosciences sur les effets biologiques des ondes électromagnétiques. 84 Airlie, Virginie ; 1977  ]
[106] Grigoriev YG, Ivanov AA, Lyaginskaya AM, Merkulov AV, Stepanov VS, Shagina NB. Processus auto-immuns après une exposition à long terme à faible niveau aux champs électromagnétiques (résultats expérimentaux) Partie I. Communications mobiles et changements des conditions électromagnétiques pour la population. Nécessité d'une justification supplémentaire des normes d'hygiène existantes. Biophysique. 2010 :551041–5.  ]  ]
[107] Grigoriev YG. Preuve d'effets sur le système immunitaire. Système immunitaire et RF EMF. Bioinitiative Rep. 2012; 8 : 1–24.  ]
[108] Szabo I, Rojavin MA, Rogers, TJ, Ziskin MC. Réactions des kératinocytes à l' exposition aux ondes millimétriques in vitro . Bioélectromagnétisme. 2001 ; 22 : 358–64.  ]  ]
[109] Makar V, Logani M, Szabo I, Ziskin M. Effet des ondes millimétriques sur la suppression induite par le cyclophosphamide des fonctions des cellules T. Bioélectromagnétisme. 2003 ; 24 : 356–65.  ]  ]
[110] Walleczek J. Effets du champ électromagnétique sur les cellules du système immunitaire : le rôle de la signalisation calcique. FASEB J. 1992; 6 : 3177–85.  ]  ]
[111] Panagopoulos DJ, Messini N, Karabarbounis A, Filippetis AL, Margaritis LH. Un mécanisme d'action des champs électriques oscillants sur les cellules. Biochem Biophys Res Commun. 2000 ; 272 : 634–40.  ]  ]
[112] Pall ML. Les champs électromagnétiques agissent via l'activation des canaux calciques voltage-dépendants pour produire des effets bénéfiques ou indésirables. J Cell Mol Med. 2013 ; 17 :958–65. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[113] Chen X, Cao R, Zhong W. Host Calcium Channels and Pumps in Viral Infections. Cellules. 2019 ; 9h94 . Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[114] Solaimanzadeh I. La nifédipine et l'amlodipine sont associées à une mortalité améliorée et à une diminution du risque d'intubation et de ventilation mécanique chez les patients âgés hospitalisés pour COVID-19. Cureus. 2020 ; 12 :e8069. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[115] Straus MR, Bidon M, Tang T, Whittaker GR, Daniel S. Les bloqueurs des canaux calciques approuvés par la FDA inhibent l'infectivité du SRAS-CoV-2 dans les cellules pulmonaires épithéliales. BioRxiv. 2020 ; 2020 :214577.  ]
[116] Sen CK, Roy S, Packer L. Implication du Ca 2+ intracellulaire dans l'activation de NF-κB induite par l'oxydant. FEBS Lett. 1996 ; 385 : 58–62.  ]  ]
[117] Do LA, Anderson J, Mulholland EK, Licciardi PV. Les données des cohortes pédiatriques peuvent-elles résoudre le casse-tête du COVID-19 ? PLoS Pathog. 2020 ; 16 :e1008798. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[118] Atri D, Siddiqi HK, Lang JP, Nauffal V, Morrow DA, Bohula EA. COVID-19 pour le cardiologue : virologie de base, épidémiologie, manifestations cardiaques et stratégies thérapeutiques potentielles. JACC Back Transl Sci. 2020 ; 5 : 518–36. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[119] Dherange P, Lang J, Qian P, Oberfeld B, Sauer WH, Koplan B, et al. Arythmies et COVID-19 : un examen. JACC Clin Electrophysiol. 2020 ; 6 :1193–204. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[120] Colon CM, Barrios JG, Chiles JW, McElwee SK, Russell DW, Maddox WR, et al. Arythmies auriculaires chez les patients COVID-19. JACC Clin Electrophysiol. 2020 ; 6 :1189–90. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[121] Gökmen N, Erdem S, Toker KA, Ocmen E, Ozkure A. Analyse des expositions aux champs électromagnétiques dans une unité de soins intensifs. Turk J Anaesthesiol Reanim. 2016 ; 44 : 236–40. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[122] Sandoval Y, Januzzi JL, Jaffe AS. Troponine cardiaque pour l'évaluation des lésions myocardiques dans le COVID-19. J Am Coll Cardiol. 2020 ; 76 :1244–58. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[123] Dodge CH. Aspects cliniques et hygiéniques de l'exposition aux champs électromagnétiques. Effets biologiques et implications pour la santé du rayonnement micro-ondes. Une revue de la littérature soviétique et d'Europe de l'Est. Dans : Actes du Symposium, Richmond, VA. 1969 17 septembre  ]
[124] Jauchem JR. Exposition aux champs électromagnétiques de fréquence extrêmement basse et aux rayonnements radiofréquence : effets cardiovasculaires chez l'homme. Int Arch Occup Environ Santé. 1997 ; 70 : 9–21.  ]  ]
[125] Noir DR, Heynick LN. Effets des radiofréquences sur les cellules sanguines Fonctions cardiaques, endocriniennes et immunologiques. Bioélectromagnétisme. 2003 ; 6 :S187–95.  ]  ]
[126] Havas M, Marrongelle J, Pollner B, Kelley E, Rees CRG, Tully L. Une étude de provocation utilisant la variabilité de la fréquence cardiaque montre que le rayonnement micro-ondes du téléphone sans fil 2,4 GHz affecte le système nerveux autonome. Bibliothèque Eur J Oncol. 2010 ; 5 : 271–98.  ]
[127] Saili L, Hanini A, Smirani C, Azzouz I, Sakly M, Abdelmelek H, et al. Effets de l'exposition aiguë aux signaux WIFI (2,45 GHz) sur la variabilité cardiaque et la pression artérielle chez les lapins albinos. Environ Toxicol Pharmacol. 2015 ; 40 : 600–5.  ]  ]
[128] Cleary SF. Effets biologiques et implications pour la santé du rayonnement micro-ondes. Une revue de la littérature soviétique et d'Europe de l'Est. In: Symposium Proceedings, Richmond, VA 1969 Sep 17. BRH/DBE Report No. 70-2. 1970  ]
[129] Fiasca F, Minelli M, Maio D, Minelli M, Vergallo I, Necozione S, et al. Associations entre les taux d'incidence du COVID-19 et l'exposition aux PM2,5 et au NO 2 : Une étude observationnelle nationale en Italie. Int J Environ Res Public Health. 2020 ; 17 :9318. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[130] Hoyt JR, Langwig KE, Sun K, Parise KL, Li A, Wang Y, et al. La dynamique des réservoirs environnementaux prédit les schémas d'infection mondiaux et les impacts sur la population pour la maladie fongique White-nose Syndrome. PNAS. 2020 ; 117 : 7255–62. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[131] Commission fédérale des communications (FCC). Lignes directrices pour l'évaluation des effets environnementaux du rayonnement radiofréquence. FCC96-326 ; dossier ET n° 93-62. 1996  ]
[132] Belyaev I, Dean A, Eger H, Hubmann G, Jandrisovits R, Kern M, et al. Directive EUROPAEM EMF 2016 pour la prévention, le diagnostic et le traitement des problèmes de santé et des maladies liés aux CEM. Rev Environ Santé. 2016 ; 31 : 363–97.  ]  ]
[133] Huss A, Egger M, Hug K, Huwiler-Muntener K, Roosli M. Source de financement et résultats d'études sur les effets sur la santé de l'utilisation du téléphone portable : revue systématique des études expérimentales. Perspective de santé environ. 2007 ; 115 : 14. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[134] Panagopoulos DJ. Comparaison des dommages à l'ADN induits par la téléphonie mobile et d'autres types de champs électromagnétiques artificiels. Mutat Res. 2019 ; 781 : 53–62.  ]  ]
[135] Belyaev IY, Shcheglov VS, Alipov ED, Ushalov VD. Effets non thermiques des micro-ondes à très haute fréquence sur la conformation de la chromatine dans les cellules In Vitro Dependence on Physical, Physiological, and Genetic Factors. IEEE Trans Microw Theory Techn. 2000 ; 48 : 2172–9.  ]
[136] Blackman CF, Kinney LS, Houyse DE, Joines WT. Fenêtres à densité de puissance multiple et leur origine possible. Bioélectromagnétisme. 1989; 10 : 115–28.  ]  ]
[137] Panagopoulos DJ, Cammaerts MC, Favre D, Balmori A. Commentaires sur l'impact environnemental des champs de radiofréquence des stations de base de téléphonie mobile. Crit Rev Environ Sci Technol. 2016 ; 46 :885–903.  ]
[138] Kriebel D, Tickne J, Epstein P, Lemons PJ, Levins R, Loechler EL, et al. Le principe de précaution en sciences de l'environnement. Perspective de santé environ. 2001 ; 109 : 871–6. Article PMC gratuit ] [  ]  ]
[139] Tretiakov MY, Koshelev MA, Dorovskikh VV, Makarov DS, Rosenkranz PW. Bande d'oxygène 60 GHz : élargissement précis et fréquences centrales des raies à structure fine, profil d'absorption absolu à la pression atmosphérique et révision des coefficients de mélange. J Mol Spectrosc. 2005 ; 231 : 1–14.  ]
[140] Torgomyan H, Kalantaryan V, Trchounian A. L'irradiation électromagnétique de faible intensité avec des fréquences de 70,6 et 73 GHz affecte la croissance d' Escherichia coli et modifie les propriétés de l'eau. Biochimie Cellulaire Biophys. 2011 ; 60 : 275–81.  ]  ]
[141] Kostoff RN, Heroux P, Aschner M, Tsatsakis A. Effets néfastes sur la santé de la technologie de réseautage mobile 5G dans des conditions réelles. Toxicol Lett. 2020 ; 323 : 35–40.  ]  ]

 

2021 octobre 26 ; (5) : 666–681.
Publié en ligne le 29 septembre 2021.


Preuve d'un lien entre le COVID-19 et l'exposition aux rayonnements radiofréquences des communications sans fil, y compris la 5G

Beverly Rubik, Robert R. Brown

Auteur correspondant : Beverly Rubik College of Integrative Medicine & Health Sciences, Saybrook University, Pasadena CA ; Institute for Frontier Science, Oakland, Californie, États-Unis

Editeur de gestion :

Michel Heger

Département de pharmacie, Université d'Utrecht, Pays-Bas Département de pharmacie, Jiaxing University Medical College, Zhejiang, Chine

Chronologie de l'examen :

Reçu : 10 mars 2021

Décision éditoriale : 12 mai 2021

Révision reçue : 11 juin 2021

Décision éditoriale : 28 juin 2021

Révision reçue : 28 juillet 2021

Décision éditoriale : 03 août 2021

Révision reçue : 25 août 2021

Décision éditoriale : 25 août 2021

Mise en ligne : 29 septembre 2021

1ère décision éditoriale :

11-juin-2021

Réf. : Mme n° JCTRes-D-21-00034

Preuve d'un lien entre le COVID-19 et l'exposition aux rayonnements radiofréquences des télécommunications sans fil, y compris les micro-ondes et les ondes millimétriquesDocument de recherche original Journal of Clinical and Translational Research

Cher Dr Rubik,

Les examinateurs ont maintenant commenté votre article. Vous verrez qu'ils vous conseillent de réviser votre manuscrit. Si vous êtes prêt à entreprendre les travaux requis, il me fera plaisir de reconsidérer ma décision.

Pour votre information, les commentaires des examinateurs sont joints ci-dessous.

Si vous décidez de réviser le travail, veuillez soumettre une liste des modifications ou une réfutation de chaque point soulevé lorsque vous soumettez le manuscrit révisé. Assurez-vous également que la fonction de suivi des modifications est activée lors de la mise en œuvre des révisions. Cela permet aux examinateurs de vérifier rapidement toutes les modifications apportées.

Votre révision est due d'ici le 11 juin 2021.

Pour soumettre une révision, rendez-vous sur https://www.editorialmanager.com/jctres/ et connectez-vous en tant qu'auteur. Vous verrez un élément de menu intitulé Soumission nécessitant une révision. Vous y trouverez votre dossier de soumission.

Cordialement

Michel Heger

Éditeur en chef

Journal de recherche clinique et translationnelle


Commentaires des examinateurs :
 

Examinateur n° 1 :

Commentaires généraux

L'auteur a examiné un problème très important et actuel en mettant en avant la question de savoir si la communication mobile 5G peut contribuer à la pandémie de Covid-19. Pour répondre à cette question l'auteur considère plusieurs effets communs entre les patients Covid et les effets RF. Ces effets sont résumés dans le tableau et décrits dans le texte faisant référence à plus de 250 articles extraits par l'auteur de MEDLINE. Cependant, cette considération présente certaines limites, qui rendent les conclusions de l'auteur plutôt immatures.

Tout d'abord, l'auteur compare les données sur les patients Covid avec les données sur les effets RF, qui ont été obtenues dans des études in vitro, animales et humaines. Dans la mesure où l'auteur n'a examiné qu'environ 250 articles parmi plus de 30 000 articles publiés sur les effets des RF, il semble raisonnable de récupérer à des fins de comparaison principalement des études de RF humaines.

Deuxièmement, il existe un nombre important d'études RF où aucun effet mentionné dans le tableau n'a été observé. L'auteur considère les effets RF en général, indépendamment des dépendances des fréquences, des intensités et d'autres paramètres clés, qui se sont révélés examinateurs pour les effets RF et ont été examinés de manière plus complète dans la monographie du CIRC (CIRC 2013). En effet, l'auteur reconnaît ces dépendances compliquées dans la Discussion. Néanmoins, une déclaration est faite "que le RFR et, en particulier, la 5G, qui implique la densification de la 4G, a exacerbé la pandémie de COVID-19 en affaiblissant l'immunité de l'hôte et en augmentant la virulence du SRAS-CoV-2". Cependant, cette déclaration exigerait la prise en compte des effets RF au niveau des signaux (c'est-à-dire la fréquence, la modulation,…) et les intensités auxquelles les utilisateurs de la 5G sont exposés. En ce qui concerne la 5G,

En conclusion, alors que les effets des RF et les changements observés chez les patients Covid semblent se chevaucher dans certaines conditions d'exposition spécifiques, et étant donné que les effets des RF dépendent du nombre de variables physiques et biologiques, une récupération plus rigoureuse des études RF est nécessaire pour discuter d'éventuelles connexion de l'exposition 5G et de la pandémie de Covid. Sinon, ce lien devrait être considérablement minimisé et le texte devrait être révisé en conséquence.

Commentaire spécifique

L'auteur a fait référence aux lignes directrices de l'ICNIRP 2009, qui sont obsolètes dans la mesure où l'ICNIRP les a récemment mises à jour. Il convient également de préciser que contrairement aux directives thermiques de l'ICNIRP, d'autres organismes internationaux tels que le groupe de travail EMF de l'Académie européenne de médecine environnementale ont suggéré des directives beaucoup plus basses en tenant compte des effets RF non thermiques rapportés dans plusieurs études (Belyaev, Dean et al. 2016).

Belyaev, I., A. Dean, H. Eger, G. Hubmann, R. Jandrisovits, M. Kern, M. Kundi, H. Moshammer, P. Lercher, K. Muller, G. Oberfeld, P. Ohnsorge, P. Pelzmann, C. Scheingraber et R. Thill (2016). "Ligne directrice EUROPAEM EMF 2016 pour la prévention, le diagnostic et le traitement des problèmes de santé et des maladies liés aux CEM." Rev Environ Health 31(3): 363-397.

CIRC (2013). Monographies du CIRC sur l'évaluation des risques cancérigènes pour l'homme. Rayonnement non ionisant, partie 2 : Champs électromagnétiques radiofréquences Lyon, France, IARC Press.
 

Examinateur n° 3 :

Il s'agit d'un article bien documenté, avec des informations précieuses sur les effets néfastes des rayonnements athermiques non ionisants. Cependant, les auteurs doivent affiner leur langage pour clarifier ce qui a été démontré et faire en sorte que les conclusions reflètent pleinement ce que les données ont montré. Par exemple, à la page 9, ils déclarent : "Ces preuves présentées ici ne prétendent pas à un lien de causalité." Pourtant, à la page 10, ils déclarent : "Nous concluons que le RFR et, en particulier, la 5G, qui implique la densification de la 4G, a exacerbé la pandémie de COVID-19 de…..". Plus loin dans le même paragraphe, ils déclarent: "En bref, le rayonnement des communications sans fil est un facteur de stress environnemental omniprésent, et les preuves présentées ici suggèrent qu'il s'agit d'un facteur contributif à la pandémie de COVID-19."

Il me semble qu'ils ont montré le type de relations suivant, comme indiqué à la p.7 : "En résumé, le stress oxydatif est un élément majeur de la physiopathologie du COVID-19 ainsi que des dommages cellulaires causés par l'exposition aux RFR. Des effets similaires sont observés dans les deux cas, qui sont causés par une formation accrue de radicaux libres et une carence en glutathion. De plus, comme indiqué à la p.8 : « En bref, le COVID-19 peut entraîner une dérégulation immunitaire ainsi qu'une tempête de cytokines. En comparaison, l'exposition à un RFR de faible niveau, telle qu'observée dans les études animales, peut également compromettre le système immunitaire, une exposition quotidienne chronique produisant une immunosuppression ou une dérégulation immunitaire, y compris une hyperactivation.

Ils ont montré de manière assez convaincante que la RFR produit un certain nombre d'effets biologiques dommageables, et bon nombre de ces effets biologiques dommageables sont observés chez les patients COVID-19. Cela constitue un lien indirect potentiel entre RFR et COVID-19, et des tests de laboratoire seront nécessaires pour montrer si un lien direct existe. Il me semble que c'est ainsi que leurs résultats doivent être présentés. Les concepts qui sous-tendent la discipline de la découverte liée à la littérature renforceraient les arguments en faveur de ces types de liens. Des changements de formulation mineurs sont tout ce qui est nécessaire pour éliminer toute confusion sur ce qui a été démontré.

De plus, les auteurs doivent affiner leur utilisation du terme COVID-19. C'est une maladie, et ne cause rien, comme le sous-entendent les auteurs. Il est associé à un certain nombre de biomarqueurs anormaux, et cette distinction doit être précisée.


Examinateur n° 
4 :

Ce manuscrit manque totalement de valeur scientifique. L'affirmation « Il s'agit du premier article scientifique documentant un lien entre les RFR émis par les appareils de communication sans fil et le COVID-19 » est tout simplement fausse. Il n'y a tout simplement aucune preuve présentée dans ce manuscrit pour étayer cette conclusion. Le rapport selon lequel il existe des facteurs communs impliqués dans l'infection au COVID et le rayonnement RFR n'indique en aucun cas un lien entre les deux maladies. Le stress oxydatif et le dysfonctionnement du système immunitaire sont caractéristiques de nombreuses maladies. Les changements morphologiques dans les globules rouges avec RFR ne sont pas bien documentés, rapportés uniquement dans un compte rendu de réunion et une publication non évaluée par des pairs. Le calcium est impliqué dans tous les aspects de la physiologie normale et de la maladie. La communauté de facteurs ne prouve rien. Vous déclarez correctement "Cette preuve présentée ici ne prétend pas à un lien de causalité." Dans ce cas, pourquoi gaspiller l'effort d'écrire le manuscrit ?


Examinateur n° 5 :

Commentaire général

Le document a une base réaliste mais nécessite une révision majeure

Commentaires spécifiques 

  1. Page 2, colonne de gauche, dernier paragraphe : fournir les références des informations techniques concernant la 5G

  2. Colonne de droite, 2e ligne, expliquez « activé ».

  3. Le terme « rayonnement sans fil » n'est pas correct. Le rayonnement est toujours sans fil… Passez au rayonnement des communications sans fil, ou au rayonnement RF ou au rayonnement micro-ondes.

  4. Le document de Payeras 2020 n'est pas officiel. Je comprends la difficulté de le publier officiellement, mais je devrais m'y référer avec réserve. De plus, c'est un auteur pas deux je pense. Le lien dans la référence ne fonctionne pas ou il est inactivé. Fournissez un autre lien vers ce document. Réserve similaire pour le manuscrit de Tsiang et Havas qui n'est pas non plus encore publié. D'autres références reliant Covid à la 5G ?

  5. Dernier paragraphe de la colonne de droite, expliquez les « zones de consolidation » et les tomodensitogrammes (expliquez les initiales).

  6. Page 3, à gauche, lignes 33-34 : "antennes de téléphonie mobile, stations de base, Wi-Fi et téléphones portables" corriger "antennes de base de téléphonie mobile, Wi-Fi et téléphones portables", expliquez Wi-Fi.

  7. Colonne de droite, ligne 6, Doit-il être « 100 fois en dessous » ou « plus de 1000 fois en dessous » de 1 mW/cm2 ? Même la littérature occidentale sur les effets biologiques des champs électromagnétiques montre des effets indésirables inférieurs à 1 μW/cm2. Citons par exemple : Magras et Xenos 1997 [RF Radiation-Induced Changes in the Prenatal Development of Mice. Bioelectromagnetics 18:455-461]. Fournissez des références dans ce paragraphe et pour les deux premières phrases du paragraphe suivant (recherche russe)

  8. Lignes 46-48 : « à des densités de puissance non thermiques (< 5 mW/cm2) et avec un accent particulier sur les faibles densités de puissance (<1 mW/cm2) ». Au-dessus de 1 mW/cm2, il peut y avoir des effets thermiques pour les fréquences 1-2 GHz. Il s'agit d'une densité de puissance très élevée. Remplacer par : "à des densités de puissance non thermiques (< 1 mW/cm2)".

  9. Utilisez des titres de catégories identiques dans le texte (pages 5 à 9) et dans le tableau 1.

  10. Expliquez TOUS les noms avec des initiales tout au long du manuscrit lors de la première rencontre (SARS, COVID, Wi-Fi, LTE, ROS, ACE-2, ARDS, ICU, etc.)

  11. Page 5, gauche, premier paragraphe. Rubik 2014 ne ressemble pas à un article évalué par des pairs. Veuillez vous référer uniquement aux publications évaluées par les pairs, en particulier pour les découvertes scientifiques.

  12. Page 7, droite, lignes 3-5. Supprimer la dernière phrase "Des effets similaires sont observés dans les deux cas, qui sont causés par une formation accrue de radicaux libres et une carence en glutathion".

  13. Ligne 11. Expliquez « protéine de pointe ».

  14. Dans les effets sur le système immunitaire, citez et discutez les revues de Szmigielski (2013) [Réaction du système immunitaire aux expositions RF/MW de bas niveau. Science of the Total Environment 454-455 (2013) 393-400], et Johansson 2009 [Perturbation du système immunitaire par des champs électromagnétiques - Une cause potentiellement sous-jacente de dommages cellulaires et de réduction de la réparation tissulaire pouvant entraîner des maladies et des déficiences. Physiopathologie. 16(2-3):157-77].

  15. Page 8, à gauche, lignes 45-49. Pall (2013) a observé que les canaux calciques jouent un rôle majeur dans les effets biologiques des CEM. Une observation très similaire avait été faite bien avant par Walleczek (1992) [Effets des champs électromagnétiques sur les cellules du système immunitaire : Le rôle de la signalisation calcique. FASEB J, 6, 3177-85]. Il s'agissait dans les deux cas d'études de revue, et non de mécanismes. Le mécanisme de déclenchement des canaux ioniques par les CEM est publié par Panagopoulos et al (2002) [Mécanisme d'action des champs électromagnétiques sur les cellules. Biochemical and Biophysical Research Communications, 298(1), 95-102], et se réfère non seulement au calcium mais à tous les canaux cationiques. Veuillez également citer et discuter de ces études.

  16. Même paragraphe « les virus détournent les canaux calciques et augmentent le Ca2+ intracellulaire (Chen et al., 2019) ». Les canaux ioniques sont spécifiques aux ions au moyen du rayon ionique. Ainsi, les canaux calciques ne permettraient pas aux molécules plus grosses de les traverser, comme les virus. Par conséquent, l'affirmation de Chen et al 2019 est probablement impossible. Cela devrait être soigneusement recherché et discuté.

  17. Colonne de droite, ligne 9. Expliquez "deuxième messager"

  18. Page 9, gauche, premier paragraphe. Expliquez "l'instabilité de la plaque".

  19. Lignes 26-27, "Potekhina et al. (1992) ont constaté que certaines fréquences (55 GHz ; 73 GHz) provoquaient une arythmie prononcée ». Il n'y a pas de fréquences GHz physiologiques dans aucun organisme vivant. Toutes les fonctions vivantes sont connectées aux fréquences ELF. Il est donc peu probable que les fréquences GHz aient provoqué ces effets. Au lieu de cela, les effets étaient très probablement induits par les pulsations ELF. De même dans Havas et al (2010). Les études RF doivent indiquer si le champ est pulsé/modulé ou en onde continue. La plupart des expositions RF contiennent des impulsions ELF et/ou une modulation. Cela inclut également la 2G-3G-4G et la 5G. Veuillez rechercher le problème et le réviser en conséquence.

  20. Colonne de droite, lignes 29-31, "Les effets biologiques de l'exposition aux RFR sont généralement non linéaires plutôt que de présenter les effets dose-réponse linéaires familiers des produits biochimiques." Ce n'est pas vrai en général. L'existence sporadique de « fenêtres » ne rend pas tous les effets non linéaires. Les effets dépendant de l'intensité ou du temps d'exposition sont le plus souvent dose-dépendants, voire presque linéaires. Cela devrait être révisé.

  21. Page 10, gauche, lignes 16-17, « Cependant, ces lignes directrices ont été établies en 1996 ». Fournir une référence.


Examinateur n° 6 :

Xu et al ont rapporté qu'en février 2020, le taux de mortalité des cas était beaucoup plus faible dans la province du Zhejiang et que les autres provinces étaient beaucoup plus faibles qu'à Wuhan. (Xiao-Wei Xu, médecin1, Xiao-Xin Wu, médecin1, Xian-Gao Jiang, médecin2, Kai-Jin Xu, médecin1, Ling-Jun Ying, médecin3, Chun-Lian Ma, médecin4, Shi-Bo Li, médecin5, Hua-Ying Wang, médecin6, Sheng Zhang, médecin7, Hai-Nv Gao, professeur8, Ji-Fang Sheng, professeur1, Hong-Liu Cai, médecin1, Yun-Qing Qiu, professeur1, Lan-Juan Li, professeur1. un groupe de patients infectés par le nouveau coronavirus 2019 (SRAS-Cov-2) à l'extérieur de Wuhan, en Chine : série de cas rétrospective. BMJ 2020 ; 368 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.m606).

La citation suivante doit être utilisée avec la citation de Pakhomov et al en ce qui concerne les effets des ondes millimétriques : Betskii OV, Lebedeva NN. 2004 Ondes millimétriques de faible intensité en biologie et en médecine. Dans :, Application clinique de la médecine bioélectromagnétique, Marcel Decker, New York, 2004, pp. 30-61. https://gabrielecripezzi.com/wp-content/uploads/2019/06/d75d92b7fb8f4d13ae5461e26afa62e87e60.pdf

À la p.5, il y a un endroit qui indique (5G RFR) - c'est déroutant puisque la 5G n'est pas une radiofréquence.

L'auteur doit déclarer à plusieurs endroits dans l'article que les résultats suggèrent un lien entre l'exposition aux CEM et la gravité des infections au COVID-19, mais aucun de ces résultats n'est considéré comme la preuve d'un tel lien.

La citation de Sen et al contient une erreur. Il devrait lire NF-kB. et c'est une lettre grecque kappa. Il peut aussi y avoir une erreur dans le texte.

L'autre chose que je suggérerais est que l'auteur fasse une suggestion ou deux sur la façon dont l'incertitude restante ici pourrait être résolue. Je ferais deux suggestions qui pourraient aider:

Il pourrait y avoir une ou plusieurs études pour déterminer si certains patients COVID-19 admis à l'hôpital pourraient être protégés dans une cage de Faraday ou si un auvent blindé pourrait être placé au-dessus du lit. Ceux-ci pourraient réduire les expositions et les hôpitaux sont des environnements à haute EMF tels que des systèmes Wi-Fi à haute puissance, de nombreux appareils de communication sans fil et des milliers d'appareils électroniques, produisant de grandes quantités d'électricité sale. Je sais que les hôpitaux ont des niveaux élevés d'électricité sale, j'en ai moi-même mesuré les niveaux. La question étant de savoir si un tel blindage réduirait les taux de mortalité et/ou raccourcirait les délais de sortie des patients.

Une autre approche consisterait à mesurer les niveaux de champs électromagnétiques dans les environnements domestiques et professionnels en comparant des patients présentant une exposition à des facteurs de risque similaires mais une gravité de la maladie différente.


Examinateur n° 8 :

Cet article se penche sur une facette de CoVid-19 et l'évolution de l'utilisation de la diffusion généralisée de la 5G dans l'environnement, et la relation entre les deux. Cette relation a rarement été étudiée dans la littérature. Cela seul semble rendre cet article relativement significatif. Cela fournit également la preuve que le principe de précaution appellerait une étude plus approfondie avant de poursuivre le déploiement généralisé de tours 5G à travers le monde, ainsi que la libération de satellites qui sont envisagés pour entourer la planète. Bien qu'apporter l'accès à Internet à la population mondiale semble être une bonne chose (en fournissant des informations aux sociétés qui en manquent actuellement), nous devons tenir compte de la loi des conséquences imprévues. Les plans sont que la 5G couvre le monde, ne laissant aucun endroit sans cette nouvelle exposition à ce rayonnement micro-ondes et milli-ondes, et affectant potentiellement toute la vie sur terre, à l'exception des êtres qui vivent dans des abris en plomb ou des cages de Faraday. Sur la base de ce seul document, cela indique la nécessité d'études supplémentaires, avant que cela ne soit largement déployé. Surtout quand nous en apprenons encore sur les effets de la pandémie de CoVid-19 elle-même. La compréhension émergente de la façon dont le CoVid-19 a été lié aux troubles de la coagulation et à l'effet hypoxique sur la fonction pulmonaire de l'absorption et de la libération d'oxygénation, via les globules rouges, ajoute une urgence supplémentaire à la situation. Tout comme les informations sur la création de radicaux libres causant des ravages dans les systèmes biologiques, les problèmes que les RFR de type CoVid ou 5 G peuvent avoir sur le cœur, et en particulier comment l'un ou l'autre peut affecter le système immunitaire, et le journal souligne que cela pourrait rendre beaucoup de maladies plus mortelles. Et tous ces éléments n'ont jamais été pleinement testés ensemble, mais généralement séparément, par des chercheurs impartiaux.

Comme cet article a passé en revue la littérature sur les effets du rayonnement radiofréquence RFR, et compte tenu de la façon dont la plupart des études dans le passé, ont examiné les effets de chauffage de ce rayonnement, puis ont déclaré que si le RFR n'affectait pas le chauffage des tissus biologiques, il était étiqueté comme sûr. Mais comme le montre cet article, il existe de multiples preuves qu'il existe des effets néfastes sur les systèmes tissulaires et leur physiologie, qui n'ont rien à voir avec les effets de chauffage de la RFR. Ces effets haute fréquence à faible puissance ont été rassemblés, examinés et bien documentés dans cet article, sous une forme clairement collectée et tabulaire, ce qui facilite la comparaison de la recherche RFR et des données émergentes sur les effets du virus CoVid-19. Et en documentant la similarité des effets RFR reconnus sur les systèmes biologiques,

Comme le souligne l'article dans la discussion, alors que les liens et les preuves que RFR et CoVid-19 attaquent des systèmes biologiques et des physiologies similaires, l'article n'a pas prouvé la causalité, mais ils ont clairement prouvé le point que d'autres recherches indépendantes sont nécessaires. , etc. Étant donné que le CoVid-19 a montré sa capacité à muter et que de futures pandémies sont prévues, cela pourrait être un « bon côté » de cette pandémie, en ce sens qu'il nous oblige à faire cette recherche avant qu'il ne soit trop tard. Si en effet, tous les systèmes affectés par le CoVid-19 sont également potentiellement affaiblis ou affectés par le RFR comme la prochaine vague de 5G (ou 6G, etc.) qui est prévue pour l'avenir, nous avons une chance de faire la recherche qui est nécessaire pour rendre notre avenir plus sûr, mais ne pas faire cette recherche, et se cacher la tête dans le sable, et ignorer ce document, et ses implications, les générations futures ne verront peut-être pas d'un bon œil notre « ruée vers un Internet plus rapide pour tous ». Au lieu de cela, nous pouvons faire beaucoup plus de dégâts que lorsque les gens pensaient que les montres Radium qui brillent dans le noir étaient "cool" ou qu'il était "cool" d'utiliser les machines à rayons X dans les magasins de chaussures pour voir si vos chaussures s'adaptent aux pieds, en une radiographie en direct qui a montré le squelette de votre pied dans la chaussure, tandis que l'appareil à rayons X était près des gonades. On se demande combien de personnes sont mortes de ces technologies "cool", du cancer ou d'autres maladies, avant que leurs dangers ne soient finalement reconnus et retirés du marché. Comment dit le dicton : "Ceux qui refusent d'apprendre des erreurs du passé sont condamnés à les répéter", mais cette fois-ci peut-être à l'échelle mondiale ? Je recommande donc fortement que cet article soit accepté pour publication, afin qu'il puisse stimuler beaucoup plus de recherche qui doit être faite dans ce domaine.
 

Examinateur n° 9 :

Cher éditeur,

J'ai terminé le processus de révision du manuscrit numéroté "JCTRes-D-21-00034_reviewer". Bien que les idées avancées par les auteurs ne soient pas négligeables, elles sont sujettes à critique. Car aucune étude scientifique ne révèle clairement la relation entre les RFR, notamment la 5G et le SARS-CoV-2. Les auteurs ont essayé de faire une bonne revue, mais les idées qu'ils ont avancées montrent que seuls les RFR et le SARS-CoV-2 ont des effets similaires. Malheureusement, il n'existe aucune donnée scientifique permettant de savoir si ces similitudes créent ou non un effet synergique. Je suggère donc aux auteurs de changer le titre comme "Similarities in the effects of RFRs and SARS-CoV-2: Could there be a synergistic effect?" La décision vous appartient, cher éditeur. En résumé, l'article peut être imprimé, mais le titre est très ambitieux ! D'autre part,

Sincèrement

Recommandation pour le tableau 1 à la page 4 ; Le tableau 1 n'est pas suffisant comme l'affirment les auteurs. Pour cette raison, les auteurs doivent présenter les caractéristiques des RFR et le nom des références. Par conséquent, le tableau devrait être plus informatif pour les lecteurs pour l'évaluation de la situation.

  1. Barlas SB, Adalier N, Dasdag O, Dasdag S, Évaluation du SRAS-CoV-2 dans une perspective biophysique. Biotechnologie et équipement biotechnologique. 35:1, 392-406, 2021. DOI : 10.1080/13102818.2021.1885997

  2. Dasdag S, Akdag MZ, Celik MS (2008), Paramètres bioélectriques des personnes exposées aux radiofréquences sur le lieu de travail et dans les maisons fournies aux travailleurs. Biotechnologie et équipement biotechnologique. 22 : 3 : 859-863.

  3. Alkis ME, Akdag MZ, Dasdag S, Effets du rayonnement micro-ondes de faible intensité sur les paramètres oxydants-antioxydants et les dommages à l'ADN dans le foie des rats. 2020 Bioélectromagnétisme. 42:76—85, 2021. DOI:10.1002/bem.22315

  4. Dasdag S, Balci K, Celik MS, Batun S, Kaplan A, Bolaman Z, Tekes S, Akdag Z (1992), Résultats neurologiques et biochimiques et rapport CD4 / CD8 chez les personnes professionnellement exposées aux RF et aux micro-ondes. Biotechnol. & Biotechnologie. Éq. 6/4, 37 -39.

  5. Yilmaz F, Dasdag S, Akdag MZ, Kilinc N (2008). L'exposition du corps entier aux rayonnements émis par les téléphones mobiles 900 MHz ne semble pas affecter les niveaux de protéine anti-apoptotique BCL-2. Biologie et médecine électromagnétiques. 27 : 1 ; 65-72.

  6. Dasdag S, Akdag MZ, Ulukaya E (2009), Effets de l'exposition au téléphone portable sur les cellules gliales apoptotiques et état du stress oxydatif dans le cerveau du rat. Biologie et médecine électromagnétiques. 28 : 4 ; 342-354.

  7. Dasdag S, Bilgin HM, Akdag MZ, et al. (2008), Effet de l'exposition à long terme du téléphone portable sur le processus oxydatif et antioxydant et l'oxyde nitrique chez les rats. Biotechnologie et équipement biotechnologique. 22 : 4 ; 992-997

  8. Alkis ME, Bilgin HM, Akpolat V, Dasdag S, Yegin K, Yavas MC, Akdag MZ, Effet du rayonnement radiofréquence de 900, 1800 et 2100 MHz sur l'ADN et le stress oxydatif dans le cerveau. Electromagn Biol Med. 38(1): 32-47, 2019.

  9. Akdag M, Dasdag S, Canturk F, Akdag MZ, L'exposition à des champs électromagnétiques non ionisants émis par les téléphones portables a induit des dommages à l'ADN dans les cellules du follicule pileux du conduit auditif humain. Electromagn Biol Med. 2018, 37 (2): 66-75. https://doi.org/10.1080/15368378.2018.1463246

  10. Bektas H, Dasdag S, Effet des radiofréquences émises par les téléphones portables et le Wi-Fi sur la grossesse. Journal de la recherche dentaire et médicale internationale. 10(3): 1084-1095, 2017

  11. Bektas H, Dasdag S, Bektas S, Comparaison des effets du Wi-Fi 2,4 GHz et de l'exposition mobile sur le placenta humain et le sang de cordon. Biotechnologie et équipement biotechnologique. 2020, VOL. 34 (1): 154-162, 2020, https://doi.org/10.1080/13102818.2020.1725639


Examinateur n° 10 :

- Section d'arrière-plan. Page 1, lignes 49-52. « ... qui augmentera considérablement l'exposition de la population aux rayonnements sans fil, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des structures ».

Veuillez citer des preuves (études référencées) soutenant cette hypothèse par des modèles spécifiques et/ou des mesures en temps réel. 

  • - Rubrique Contexte. Page 1. "Au cours de la première vague aux États-Unis, les cas et les décès attribués au COVID-19 étaient plus élevés dans les États dotés d'une infrastructure 5G que dans les États qui ne disposaient pas encore de cette technologie (Tsiang et Havas, manuscrit soumis)". Les données non publiées/non disponibles ne doivent pas être considérées comme des citations.

  • - Tour d'horizon sur le covid-19 (page 2). Compte tenu de l'objectif principal de l'examen, ce paragraphe peut être considérablement raccourci.

  • - Les auteurs devraient mieux décrire les principales caractéristiques techniques des infrastructures 5G (c'est-à-dire petites cellules, MIMO, multifréquences, etc.), en énumérant brièvement les principales différences techniques avec les réseaux radiofréquences précédents.

  • - Tableau 1. Les auteurs doivent indiquer dans le tableau la ou les références les plus pertinentes et spécifiques pour chaque point listé.

  • - Tableau 1. il n'est pas clair si les effets cités ("effets biologiques de l'exposition aux RFR") ont été liés de manière générique aux champs électromagnétiques à haute fréquence ou, plus précisément, aux fréquences 5G.

  • Les auteurs doivent inclure dans les « effets biologiques de l'exposition RFR » énumérés dans ce tableau la fréquence, le niveau (c.-à-d. la densité de puissance) et la période d'exposition liés à chacun des effets cités. Les auteurs doivent également préciser le type d'étude (c.-à-d. étude in vitro, animale ou humaine).

  • - Les auteurs doivent indiquer le niveau moyen d'exposition aux RFR mesuré dans au moins certaines zones géographiques mettant en œuvre l'infrastructure 5G. Une comparaison du niveau d'exposition "réel" avec les niveaux d'exposition RFR générant la majorité des effets biologiques décrits dans l'article est nécessaire.

  • - Plusieurs bioeffets décrits par les auteurs sont générés par des niveaux d'exposition significativement supérieurs à ceux généralement enregistrés en milieu urbain. Les auteurs devraient inclure dans l'article un nouveau tableau listant les bioeffets potentiellement liés au covid-19 et observés en présence de niveaux d'exposition environnementale comparables à ceux enregistrés dans les zones urbaines les plus exposées.

  • - Les auteurs doivent rapporter et commenter les études précédentes, si elles sont disponibles, reliant l'exposition aux RFR à des maladies virales différentes de Covid-19.

  • - Les auteurs discutent des preuves découlant de l'exposition aux téléphones portables pour soutenir les effets possibles de l'exposition environnementale à la 5G. Cependant, l'exposition aux téléphones portables ou à l'infrastructure 5G (c'est-à-dire les stations de base, les antennes MIMO, les appareils, etc.) peut différer considérablement en termes de DAS et n'est pas entièrement comparable.

  • - La majorité des bio-effets décrits par les Auteurs pourraient également être, au moins théoriquement, attribués à une exposition radiofréquence préexistante, en particulier dans les zones géographiques fortement exposées. De plus, à court-moyen terme, dans les zones exposées, le niveau d'exposition aux RFR peut être supposé constant. En revanche, l'incidence, la morbidité et la mortalité du covid-19 ont considérablement varié au cours de la dernière année. L'absence de tendance parallèle devrait limiter l'hypothèse d'un lien direct entre l'exposition à la 5G et les aspects cliniques et épidémiologiques du covid-19.

  • - La majorité des effets biologiques décrits par les Auteurs pourraient également être attribués à d'autres sources de pollution de l'environnement et, en particulier, à la pollution de l'air. L'effet de cela et d'autres facteurs de confusion pertinents dans les zones urbaines caractérisées par une forte densité de population n'est pas discuté par les auteurs.

  • - Selon certaines preuves, les enfants peuvent être particulièrement vulnérables aux effets RFR. Cependant, l'âge pédiatrique semble être le moins impliqué, du moins en termes de manifestation clinique, par la pandémie de covid-19. Comment les auteurs pourraient-ils expliquer ce résultat différent dans différentes classes d'âge également exposées à la RFR ?

  • - Page 9, partie discussion. "Les preuves indiquent que la RFR peut affaiblir l'hôte, exacerber la maladie COVID-19 et ainsi aggraver la pandémie". De l'avis de cet examinateur, les preuves rapportées indiquent uniquement que les mécanismes éventuellement impliqués dans la progression clinique du SRAS-CoV-2 pourraient également être générés, selon les données expérimentales, par l'exposition aux RFR. Cependant, la question de savoir si ces effets biologiques peuvent être présents dans le cas des fréquences et des niveaux d'exposition aux RFR que l'on trouve couramment dans les zones urbaines où les réseaux 5G ont été mis en place fait toujours l'objet d'un débat.

  • - Les points forts et les limites de l'examen effectué par les auteurs doivent être clairement indiqués.


Examinateur n° 11 :

Dans ce travail, les auteurs résument l'état actuel des connaissances sur les effets nocifs des rayonnements radiofréquences (RFR), en mettant l'accent sur ceux qui pourraient éventuellement augmenter la possibilité d'être infecté par le COVID-19.

Cette revue est un bon mélange de publications très récentes (5 dernières années) et de certains articles classiques principalement de l'Union soviétique et des États-Unis, montrant que les connaissances sur les effets nocifs des RFR ont déjà été largement étudiées il y a quelques décennies, ce qui est très important principalement en raison du nombre de théories du complot disponibles sur Internet à propos de la 5G RFR. L'appel à l'évaluation scientifique de ce type d'exposition est plus que justifié. Sinon, nous serons témoins d'une très grande étude de population, qui révélera la vérité dans les temps futurs.

Je n'ai pas de grandes questions plutôt quelques commentaires : 

  • 1) Dans la partie Introduction, les auteurs citent assez peu d'articles de synthèse. Je suggérerais de citer les quelques-uns des meilleurs articles expérimentaux considérant ce type d'effet délétère (par exemple, le stress oxydatif, les dommages à la reproduction), car le nombre de revues considérant le RFR est relativement élevé, mais des études expérimentales réelles qui appuient fortement la conclusion des revues sont parfois difficiles à trouver ou parfois moins concluantes.

  • 2) Les auteurs ont déclaré que le stress oxydatif induit par RFR peut exacerber la gravité de la maladie COVID -19. Je conviens que l'induction du stress oxydatif est l'effet nocif le plus couramment observé après une exposition aux RFR, ciblant principalement les cellules au métabolisme élevé, comme les spermatozoïdes. Mais dans de nombreuses études, l'induction de ROS après exposition n'est pas supérieure à 50% des valeurs témoins et certaines études ont même observé une adaptation au rayonnement avec une augmentation du temps d'exposition au niveau cellulaire.

  • 3) Les auteurs suggèrent que l'introduction de la 5G dans les villes qui ont été très durement touchées par le COVID-19 lors de la première vague pourrait entraîner une augmentation de la mortalité et du nombre de cas. Puisqu'il existe des liens, cela pourrait également s'expliquer par le fait que le nord de l'Italie est la région avec le pourcentage le plus élevé de personnes âgées qui ont souvent d'autres comorbidités comme le diabète et l'hypertension qui augmentent considérablement la probabilité d'un état grave, à côté des précautions dans le L'Italie n'a pas été suffisante, ce qui est plus probablement la cause d'un impact aussi fort du COVID que la 5G. À New York, c'est l'une des villes les plus peuplées du monde et la distanciation sociale n'a pas été établie assez tôt.

  • 4) Un autre argument est que dans la deuxième vague l'Europe centrale (Tchèque, Hongrie, Pologne, Slovaquie) a été très durement touchée par le COVID et que la 5G n'est toujours pas introduite dans ce pays (peut-être seulement les capitales, mais certainement pas les petites villes et villages , qui avait été touché encore plus durement). Je pense donc que dans l'ensemble, la mobilité des personnes, la réunion des familles pendant les vacances et les précautions inappropriées ont un effet beaucoup plus important sur la pandémie que l'exposition aux RFR. Mais par contre je suis d'accord que RFR pourrait ajouter un peu de stress aux individus déjà fragilisés par le COVID.

  • 5) Les auteurs doivent également se concentrer sur le fait que de nombreuses études expérimentales n'ont fourni aucune preuve d'effet nocif des RFR (et toutes ne sont pas financées et commandées par l'industrie). Un autre problème avec les preuves expérimentales d'effets nocifs est la reproductibilité des effets observés et la reproductibilité des études, qui sont souvent réalisées avec des dispositifs douteux, dans des conditions d'exposition non précisément caractérisées.

Malgré ces commentaires, un peu d'article fournit une belle revue des effets de la RFR sur les êtres humains étayée par le nombre d'études évaluées par des pairs et également un aperçu de la maladie COVID-19, qui est très précieux et mérite d'être publié après avoir appliqué certains des commentaires au manuscrit.
 

Examinateur n° 12 (rédacteur en chef) :

DONC CES SUGGESTIONS SONT OBLIGATOIRES POUR RÉPONDRE

  • 1) Veuillez contextualiser le récit aux centres/régions d'épidémie où la 5G n'est pas répandue, comme l'Inde rurale, au-delà de la prémisse que la corrélation n'est pas la causalité. Citez les régions qui ont déployé la 5G mais qui n'ont pas été touchées par la pandémie, et veuillez fournir des explications pour ces exemptions.

  • 2) Quelle est la densité de puissance moyenne (mW/cm2) de la 5G RFR à Wuhan, et comment cela se compare-t-il aux villes qui ont hébergé la 5G mais avec une faible manifestation de COVID-19 ?

  • 3) Votre article est hypothétique, veuillez donc rester dans ce cadre hypothétique tout au long du manuscrit. Des phrases telles que "Ceci est le premier article scientifique documentant un lien entre les RFR émis par les appareils de communication sans fil et le COVID-19" sont injustifiées. Bien que votre article fournisse une argumentation en faveur de cette hypothèse, il n'établit pas de lien (cause-effet) entre la 5G et l'incidence du COVID-19. Veuillez nuancer cette déclaration et d'autres déclarations similaires dans le texte.

  • 4) Veuillez unifier toutes les unités de densité de puissance dans le manuscrit pour vous conformer à l'unité standard utilisée aux États-Unis (mW/cm2). Le texte est incompatible avec la nomenclature, où parfois l'unité est abrégée tandis que dans d'autres cas, l'unité est écrite. Il est conseillé d'abréger systématiquement en mW/cm2. Cela permet aux lecteurs de contextualiser plus facilement les résultats de la recherche avec la norme maintenue pour l'exposition aux RFR.

  • 5) Veuillez inclure un paragraphe dans lequel vous tentez d'introduire des lacunes/défauts dans vos hypothèses. L'un des principaux ingrédients d'un tel paragraphe serait de signaler aux lecteurs que dans de nombreuses études, les densités de puissance utilisées pour étudier les effets biologiques ont dépassé le niveau maximal de 1 mW/cm2. Notez tous les autres aspects de la mise en place et de l'exécution des études expérimentales citées qui s'écartent de la manière dont la 5G RFR est réduite à la pratique à Wuhan et ailleurs. Un tel paragraphe aide à mettre le récit en perspective complète.

Réponse de l'auteur
 

Commentaires des examinateurs :
 

Examinateur n° 1 :

Commentaires généraux

L'auteur a examiné un problème très important et actuel en mettant en avant la question de savoir si la communication mobile 5G peut contribuer à la pandémie de Covid-19. Pour répondre à cette question l'auteur considère plusieurs effets communs entre les patients Covid et les effets RF. Ces effets sont résumés dans le tableau et décrits dans le texte faisant référence à plus de 250 articles extraits par l'auteur de MEDLINE. Cependant, cette considération présente certaines limites, qui rendent les conclusions de l'auteur plutôt immatures.

Tout d'abord, l'auteur compare les données sur les patients Covid avec les données sur les effets RF, qui ont été obtenues dans des études in vitro, animales et humaines. Dans la mesure où l'auteur n'a examiné qu'environ 250 articles parmi plus de 30 000 articles publiés sur les effets des RF, il semble raisonnable de récupérer à des fins de comparaison principalement des études de RF humaines.

Deuxièmement, il existe un nombre important d'études RF où aucun effet mentionné dans le tableau n'a été observé. L'auteur considère les effets RF en général, indépendamment des dépendances des fréquences, des intensités et d'autres paramètres clés, qui se sont révélés examinateurs pour les effets RF et ont été examinés de manière plus complète dans la monographie du CIRC (CIRC 2013). En effet, l'auteur reconnaît ces dépendances compliquées dans la Discussion. Néanmoins, une déclaration est faite "que le RFR et, en particulier, la 5G, qui implique la densification de la 4G, a exacerbé la pandémie de COVID-19 en affaiblissant l'immunité de l'hôte et en augmentant la virulence du SRAS-CoV-2". Cependant, cette déclaration exigerait la prise en compte des effets RF au niveau des signaux (c'est-à-dire la fréquence, la modulation,…) et les intensités auxquelles les utilisateurs de la 5G sont exposés. En ce qui concerne la 5G,

En conclusion, alors que les effets des RF et les changements observés chez les patients Covid semblent se chevaucher dans certaines conditions d'exposition spécifiques, et étant donné que les effets des RF dépendent du nombre de variables physiques et biologiques, une récupération plus rigoureuse des études RF est nécessaire pour discuter d'éventuelles connexion de l'exposition 5G et de la pandémie de Covid. Sinon, ce lien devrait être considérablement minimisé et le texte devrait être révisé en conséquence.

Merci pour vos remarques. En ce qui concerne votre premier point, il est vrai qu'il existe peut-être 30 000 articles scientifiques, voire plus, documentant les effets biologiques des RFR sur les systèmes vivants. En choisissant les études à examiner et à référencer pour notre article, nous avons découvert que les études contrôlées d'exposition aux RFR sur des sujets humains seuls étaient insuffisantes pour cet examen, car la plupart d'entre elles, en anglais, ont été menées en tant qu'études à court terme. Dans cet article, nous nous intéressons principalement aux effets à long terme sur la santé de l'exposition chronique aux RFR. Étant donné qu'il existe très peu d'études à long terme sur les humains, à part les études professionnelles, que nous avons incluses dans notre revue de la littérature, il était essentiel que nous élargissions notre recherche documentaire pour inclure des études contrôlées, principalement à long terme sur des animaux et des cellules .

En ce qui concerne votre deuxième point, il existe en effet un nombre important d'études d'exposition aux RFR où aucun effet observé répertorié dans notre tableau n'a été trouvé. Nous avons souligné dans l'article que la littérature publiée contient non seulement des rapports avec des résultats contradictoires, mais un biais est clairement évident dans la mesure où les études menées ou parrainées par l'industrie ont généralement tendance à conclure à des résultats négatifs, tandis que les études menées par des scientifiques indépendants, en général , ont tendance à découvrir des effets biologiques indésirables. Ce biais a été rapporté dans une revue systématique [Huss, A., M. Egger, K. Hug, K. Huwiler-Muntener, M. Roosli. 2007. Source de financement et résultats d'études sur les effets sur la santé de l'utilisation du téléphone mobile : revue systématique d'études expérimentales. Environmental Health Perspectives, 115 (1) : 14. DOI : 10.1289/ehp.9149]. Nous avions déjà cité et discuté cet article et ses ramifications dans notre section Discussion. C'est à cause de ce biais documenté que nous n'avons pas fait d'effort systématique pour inclure des études négatives dans notre article. Au lieu de cela, nous avons recherché des articles de recherche qui soutenaient notre hypothèse.

Ensuite, l'examinateur n ° 1 a écrit: «L'auteur considère les effets RF en général, indépendamment des dépendances sur les fréquences, les intensités et d'autres paramètres clés, qui se sont révélés examinateurs pour les effets RF et ont été examinés de manière plus complète dans la monographie du CIRC ( CIRC 2013).

Dans le brouillon de notre article que vous avez examiné, nous avons déclaré ce qui suit dans notre section Méthodes concernant notre sélection d'articles à examiner : le spectre du rayonnement des communications sans fil (2G – 5G inclus), avec un accent particulier sur les densités de puissance non thermiques et faibles (< 1 mW/cm 2 ) et les expositions à long terme.

L'examinateur n ° 1 a écrit: "En ce qui concerne la 5G, une description technique des signaux 5G est nécessaire et des études des effets des signaux RF avec des caractéristiques identiques ou similaires doivent être récupérées et examinées."

Comme nous l'avons mentionné ci-dessus, nous avons sélectionné des articles testant l'exposition aux fréquences de 600 MHz à 90 GHz, qui comprennent le spectre de rayonnement des communications sans fil de 2G à 5G, inclus. Nous avons fourni une description plus technique de la 5G à la page 2, comme suit, et avons cité le document technique officiel sur la 5G .

« La 5G est un protocole qui utilisera des bandes hautes fréquences du spectre électromagnétique dans la vaste gamme de radiofréquences de 600 MHz à près de 100 GHz, qui comprend les ondes millimétriques (>20 GHz), en plus de la 3G (troisième génération) actuellement utilisée et Bandes micro-ondes 4G (quatrième génération) à évolution à long terme (LTE). Les attributions de spectre de fréquences 5G diffèrent d'un pays à l'autre. Des faisceaux de rayonnement pulsés focalisés seront émis à partir de nouvelles stations de base et d'antennes à réseau phasé placées à proximité des bâtiments chaque fois que des personnes accéderont au réseau 5G. Ces hautes fréquences étant fortement absorbées par l'atmosphère et notamment en cas de pluie, la portée d'un émetteur est limitée à 300 mètres. La 5G implique donc des stations de base et des antennes beaucoup plus rapprochées que les générations précédentes, plus des satellites en orbite qui émettront des bandes 5G à l'échelle mondiale pour créer un Web mondial sans fil. Le système nécessite une densification importante de la 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G qui peuvent augmenter considérablement l'exposition de la population aux rayonnements des communications sans fil à la fois à l'intérieur des structures et à l'extérieur. En outre, jusqu'à 100 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Le système nécessite une densification importante de la 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G qui peuvent augmenter considérablement l'exposition de la population aux rayonnements des communications sans fil à la fois à l'intérieur des structures et à l'extérieur. En outre, jusqu'à 100 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Le système nécessite une densification importante de la 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G qui peuvent augmenter considérablement l'exposition de la population aux rayonnements des communications sans fil à la fois à l'intérieur des structures et à l'extérieur. En outre, jusqu'à 100 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT).

La norme mondiale de l'industrie pour la 5G est établie par le projet de partenariat de 3e génération (3GPP), qui est un terme générique pour plusieurs organisations développant des protocoles standard pour les télécommunications mobiles. La norme 5G spécifie tous les aspects clés de la technologie, y compris l'attribution du spectre de fréquences, la formation de faisceaux, l'orientation du faisceau, le multiplexage des schémas MIMO (entrées multiples, sorties multiples) pour desservir presque simultanément un grand nombre d'appareils dans une cellule ainsi que des schémas de modulation. parmi beaucoup d'autres. La dernière norme 5G finalisée, la version 16, est codifiée dans le rapport technique TR 21.916 publié par 3GPP et peut être téléchargée à partir du serveur 3GPP à l' adresse https://www.3gpp.org/ftp/Specs/archive/21_series/21.916/ (3GGP , 2020).

Nous avions déjà souligné dans la section Discussion qu'aucune étude de santé ou de sécurité n'a été publiée spécifiquement sur les signaux 5G de la manière dont les gens les ressentiront dans le monde réel : 5 à 10 bandes de fréquences de 5G, ainsi que 5 à 10 fréquences bandes de 4G, qui sont nécessaires au fonctionnement de la 5G. Nous avons inclus une déclaration sur le manque d'études contrôlées sur les effets sur la santé des expositions réelles aux communications sans fil dans notre section Discussion, et nous avons également fortement recommandé que de telles études soient réalisées .

Nous avons "minimisé" nos déclarations sur le lien entre les effets biologiques de l'exposition aux RFR et le COVID-19, comme vous le demandez, tout au long du manuscrit. Nous avons réécrit notre conclusion pour déclarer: «Il existe un chevauchement substantiel en pathobiologie entre l'exposition au COVID-19 et à la RFR. Les preuves présentées ici indiquent que les mécanismes impliqués dans la progression clinique du COVID-19 pourraient également être générés, selon les données expérimentales, par l'exposition aux RFR. Nous proposons un lien entre les effets biologiques indésirables de l'exposition aux RFR des appareils de communication sans fil et le COVID-19.

Commentaire spécifique

L'auteur a fait référence aux lignes directrices de l'ICNIRP 2009, qui sont obsolètes dans la mesure où l'ICNIRP les a récemment mises à jour. Il convient également de préciser que contrairement aux directives thermiques de l'ICNIRP, d'autres organismes internationaux tels que le groupe de travail EMF de l'Académie européenne de médecine environnementale ont suggéré des directives beaucoup plus basses en tenant compte des effets RF non thermiques rapportés dans plusieurs études (Belyaev, Dean et al. 2016).

Belyaev, I., A. Dean, H. Eger, G. Hubmann, R. Jandrisovits, M. Kern, M. Kundi, H. Moshammer, P. Lercher, K. Muller, G. Oberfeld, P. Ohnsorge, P. Pelzmann, C. Scheingraber et R. Thill (2016). "Ligne directrice EUROPAEM EMF 2016 pour la prévention, le diagnostic et le traitement des problèmes de santé et des maladies liés aux CEM." Rev Environ Health 31(3): 363-397.

CIRC (2013). Monographies du CIRC sur l'évaluation des risques cancérigènes pour l'homme. Rayonnement non ionisant, partie 2 : Champs électromagnétiques radiofréquences Lyon, France, IARC Press.

Merci pour ce commentaire utile. Nous apprécions d'apprendre de vous que l'ICNIRP a mis à jour les directives d'exposition RFR en 2020. Nous avons supprimé notre ancienne citation et référence et mis à jour notre citation et référence comme suit :

Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), 2020. Guidelines for Limiting Exposure to Electromagnetic Fields (100 kHz to 300 GHz), Health Physics : mai 2020 – 118(5) : 483-524 .

doi : 10.1097/HP.0000000000001210

Nous sommes également reconnaissants d'apprendre de vous qu'il existe d'autres organismes internationaux qui travaillent à réduire les directives d'exposition. Nous avons ajouté la phrase suivante à la section Discussion de notre article et utilisé la référence (Belyaev, 2016) que vous avez fournie ; merci .

"Récemment, d'autres organismes internationaux tels que le groupe de travail EMF de l'Académie européenne de médecine environnementale ont proposé des lignes directrices beaucoup plus basses, en tenant compte des effets biologiques non thermiques de l'exposition aux RFR signalés dans de multiples sources (Belyaev et al., 2016)."
 

Examinateur n° 3 :

Il s'agit d'un article bien documenté, avec des informations précieuses sur les effets néfastes des rayonnements athermiques non ionisants. Cependant, les auteurs doivent affiner leur langage pour clarifier ce qui a été démontré et faire en sorte que les conclusions reflètent pleinement ce que les données ont montré. Par exemple, à la page 9, ils déclarent : "Ces preuves présentées ici ne prétendent pas à un lien de causalité." Pourtant, à la page 10, ils déclarent : "Nous concluons que le RFR et, en particulier, la 5G, qui implique la densification de la 4G, a exacerbé la pandémie de COVID-19 de…..". Plus loin dans le même paragraphe, ils déclarent: "En bref, le rayonnement des communications sans fil est un facteur de stress environnemental omniprésent, et les preuves présentées ici suggèrent qu'il s'agit d'un facteur contributif à la pandémie de COVID-19."

Nous avons modifié le texte de la page 9 comme suit :

"Cette preuve présentée ici suggère un lien entre l'exposition aux CEM et la gravité de l'infection au COVID-19, mais aucune de ces observations n'est considérée comme la preuve d'un tel lien. Plus précisément, les preuves ne confirment pas la causalité.

De plus, notre section Conclusion a été modifiée comme suit :

« Il existe un chevauchement substantiel en pathobiologie entre l'exposition au COVID-19 et aux RFR. Les preuves présentées ici indiquent que les mécanismes impliqués dans la progression clinique du COVID-19 pourraient également être générés, selon les données expérimentales, par l'exposition aux RFR. Nous proposons un lien entre les effets biologiques indésirables de l'exposition aux RFR des appareils de communication sans fil et le COVID-19.

Il me semble qu'ils ont montré le type de relations suivant, comme indiqué à la p.7 : "En résumé, le stress oxydatif est un élément majeur de la physiopathologie du COVID-19 ainsi que des dommages cellulaires causés par l'exposition aux RFR. Des effets similaires sont observés dans les deux cas, qui sont causés par une formation accrue de radicaux libres et une carence en glutathion. De plus, comme indiqué à la p.8 : « En bref, le COVID-19 peut entraîner une dérégulation immunitaire ainsi qu'une tempête de cytokines. En comparaison, l'exposition à un RFR de faible niveau, telle qu'observée dans les études animales, peut également compromettre le système immunitaire, une exposition quotidienne chronique produisant une immunosuppression ou une dérégulation immunitaire, y compris une hyperactivation.

Ils ont montré de manière assez convaincante que la RFR produit un certain nombre d'effets biologiques dommageables, et bon nombre de ces effets biologiques dommageables sont observés chez les patients COVID-19. Cela constitue un lien indirect potentiel entre RFR et COVID-19, et des tests de laboratoire seront nécessaires pour montrer si un lien direct existe. Il me semble que c'est ainsi que leurs résultats doivent être présentés. Les concepts qui sous-tendent la discipline de la découverte liée à la littérature renforceraient les arguments en faveur de ces types de liens. Des changements de formulation mineurs sont tout ce qui est nécessaire pour éliminer toute confusion sur ce qui a été démontré.

Merci de souligner que la discipline de la découverte liée à la littérature est pertinente pour notre approche. Nous avons ajouté ce qui suit à la section Méthodes :

"Notre approche s'apparente à la découverte liée à la littérature, dans laquelle deux concepts qui n'ont jusqu'à présent pas été liés sont explorés dans des recherches documentaires pour rechercher des liens afin de produire des connaissances nouvelles, intéressantes, plausibles et intelligibles, c'est-à-dire des connaissances potentielles. découverte (Kostoff et al., 2007).

Référence : Kostoff RN, Block JA, Solka JL, Briggs MB, Rushenberg RL, Stump JA, Johnson D, Lyons TJ, Wyatt JR. 2007. Découverte Liée à la Littérature : Une Revue. Rapport au Bureau de la recherche navale, 2007, pp. 1-58. https://ia801006.us.archive.org/4/items/DTIC_ADA473643/DTIC_ADA473643.pdf

De plus, les auteurs doivent affiner leur utilisation du terme COVID-19. C'est une maladie, et ne cause rien, comme le sous-entendent les auteurs. Il est associé à un certain nombre de biomarqueurs anormaux, et cette distinction doit être précisée.
 

Examinateur n° 4 :

Ce manuscrit manque totalement de valeur scientifique. L'affirmation « Il s'agit du premier article scientifique documentant un lien entre les RFR émis par les appareils de communication sans fil et le COVID-19 » est tout simplement fausse. Il n'y a tout simplement aucune preuve présentée dans ce manuscrit pour étayer cette conclusion. Le rapport selon lequel il existe des facteurs communs impliqués dans l'infection au COVID et le rayonnement RFR n'indique en aucun cas un lien entre les deux maladies. Le stress oxydatif et le dysfonctionnement du système immunitaire sont caractéristiques de nombreuses maladies. Les changements morphologiques dans les globules rouges avec RFR ne sont pas bien documentés, rapportés uniquement dans un compte rendu de réunion et une publication non évaluée par des pairs. Le calcium est impliqué dans tous les aspects de la physiologie normale et de la maladie. La communauté de facteurs ne prouve rien. Vous déclarez correctement "Cette preuve présentée ici ne prétend pas à un lien de causalité." Dans ce cas, pourquoi gaspiller l'effort d'écrire le manuscrit ?

L'affirmation selon laquelle cet article « manque totalement de valeur scientifique » est contraire à neuf autres examinateurs de cet article, qui indiquent que l'article traite d'un problème « très important » ; « a une base réaliste » ; et "étudie une relation qui a rarement été étudiée dans la littérature… ce qui rend l'article significatif". Il s'agit d'un échantillon des remarques positives faites par les autres relecteurs, qui ont également fourni des examinateurs constructives que nous avons mises en œuvre pour améliorer l'article .

Nous avons supprimé la phrase de l'article : "Il s'agit du premier article scientifique documentant un lien entre les RFR émis par les appareils de communication sans fil et le COVID-19".

Bien que nous comprenions que vous préféreriez que toutes les références soient évaluées par des pairs, nous aimerions citer certains articles importants qui n'ont pas été évalués par des pairs. En cette période critique de la pandémie, de nombreux manuscrits qui ne sont pas évalués par des pairs sont cités dans des articles de revues professionnelles sur COVID-19 pour aider les experts à apporter des connaissances le plus rapidement possible afin de faciliter la fin de la souffrance et de la mort humaines. Dans ce cas particulier, nous soutenons qu'il convient de citer les travaux sur les changements morphologiques des globules rouges liés à la coagulation sanguine, d'autant plus que le SRAS-CoV-2 et sa protéine de pointe se sont révélés thrombogènes et peuvent se lier directement à Récepteurs ACE2 sur les plaquettes (Zhang et al., 2020). Même lorsqu'elle est isolée, il a été démontré que la protéine de pointe provoque des lésions endothéliales (Lei et al., 2021).

Nous avons modifié le paragraphe sur les changements sanguins associés à l'infection par le SRAS-CoV-2 pour lire comme suit :

« Des dommages endothéliaux peuvent survenir à cause de l'engagement des protéines de pointe avec les récepteurs ACE2 tapissant les vaisseaux sanguins, même lorsqu'ils sont isolés et retirés de son ARN vital (Lei et al., 2021). La formation de rouleaux, en particulier dans le cadre de lésions endothéliales sous-jacentes, peut obstruer la microcirculation, entravant le transport de l'oxygène, contribuant à l'hypoxie et augmentant le risque de thrombose (Wagner et al., 2013) .

La thrombogenèse associée à l'infection par le SRAS-CoV-2 peut également être causée par la liaison directe du virus aux récepteurs ACE2 sur les plaquettes (Zhang et al., 2020).

De plus, cette recherche particulière sur les changements morphologiques des globules rouges dus à l'exposition aux radiations des téléphones portables a été menée par l'un d'entre nous (Rubik) qui a plus de 25 ans d'expérience en microscopie de sang vivant. Ainsi, bien que les changements morphologiques dans les globules rouges ne soient pas aussi bien pris en charge dans cet article que nous le souhaiterions, nous espérons planter des graines pour de futures recherches visant à explorer ce phénomène .

Par conséquent, nous avons modifié le paragraphe comme suit :

"Bien que n'ayant pas fait l'objet d'un examen par les pairs, l'un d'entre nous (Rubik) a étudié l'effet du rayonnement des téléphones portables 4G LTE (évolution à long terme de quatrième génération) sur le sang périphérique de dix sujets humains, chacun ayant été exposé au rayonnement des téléphones portables pendant deux années consécutives. Intervalles de 45 minutes (Rubik, 2014). Deux types d'effets ont été observés : initialement, augmentation de l'adhésivité des globules rouges périphériques avec formation de rouleaux, puis formation d'échinocytes (globules rouges épineux). L'agglutination et l'agrégation des globules rouges sont connues pour être activement impliquées dans la coagulation du sang (Wager et al. , 2013). La prévalence de ces changements sanguins lors de l'exposition aux RFR dans la population humaine n'a pas encore été déterminée. Des études contrôlées plus importantes devraient être réalisées pour étudier plus avant ce phénomène.

Comme nous l'avons écrit dans le manuscrit, selon le CDC, la triade épidémiologique - l'agent (le virus dans ce cas), la santé de l'hôte et l'environnement, est un modèle utile pour expliquer comment un cofacteur environnemental peut contribuer à n'importe quelle maladie. . Nous soulignons que les toxines environnementales en général, et les RFR en particulier, peuvent avoir exacerbé la pandémie et n'ont pas été suffisamment explorées ou traitées. D'après notre connaissance approfondie de la littérature sur les effets néfastes sur la santé du rayonnement des communications sans fil, nous avons vu des similitudes et des liens possibles entre les effets néfastes sur la santé des manifestations RFR et COVID-19 dont nous discutons dans ce manuscrit. Nous sommes certainement d'accord avec vous sur le fait que "le dysfonctionnement du système immunitaire et le stress oxydatif sont des conditions non spécifiques et caractéristiques de nombreuses maladies". Cependant, nous ne pensons pas que cela diminue notre argument selon lequel, parce que ces états pathologiques sont à la fois rencontrés avec le COVID-19 ainsi qu'avec l'exposition chronique aux rayonnements des communications sans fil, il est possible que les effets biologiques liés à l'exposition chronique aux rayonnements des communications sans fil aient exacerbé la maladie COVID-19 [FEMININE. Nous espérons que notre manuscrit facilitera la poursuite des recherches et qu'il encouragera également la prise en compte des facteurs environnementaux et des mesures de santé publique pour aider à atténuer la pandémie et à protéger la santé humaine. il est possible que les effets biologiques liés à l'exposition chronique aux rayonnements des communications sans fil aient exacerbé la maladie COVID-19. Nous espérons que notre manuscrit facilitera la poursuite des recherches et qu'il encouragera également la prise en compte des facteurs environnementaux et des mesures de santé publique pour aider à atténuer la pandémie et à protéger la santé humaine. il est possible que les effets biologiques liés à l'exposition chronique aux rayonnements des communications sans fil aient exacerbé la maladie COVID-19. Nous espérons que notre manuscrit facilitera la poursuite des recherches et qu'il encouragera également la prise en compte des facteurs environnementaux et des mesures de santé publique pour aider à atténuer la pandémie et à protéger la santé humaine..

Examinateur n° 5 :

Commentaire général

Le document a une base réaliste mais nécessite une révision majeure

Commentaires spécifiques

Page 2, colonne de gauche, dernier paragraphe : fournir les références des informations techniques concernant la 5G

Nous avons fourni plus de détails techniques sur la 5G, y compris le document technique officiel spécifiant la 5G comme notre référence (3GPP, 2020). Nous avons réécrit et développé la 5G à la page 2 comme suit :

« La 5G est un protocole qui utilisera des bandes hautes fréquences du spectre électromagnétique dans la vaste gamme de radiofréquences de 600 MHz à près de 100 GHz, qui comprend les ondes millimétriques (>20 GHz), en plus de la 3G (troisième génération) actuellement utilisée et Bandes micro-ondes 4G (quatrième génération) à évolution à long terme (LTE). Les attributions de spectre de fréquences 5G diffèrent d'un pays à l'autre. Des faisceaux de rayonnement pulsés focalisés seront émis à partir de nouvelles stations de base et d'antennes à réseau phasé placées à proximité des bâtiments chaque fois que des personnes accéderont au réseau 5G. Ces hautes fréquences étant fortement absorbées par l'atmosphère et notamment en cas de pluie, la portée d'un émetteur est limitée à 300 mètres. La 5G implique donc des stations de base et des antennes beaucoup plus rapprochées que les générations précédentes, plus des satellites en orbite qui émettront des bandes 5G à l'échelle mondiale pour créer un Web mondial sans fil. Le système nécessite une densification importante de la 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G qui peuvent augmenter considérablement l'exposition de la population aux rayonnements des communications sans fil à la fois à l'intérieur des structures et à l'extérieur. En outre, jusqu'à 100 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Le système nécessite une densification importante de la 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G qui peuvent augmenter considérablement l'exposition de la population aux rayonnements des communications sans fil à la fois à l'intérieur des structures et à l'extérieur. En outre, jusqu'à 100 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Le système nécessite une densification importante de la 4G ainsi que de nouvelles antennes 5G qui peuvent augmenter considérablement l'exposition de la population aux rayonnements des communications sans fil à la fois à l'intérieur des structures et à l'extérieur. En outre, jusqu'à 100 000 satellites émetteurs devraient être lancés en orbite. Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT) Cette infrastructure modifiera considérablement l'environnement électromagnétique mondial à des niveaux sans précédent et pourrait avoir des conséquences inconnues sur l'ensemble de la biosphère, y compris les humains. La nouvelle infrastructure desservira les nouveaux appareils 5G, y compris les téléphones mobiles 5G, les routeurs, les ordinateurs, les tablettes, les véhicules autonomes, les communications de machine à machine et l'Internet des objets (IoT).

La norme mondiale de l'industrie pour la 5G est établie par le projet de partenariat de 3e génération (3GPP), qui est un terme générique pour plusieurs organisations développant des protocoles standard pour les télécommunications mobiles. La norme 5G spécifie tous les aspects clés de la technologie, y compris l'attribution du spectre de fréquences, la formation de faisceaux, l'orientation du faisceau, le multiplexage des schémas MIMO (entrées multiples, sorties multiples) pour desservir presque simultanément un grand nombre d'appareils dans une cellule ainsi que des schémas de modulation. parmi beaucoup d'autres. La dernière norme 5G finalisée, la version 16, est codifiée dans le rapport technique TR 21.916 publié par 3GPP et peut être téléchargée à partir du serveur 3GPP à l' adresse :
https://www.3gpp.org/ftp/Specs/archive/21_series/21.916/
 (3GGP , 2020).

Référence : 3GPP (Third Generation Partnership Project, 2020. Rapport technique TR 21.916, V1.0.0. (2020-12), pages 1-149. https://www.3gpp.org/ftp/Specs/archive/21_series/21.916 /

2. Colonne de droite, 2e ligne, expliquez « activé ».

Le terme "parti en direct" a été clarifié comme suit, merci .

"COVID-19 a commencé à Wuhan, en Chine, en décembre 2019, peu de temps après que la 5G à l'échelle de la ville soit "mise en service", c'est-à-dire devenue un système pleinement opérationnel, le 31 octobre 2019."

3. Le terme « rayonnement sans fil » n'est pas correct. Le rayonnement est toujours sans fil… Passez au rayonnement des communications sans fil, ou au rayonnement RF ou au rayonnement micro-ondes.

Nous l'avons changé tout au long du document et du titre du manuscrit en « rayonnement de communication sans fil », merci .

4. Le document de Payeras 2020 n'est pas officiel. Je comprends la difficulté de le publier officiellement, mais je devrais m'y référer avec réserve. De plus, c'est un auteur pas deux je pense. Le lien dans la référence ne fonctionne pas ou il est inactivé. Fournissez un autre lien vers ce document. Réserve similaire pour le manuscrit de Tsiang et Havas qui n'est pas non plus encore publié. D'autres références reliant Covid à la 5G ?

Nous avons supprimé l'ancien texte et la référence de Payeras (2020) dont le lien ne fonctionne plus. Nous avons trouvé un nouveau lien vers son article mis à jour et élargi mis en ligne ici Bartomeu Payeras i Cifre est en effet un seul auteur comme vous l'indiquez. Nous nous référons maintenant à son article mis à jour et considérablement élargi, qui a également un titre révisé.

Il s'agit d'un document plus complet avec 81 pages par rapport à la version précédente qui était de 21 pages. Bien qu'il ne soit pas « officiel » ni évalué par des pairs, nous préférons l'inclure également, car il est pertinent pour notre thèse. De plus, nous sommes confrontés à une pandémie, et de nombreux chercheurs sur la COVID-19 citent des articles non évalués par des pairs pour présenter des preuves dès qu'elles sont disponibles qui pourraient nous aider à mieux comprendre et/ou à atténuer la pandémie. Nous avons également indiqué dans notre manuscrit révisé que cet article n'est pas évalué par des pairs. De plus, nous avons ajouté une publication évaluée par des pairs de Mordachev (2020). La référence de Tsiang et Havas vient d'être publiée dans une revue à comité de lecture. Cet article analyse et compare l'incidence du COVID-19 ainsi que les taux de mortalité aux États-Unis ainsi que dans les villes américaines avec et sans 5G..

Le texte a été modifié comme suit : « Au cours de la première vague pandémique aux États-Unis, les cas et les décès attribués au COVID-19 étaient statistiquement plus élevés dans les États et les grandes villes dotés d'une infrastructure 5G par rapport aux États et aux villes qui ne disposaient pas encore de cette technologie ( Tsiang et Havas, 2021).

5. Dernier paragraphe de la colonne de droite, expliquez les « zones de consolidation » et les tomodensitogrammes (expliquez les initiales).

Le mot « consolidation » a été supprimé et remplacé par « opacification de l'espace aérien » et les initiales « CT » (tomodensitométrie) ont été expliquées en conséquence, merci .

"Des dommages oxydatifs massifs aux poumons ont été observés dans les zones d'opacification de l'espace aérien documentées sur les radiographies thoraciques et les tomodensitogrammes (TDM) chez les patients atteints de pneumonie COVID-19 (Cecchini et Cecchini, 2020)."

6. Page 3, à gauche, lignes 33-34 : "antennes de téléphonie mobile, stations de base, Wi-Fi et téléphones portables" corriger "antennes de base de téléphonie mobile, Wi-Fi et téléphones portables", expliquez Wi-Fi.

Les termes antennes de téléphone portable, stations de base, Wi-Fi et téléphones portables ont été modifiés en conséquence et le terme Wi-Fi a été expliqué en conséquence, merci. Wi-Fi est un nom de marque, et contrairement à la pensée populaire, cela ne signifie pas «Wireless Fidelity». Au lieu de cela, il fait référence au type de réseau local (LAN) "IEEE 802.11b Direct Sequence" (IEEE est l'Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens). Voici un site qui l' explique en détail : https://www.tanaza.com/tanazaclassic/blog/wi-fi-not-mean-wireless-fidelity/

Voici comment nous avons modifié le texte :

"Les organismes sont des êtres électrochimiques et des RFR de bas niveau provenant d'appareils de communication sans fil, y compris les antennes de base de téléphonie mobile, les protocoles de réseau sans fil utilisés pour la mise en réseau locale d'appareils et l'accès à Internet, sous la marque Wi-Fi (officiellement IEEE 802.11b Direct Sequence, où IEEE (Institute of Electrical and Electronic Engineers) par l'alliance Wi-Fi, et les téléphones portables, entre autres, peuvent perturber la régulation de nombreuses fonctions physiologiques.

7. Colonne de droite, ligne 6, Doit-il être « 100 fois en dessous » ou « plus de 1000 fois en dessous » de 1 mW/cm2 ?

Nous l'avons changé à 1000 fois en dessous de 1 mW/cm 2 .

"La littérature soviétique et d'Europe de l'Est des années 1960-70 démontre des effets biologiques significatifs, même à des niveaux d'exposition plus de 1000 fois inférieurs à 1 mW/cm 2 , la ligne directrice actuelle pour une exposition publique maximale aux États-Unis."

Même la littérature occidentale sur les effets biologiques des champs électromagnétiques montre des effets indésirables inférieurs à 1 μW/cm2. Citons par exemple : Magras et Xenos 1997 [RF Radiation-Induced Changes in the

Développement prénatal des souris. Bioelectromagnetics 18:455-461]. Fournissez des références dans ce paragraphe et pour les deux premières phrases du paragraphe suivant (recherche russe)

Nous avons ajouté ce qui suit au manuscrit dans la section sur l'aperçu des effets sur la santé des RFR, qui comprenait la référence que vous avez fournie (Magras et Xenos, 1997) ainsi que des citations et des références à des rapports d'Adendano et al., 2012 ; Bucher et Eger, 2012 ; Navarro et al., 2003 ; et Hutter et al., 2006 .

« Les effets biologiques néfastes des niveaux d'exposition aux champs électromagnétiques inférieurs à 0,001 mW/cm 2 ont également été documentés dans la littérature occidentale. Des dommages à la viabilité du sperme humain, y compris la fragmentation de l'ADN par des ordinateurs portables connectés à Internet à des densités de puissance de 0,0005 à 0,001 mW/cm 2 ont été signalés (Avendano et al., 2012). L'exposition humaine chronique à 0,000006 à 0,00001 mW/cm2 a produit des changements significatifs dans les hormones de stress humaines suite à l'installation d'une station de base de téléphonie mobile (Bucher et Eger, 2012). Expositions humaines au rayonnement des téléphones portables à 0,00001 – 0,00005 mW/cm 2ont entraîné des plaintes de maux de tête, de problèmes neurologiques, de troubles du sommeil et de concentration, correspondant au « mal des micro-ondes » (Navarro et al., 2003 ; Hutter et al., 2006). Les effets de la RFR sur le développement prénatal chez des souris placées à proximité d'un « parc d'antennes » de téléphonie mobile exposées à des densités de puissance de 0,000168 à 0,001053 mW/cm2 ont montré une diminution progressive du nombre de nouveau-nés et abouti à une infertilité irréversible (Magras et Xenos 1997). Cependant, la plupart des recherches américaines ont été effectuées sur de courtes durées de quelques semaines ou moins. Il y a eu peu d'études à long terme sur des animaux ou des humains.

Nous avons également ajouté ce qui suit au manuscrit sur le paragraphe sur la recherche russe :

« Une grande variété d'effets biologiques résultant de l'exposition à des niveaux non thermiques de RWR ont été signalés par des groupes de recherche soviétiques depuis les années 1960… .

Plusieurs études russes notables sont les suivantes. Des études sur des cultures de bactéries E. coli montrent des fenêtres de densité de puissance pour les effets de résonance des micro-ondes pour une stimulation de la croissance bactérienne à 51,755 GHz, observée à des densités de puissance extrêmement faibles de 10E-13 mW/cm 2 (Belyaev et al., 1996) . Des études russes récentes confirment les résultats antérieurs de groupes de recherche soviétiques sur les effets de 2,45 GHz à 0,5 mW/cm 2 chez le rat (30 jours d'exposition à raison de 7h/jour), avec formation d'anticorps dirigés contre le cerveau (réponse auto-immune) et réactions de stress (Grigoriev et al., 2010). Dans une étude à long terme (1 à 4 ans) sur des enfants qui utilisent des téléphones portables par rapport à un groupe témoin, des changements fonctionnels, y compris une plus grande fatigue, une diminution de l'attention volontaire et un affaiblissement de la mémoire sémantique, entre autres changements psychophysiologiques indésirables, ont été signalés ( Grigoriev, 2012). Les principaux rapports de recherche russes qui sous-tendent la base scientifique des directives d'exposition aux RFR soviétiques et russes pour protéger le public, qui sont beaucoup plus faibles qu'aux États-Unis, ont été résumés (Repacholi et al., 2012).

Ces références sur les articles russes/soviétiques ont été ajoutées au manuscrit :

Y. Belyaev, VS Shcheglov, YD Alipov et VA Polunin, "Effet de résonance des ondes millimétriques dans la plage de puissance de 10(-19) à 3 x 10(-3) W/cm2 sur les cellules d'Escherichia coli à différentes concentrations," Bioélectromagnétique, vol. 17, pages 312-321, 1996 .

Grigoriev, YG, Grigoriev, OA, Ivanov, AA, Lyaginskaya, AM, Merkulov, AV, Shagina, NB, Maltsev, VN, Lévêque, P., Ulanova, AM, Osipov, VA et Shafirkin, AV, 2010. Études de confirmation de Recherche soviétique sur les effets immunologiques des micro-ondes : résultats de l'immunologie russe. Bioélectromagnétique, 31(8), pp.589-602 .

Grigoriev, Y., 2012. Communications mobiles et santé de la population : l'évaluation des risques, les problèmes sociaux et éthiques. L'écologiste, 32(2), pp.193-200 .

Repacholi, M., Grigoriev, Y., Buschmann, J. et Pioli, C., 2012. Base scientifique des normes de radiofréquence soviétiques et russes pour le grand public. Bioélectromagnétique, 33(8), pp.623-633 .

8. Lignes 46-48 : « à des densités de puissance non thermiques (< 5 mW/cm2) et avec un accent particulier sur les faibles densités de puissance (<1 mW/cm2) ». Au-dessus de 1 mW/cm2, il peut y avoir des effets thermiques pour les fréquences 1-2 GHz. Il s'agit d'une densité de puissance très élevée. Remplacer par : "à des densités de puissance non thermiques (< 1 mW/cm2)".

Nous l'avons remplacé par la phrase suivante :

"Cela comprenait la littérature mondiale en anglais et les rapports russes traduits en anglais, sur le RFR de 600 MHz à 90 GHz, le spectre du rayonnement de communication sans fil (2G - 5G inclus), avec un accent particulier sur les densités de puissance non thermiques et faibles (< 1 mW/cm 2 ) et des expositions à long terme.

9. Utilisez des titres de catégorie identiques dans le texte (pages 5-9) et dans le tableau 1.

Conformément à votre demande, nous avons révisé les titres des textes comme suit :

"Effets sur le sang" à "Changements sanguins"

"La réponse immunitaire" à "la perturbation et l'activation du système immunitaire"

"Niveaux de calcium intracellulaire" à "Augmentation du calcium intracellulaire"

« Maladies cardiaques et arythmies » à « Effets cardiaques »

10. Expliquez TOUS les noms avec des initiales tout au long du manuscrit lors de la première rencontre (SARS, COVID, Wi-Fi, LTE, ROS, ACE-2, ARDS, ICU, etc.)

Les noms complets ont été fournis pour tous les acronymes (abréviations) lorsqu'ils apparaissent pour la première fois dans le manuscrit, comme demandé, merci .

11. Page 5, gauche, premier paragraphe. Rubik 2014 ne ressemble pas à un article évalué par des pairs. Veuillez vous référer uniquement aux publications évaluées par les pairs, en particulier pour les découvertes scientifiques.

Bien que nous comprenions que vous préféreriez que toutes les références soient évaluées par des pairs, nous aimerions citer certains articles importants qui n'ont pas été évalués par des pairs. En cette période critique de la pandémie, de nombreux manuscrits qui ne sont pas évalués par des pairs sont cités dans des articles de revues professionnelles sur COVID-19 pour aider les experts à apporter des connaissances le plus rapidement possible afin de faciliter la fin de la souffrance et de la mort humaines. Dans ce cas particulier, nous soutenons qu'il est important de citer cet article sur les changements morphologiques des globules rouges dus au rayonnement des communications sans fil qui se rapportent à la coagulation du sang, d'autant plus que le SRAS-CoV-2 et sa protéine de pointe se sont révélés être thrombogènes [ Grobbelaar, LM, Venter, C., Vlok, M., Ngoepe, M., Laubscher, GJ, Lourens, PJ, Steenkamp, ​​J., Kell, DB et Pretorius, E., 2021. La protéine S1 de la pointe SARS-CoV-2 induit la fibrine (ogen) résistante à la fibrinolyse : Implications pour la formation de microcaillots dans COVID-19. medRxiv.]. De plus, cette recherche particulière sur les changements morphologiques des globules rouges suite à l'exposition aux radiations des téléphones portables a été menée par l'un d'entre nous (Rubik) qui a plus de 25 ans d'expérience en microscopie de sang vivant. Ainsi, bien que les changements morphologiques dans les globules rouges ne soient pas aussi bien pris en charge dans cet article que nous le souhaiterions, nous espérons planter des graines pour de futures recherches afin d'explorer ce phénomène. cette recherche particulière sur les changements morphologiques des globules rouges suite à l'exposition aux radiations des téléphones portables a été menée par l'un d'entre nous (Rubik) qui a plus de 25 ans d'expérience dans la microscopie du sang vivant. Ainsi, bien que les changements morphologiques dans les globules rouges ne soient pas aussi bien pris en charge dans cet article que nous le souhaiterions, nous espérons planter des graines pour de futures recherches afin d'explorer ce phénomène. cette recherche particulière sur les changements morphologiques des globules rouges suite à l'exposition aux radiations des téléphones portables a été menée par l'un d'entre nous (Rubik) qui a plus de 25 ans d'expérience dans la microscopie du sang vivant. Ainsi, bien que les changements morphologiques dans les globules rouges ne soient pas aussi bien pris en charge dans cet article que nous le souhaiterions, nous espérons planter des graines pour de futures recherches afin d'explorer ce phénomène..

Par conséquent, nous avons modifié le paragraphe comme suit :

"L'exposition aux RFR peut provoquer des changements morphologiques dans le sang facilement visibles lors de l'examen microscopique d'échantillons de sang périphérique vivants. En 2013, Havas a observé une agrégation d'érythrocytes, y compris des rouleaux (rouleaux de globules rouges empilés) dans des échantillons de sang périphérique vivants après une exposition humaine de 10 minutes à un téléphone sans fil de 2,4 GHz. Bien que n'ayant pas fait l'objet d'un examen par les pairs, l'un d'entre nous (Rubik) a étudié l'effet du rayonnement des téléphones portables 4G LTE (quatrième génération, évolution à long terme) sur le sang périphérique de dix sujets humains, chacun ayant été exposé au rayonnement des téléphones portables pendant deux intervalles consécutifs de 45 minutes (Rubik, 2014). Deux types d'effets ont été observés : augmentation de l'adhésivité et de l'agglutination des globules rouges avec formation de rouleaux, et formation subséquente d'échinocytes (globules rouges hérissés). L'agglutination et l'agrégation des globules rouges sont connues pour être activement impliquées dans la coagulation du sang (Wagner et al., 2013). La prévalence de ces changements sanguins lors de l'exposition aux RFR dans la population humaine n'a pas encore été déterminée. Des études contrôlées plus importantes devraient être réalisées pour étudier plus avant ce phénomène.

12. Page 7, droite, lignes 3-5. Supprimer la dernière phrase "Des effets similaires sont observés dans les deux cas, qui sont causés par une formation accrue de radicaux libres et une carence en glutathion".

Phrase supprimée comme demandé, merci .

13. Ligne 11. Expliquez « protéine de pointe ».

Explication du terme protéine de pointe fournie en conséquence, comme indiqué ici :

"Une fois que le virus accède à une cellule hôte via l'une de ses protéines de pointe, qui sont les multiples protubérances projetées de l'enveloppe virale qui se lient aux récepteurs ACE-2, il convertit la cellule en une machine à auto-réplication virale."

14. Dans les effets sur le système immunitaire, citez et discutez les revues de Szmigielski (2013) [Réaction du système immunitaire aux expositions RF/MW de bas niveau. Science of the Total Environment 454-455 (2013) 393-400], et Johansson 2009 [Perturbation du système immunitaire par des champs électromagnétiques - Une cause potentiellement sous-jacente de dommages cellulaires et de réduction de la réparation tissulaire pouvant entraîner des maladies et des déficiences. Physiopathologie. 16(2-3):157-77].

Nous apprécions ces références. Nous avons ajouté le paragraphe suivant à la section sur la perturbation et l'activation du système immunitaire, et nous avons ajouté les deux références à la section de référence .

« En 2009, Johansson a effectué une revue de la littérature, qui comprenait le rapport Bioinitiative 2007. Il a conclu que l'exposition aux CEM, y compris les RFR, peut perturber le système immunitaire et provoquer des réactions allergiques et inflammatoires à des niveaux d'exposition nettement inférieurs aux limites de sécurité nationales et internationales actuelles et augmenter le risque de maladie systémique. Une étude menée par Szmigielski en 2013 a conclu que de faibles champs RF/micro-ondes, tels que ceux émis par les téléphones portables, peuvent affecter diverses fonctions immunitaires à la fois in vitro et in vivo. Bien que les effets biologiques aient été quelque peu incohérents, la plupart des études de recherche documentent des altérations du nombre et de l'activité des cellules immunitaires dues à l'exposition aux RF. En général, des expositions à court terme à de faibles rayonnements micro-ondes peuvent temporairement stimuler une réponse immunitaire innée ou adaptative,

15. Page 8, à gauche, lignes 45-49. Pall (2013) a observé que les canaux calciques jouent un rôle majeur dans les effets biologiques des CEM. Une observation très similaire avait été faite bien avant par Walleczek (1992) [Effets des champs électromagnétiques sur les cellules du système immunitaire : Le rôle de la signalisation calcique. FASEB J, 6, 3177-85]. Il s'agissait dans les deux cas d'études de revue, et non de mécanismes. Le mécanisme de déclenchement des canaux ioniques par les CEM est publié par Panagopoulos et al (2002) [Mécanisme d'action des champs électromagnétiques sur les cellules. Biochemical and Biophysical Research Communications, 298(1), 95-102], et se réfère non seulement au calcium mais à tous les canaux cationiques. Veuillez également citer et discuter de ces études.

Merci d'avoir fourni ces références. Le texte suivant a été ajouté :

« En 1992, Walleczek a suggéré pour la première fois que les champs électromagnétiques ELF (extrêmement basse fréquence) (<300 Hz) pourraient affecter la signalisation du Ca 2+ à médiation membranaire et entraîner une augmentation du Ca 2+ intracellulaire . Le déclenchement irrégulier des canaux ioniques de la membrane cellulaire électrosensible par des champs électromagnétiques cohérents, pulsés et oscillants a été présenté pour la première fois par Panagopoulos et al., en 2002. Pall a combiné ces deux observations pour proposer que la RFR à basse fréquence puisse causer une augmentation du Ca 2+ intracellulaire via l'activation des canaux calciques voltage-dépendants (Pall, 2013) .

16. Même paragraphe « les virus détournent les canaux calciques et augmentent le Ca 2+ intracellulaire ( Chen et al., 2019) ». Les canaux ioniques sont spécifiques aux ions au moyen du rayon ionique. Ainsi, les canaux calciques ne permettraient pas aux molécules plus grosses de les traverser, comme les virus. Par conséquent, l'affirmation de Chen et al 2019 est probablement impossible. Cela devrait être soigneusement recherché et discuté.

Merci de le signaler afin que nous puissions clarifier le concept. Comme vous l'avez deviné, les virus ne passent pas par les canaux calciques. Dans le cas de la plupart des virus, y compris le SRAS-CoV-2, le processus d'entrée d'un virus dans une cellule hôte est appelé « endocytose virale », qui implique la liaison initiale de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 au récepteur ACE2 de l'hôte. cellules. Les prochaines étapes impliquent un processus complexe conduisant à la pénétration virale à travers la membrane plasmique de la cellule hôte dans le cytosol [Mercer, J., Schelhaas, M. et Helenius, A. 2010. Virus entry by endocytosis. Revue annuelle de biochimie 79:803-833. https://doi.org/10.1146/annurev-biochem-060208-104626] .

Cependant, contrairement à ce que vous avez écrit, l'affirmation de Chen est confirmée, car suite à l'endocytose et à la prise de contrôle virale de la cellule hôte, certaines protéines virales, qui sont ensuite fabriquées dans la cellule hôte, manipulent les canaux calciques et augmentent le Ca 2+ intracellulaire .

Le texte a été modifié comme suit :

« Il a été rapporté que certains virus peuvent manipuler les canaux calciques voltage-dépendants pour augmenter le Ca 2+ intracellulaire , facilitant ainsi l'entrée et la réplication virales (Chen et al. 2019). La recherche a montré que l'interaction entre un virus et les canaux calciques voltage-dépendants favorise l'entrée du virus à l'étape de fusion virus-cellule hôte. Ensuite, une fois que le virus se lie à son récepteur sur une cellule hôte et pénètre dans la cellule par endocytose, le virus prend le contrôle de la cellule hôte pour fabriquer ses composants. Certaines protéines virales manipulent alors les canaux calciques, augmentant ainsi le Ca 2+ intracellulaire , ce qui facilite la réplication virale.

17. Colonne de droite, ligne 9. Expliquez "deuxième messager"

Le terme "second messager" a été expliqué comme demandé :

"Le Ca 2+ intracellulaire est un second messager omniprésent qui transmet les signaux reçus par les récepteurs de surface cellulaire aux protéines effectrices impliquées dans de nombreux processus biochimiques."

18. Page 9, gauche, premier paragraphe. Expliquez "l'instabilité de la plaque".

Le terme instabilité de la plaque a été expliqué comme demandé .

"L'activation du système immunitaire ainsi que des altérations du système immunitaire peuvent entraîner une instabilité et une vulnérabilité de la plaque athéroscléreuse, c'est-à-dire présenter un risque accru de formation de thrombus et contribuer au développement d'événements coronariens aigus et de maladies cardiovasculaires dans le COVID-19."

19. Lignes 26-27, "Potekhina et al. (1992) ont constaté que certaines fréquences (55 GHz ; 73 GHz) provoquaient une arythmie prononcée ». Il n'y a pas de fréquences GHz physiologiques dans aucun organisme vivant. Toutes les fonctions vivantes sont connectées aux fréquences ELF. Il est donc peu probable que les fréquences GHz aient provoqué ces effets. Au lieu de cela, les effets étaient très probablement induits par les pulsations ELF. De même dans Havas et al (2010). Les études RF doivent indiquer si le champ est pulsé/modulé ou en onde continue. La plupart des expositions RF contiennent des impulsions ELF et/ou une modulation. Cela inclut également la 2G-3G-4G et la 5G. Veuillez rechercher le problème et le réviser en conséquence.

L'eau absorbe largement dans la région spectrale GHz et affiche également des fréquences de résonance GHz. Étant donné que les organismes vivants sont principalement constitués d'eau, ils absorbent également les GHz. Considérez le fait que l'eau absorbe 2,45 GHz, qui est largement utilisé dans les routeurs de communication sans fil et également dans les fours à micro-ondes. L'irradiation aux fréquences de résonance de l'eau, dont il existe plusieurs dans la région spectrale du GHz, peut provoquer des effets biologiques dus à des changements structurels dans la matrice aqueuse des cellules vivantes. Un article a rapporté que le rayonnement électromagnétique de faible intensité de 70,6 et 73 GHz affecte la croissance bactérienne E. coli et modifie les propriétés de l'eau. [Torgomyan H, Kalantaryan V, Trchounian A. Une irradiation électromagnétique de faible intensité avec des fréquences de 70,6 et 73 GHz affecte la croissance d'Escherichia coli et modifie les propriétés de l'eau. 2011. Biochimie et biophysique cellulaires. 60(3):275-81.https://doi.org/10.1007/s12013-010-9150-8 ] On suppose que l'eau affectée par l'absorption du rayonnement GHz affecte l'hydratation des molécules de protéines dans les organismes qui peuvent modifier les taux de réactions biochimiques (Betskii et Lebedeva, 2004 ). Ainsi, le rayonnement GHz à onde continue, en modifiant la structure de l'eau intracellulaire et l'hydratation des protéines, pourrait par la suite modifier la biochimie et la physiologie .

De plus, nous avons pris soin de rapporter la modulation d'impulsion et d'autres paramètres d'onde tels que rapportés dans la littérature. Dans la section où nous décrivons l'étude de Havas (2010), nous admettons qu'il nous manquait initialement la modulation d'impulsions à 100 Hz, mais nous l'avons maintenant ajoutée.

Veuillez également consulter ces deux articles de synthèse, que nous avons cités et référencés dans notre manuscrit, qui résument un nombre important d'effets biologiques des ondes continues ainsi que divers types de rayonnement GHz modulé :

Pakhomov, AG, Y. Akyel, ON Pakhomova, BE Stuck et MR Murphy. 1998. Article de synthèse : état actuel et implications de la recherche sur les effets biologiques des ondes millimétriques. Bioelectromagnetics, 19 : 393-413. DOI:10.1002/(SICI)1521-186X(1998)19:7<393::AID-BEM1>3.0.CO;2-X

Betskii OV et Lebedeva, NN 2004. Ondes millimétriques de faible intensité en biologie et en médecine. Dans : Application clinique de la médecine bioélectromagnétique, Marcel Decker, New York, pp. 30-61. https://gabrielecripezzicom/wp-content/uploads/2019/06/d75d92b7fb8f4d13ae5461e26afa62e87e60.pdf

Merci d'avoir attiré notre attention sur ces références : (Potekhina et al., 1992 ; Havas et al., 2010). Le texte a été modifié comme suit :

"Potekhina et al. (1992) ont constaté que certaines fréquences (55 GHz ; 73 GHz) provoquaient une arythmie prononcée. Bien que la nature de la réponse primaire aux ondes millimétriques et les événements qui en résultent soient mal compris, un rôle possible des structures réceptrices et des voies neuronales dans le développement de l'arythmie induite par les ondes millimétriques continues a été proposé (Pakhomov et al., 1998).

« Havas et al. (2010) ont rapporté que des sujets humains dans une étude contrôlée en double aveugle étaient hyper-réactifs lorsqu'ils étaient exposés à un rayonnement micro-ondes à impulsions numériques de 2,45 GHz (100 Hz), développant soit une arythmie, soit une tachycardie et une régulation à la hausse du système nerveux sympathique, qui est associé à la réponse au stress.

20. Colonne de droite, lignes 29-31, "Les effets biologiques de l'exposition aux RFR sont généralement non linéaires plutôt que de présenter les effets dose-réponse linéaires familiers des produits biochimiques." Ce n'est pas vrai en général. L'existence sporadique de « fenêtres » ne rend pas tous les effets non linéaires. Les effets dépendant de l'intensité ou du temps d'exposition sont le plus souvent dose-dépendants, voire presque linéaires. Cela devrait être révisé.

Merci d'avoir attiré notre attention sur ce sujet. Nous avons révisé le texte comme suit :

« Les effets biologiques RFR dépendent des valeurs spécifiques des paramètres d'onde, notamment la fréquence, la densité de puissance, le temps d'exposition et les caractéristiques de modulation, ainsi que l'historique cumulé de l'exposition. Comme pour les rayonnements ionisants, les effets biologiques de l'exposition aux RFR doivent être subdivisés en effets déterministes, c'est-à-dire dépendants de la dose, et en effets stochastiques apparemment aléatoires. Il est important de noter que les effets biologiques RFR peuvent également impliquer des "fenêtres de réponse" de paramètres spécifiques dans lesquels des champs de niveau extrêmement bas peuvent avoir des effets préjudiciables disproportionnés (Blackman, et al., 1989)."

21. Page 10, gauche, lignes 16-17, « Cependant, ces lignes directrices ont été établies en 1996 ». Fournir une référence.

Nous avons fourni une citation et une référence au document original de la FCC comme suit :

Commission fédérale des communications (FCC), 1996. Lignes directrices pour l'évaluation des effets environnementaux des rayonnements radiofréquences. FCC96-326 ; Dossier ET n° 93-62. 
https://transition.fcc.gov/Bureaus/Engineering_Technology/Orders/1996/fcc96326.pdf
 

Examinateur n° 6 :

Xu et al ont rapporté qu'en février 2020, le taux de mortalité des cas était beaucoup plus faible dans la province du Zhejiang et que les autres provinces étaient beaucoup plus faibles qu'à Wuhan. (Xiao-Wei Xu, médecin1, Xiao-Xin Wu, médecin1, Xian-Gao Jiang, médecin2, Kai-Jin Xu, médecin1, Ling-Jun Ying, médecin3, Chun-Lian Ma, médecin4, Shi-Bo Li, médecin5, Hua-Ying Wang, médecin6, Sheng Zhang, médecin7, Hai-Nv Gao, professeur8, Ji-Fang Sheng, professeur1, Hong-Liu Cai, médecin1, Yun-Qing Qiu, professeur1, Lan-Juan Li, professeur1. un groupe de patients infectés par le nouveau coronavirus 2019 (SRAS-Cov-2) à l'extérieur de Wuhan, en Chine : série de cas rétrospective. BMJ 2020 ; 368 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.m606 ).

Nous avons lu cet article (Xu, 2020), puis nous avons effectué une recherche en ligne pour déterminer si la 5G avait été mise en œuvre dans la province du Zhejiang fin 2019. Nous avons constaté que la province du Zhejiang avait une installation partielle de la 5G en 2019, au moins dans les grandes villes comme Hangzhou, Wenzhou et Ningbo. De plus, seul un petit nombre de cas ont été utilisés dans cette étude rétrospective dont vous avez fourni la référence, ce qui peut ne pas refléter fidèlement le nombre réel de cas et les taux de mortalité dans ces provinces. Pour cette raison, nous maintenons qu'il serait inapproprié pour nous d'utiliser ces résultats ou cette référence dans notre manuscrit. Ainsi, nous n'avons apporté aucune modification à notre article sur la base de ces informations .

La citation suivante doit être utilisée avec la citation de Pakhomov et al en ce qui concerne les effets des ondes millimétriques : Betskii OV, Lebedeva NN. 2004 Ondes millimétriques de faible intensité en biologie et en médecine. Dans : Application clinique de la médecine bioélectromagnétique, Marcel Decker, New York, 2004, pp. 30-61. https://gabrielecripezzi.com/wp-content/uploads/2019/06/d75d92b7fb8f4d13ae5461e26afa62e87e60.pdf

Merci d'avoir fourni cette citation et cette référence supplémentaires. Il a été ajouté en conséquence, comme indiqué ici dans le texte du manuscrit, dans la dernière phrase de la section, Aperçu des effets biologiques de l'exposition aux rayonnements radiofréquences (RFR) :

"Deux revues complètes sur les effets biologiques des ondes millimétriques rapportent que même des expositions à court terme produisent des effets biologiques marqués (Pakhomov et al., 1998 ; Betskii & Lebedeva, 2004)."

À la p.5, il y a un endroit qui indique (5G RFR) - c'est déroutant puisque la 5G n'est pas une radiofréquence.

Merci d'avoir fait ce constat. (5G RFR) a été supprimé de la phrase de la page 5 .

L'auteur doit déclarer à plusieurs endroits dans l'article que les résultats suggèrent un lien entre l'exposition aux CEM et la gravité des infections au COVID-19, mais aucun de ces résultats n'est considéré comme la preuve d'un tel lien.

Merci pour cette recommandation. Nous avons inclus ce texte dans la section Discussion :

« Ces preuves suggèrent que la RFR a peut-être aggravé la pandémie de COVID-19 en affaiblissant l'hôte et en exacerbant la maladie COVID-19. Cependant, aucune des observations discutées ici n'a prouvé ce lien. Plus précisément, les preuves ne confirment pas la causalité.

La citation de Sen et al contient une erreur. Il devrait lire NF-kB. et c'est une lettre grecque kappa. Il peut aussi y avoir une erreur dans le texte.

Ces corrections ont été apportées en conséquence dans le texte manuscrit, le tableau et la référence .

L'autre chose que je suggérerais est que l'auteur fasse une suggestion ou deux sur la façon dont l'incertitude restante ici pourrait être résolue. Je ferais deux suggestions qui pourraient aider:

Il pourrait y avoir une ou plusieurs études pour déterminer si certains patients COVID-19 admis à l'hôpital pourraient être protégés dans une cage de Faraday ou si un auvent blindé pourrait être placé au-dessus du lit. Ceux-ci pourraient réduire les expositions et les hôpitaux sont des environnements à haute EMF tels que des systèmes Wi-Fi à haute puissance, de nombreux appareils de communication sans fil et des milliers d'appareils électroniques, produisant de grandes quantités d'électricité sale. Je sais que les hôpitaux ont des niveaux élevés d'électricité sale, j'en ai moi-même mesuré les niveaux. La question étant de savoir si un tel blindage réduirait les taux de mortalité et/ou raccourcirait les délais de sortie des patients.

Compte tenu de votre proposition d'étude utilisant le blindage RFR des patients COVID-19, nous pensons qu'il est peu pratique et potentiellement dangereux pour les patients, et donc peu susceptible d'être réalisé dans les hôpitaux. Sachez que la surveillance sans fil des patients dans les hôpitaux est désormais routinière, de sorte que la protection des patients ne permettrait pas cette surveillance critique des patients en ligne en temps réel. Il est donc peu probable qu'un comité d'examen institutionnel approuve la mise en place d'un blindage autour d'un patient ou le placement d'un patient dans une cage de Faraday où il ne pourrait pas être facilement surveillé pour tout changement physiologique potentiellement dangereux. Ainsi, nous n'avons pas ajouté cette étude proposée à notre section de discussion du manuscrit .

Une autre approche consisterait à mesurer les niveaux de champs électromagnétiques dans les environnements domestiques et professionnels en comparant des patients présentant une exposition à des facteurs de risque similaires mais une gravité de la maladie différente.

Nous avons maintenant proposé deux études futures dans la section Discussion :

« La question de la causalité pourrait être étudiée dans de futures études. Par exemple, une étude clinique pourrait être menée dans des populations de patients COVID-19 présentant des facteurs de risque similaires, pour mesurer la dose quotidienne de RFR chez les patients COVID-19 et rechercher une corrélation avec la gravité et la progression de la maladie dans le temps. Comme les fréquences des appareils sans fil peuvent différer et que les densités de puissance des RFR fluctuent constamment à un endroit donné, cette étude nécessiterait que les patients portent des dosimètres micro-ondes personnels (badges de surveillance). De plus, des études de laboratoire contrôlées pourraient être menées sur des animaux, par exemple des souris humanisées infectées par le SRAS-CoV-2, dans lesquelles des groupes d'animaux exposés à un RFR minimal (groupe témoin) ainsi qu'à des densités de puissance moyenne et élevée de RFR pourraient être comparés pour la gravité et la progression de la maladie COVID-19.
 

Examinateur n° 8 :

Cet article se penche sur une facette de CoVid-19 et l'évolution de l'utilisation de la diffusion généralisée de la 5G dans l'environnement, et la relation entre les deux. Cette relation a rarement été

étudié dans la littérature. Cela seul semble rendre cet article relativement significatif. Il fournit également la preuve que le principe de précaution appellerait une étude plus approfondie avant de poursuivre la

déploiement généralisé de tours 5G à travers le monde, ainsi que la libération de satellites qui devraient entourer la planète. Alors qu'apporter l'accès à Internet à la population mondiale semble

pour être une bonne chose (en fournissant des informations aux sociétés qui en manquent actuellement), nous devons tenir compte de la loi des conséquences imprévues. Les plans sont que la 5G couvre le monde, ne laissant aucune place

sans cette nouvelle exposition à ce rayonnement micro-ondes et milli-ondes, et affectant potentiellement toute la vie sur terre, à l'exception des êtres qui vivent dans des abris plombés ou des cages de Faraday. Basé

sur ce seul document, cela indique la nécessité d'études supplémentaires, avant que cela ne soit largement déployé. Surtout quand nous en apprenons encore sur les effets de la pandémie de CoVid-19 elle-même. L'émergence

la compréhension de la façon dont le CoVid-19 a été lié aux troubles de la coagulation et à l'effet hypoxique sur la fonction pulmonaire de l'absorption et de la libération d'oxygénation, via les globules rouges, ajoute des éléments supplémentaires

urgence à la situation. Tout comme les informations sur la création de radicaux libres causant des ravages dans les systèmes biologiques, les problèmes que CoVid ou RFR de type 5 G peuvent avoir sur le cœur, et en particulier

comment l'un ou l'autre peut affecter le système immunitaire, et le document souligne que cela pourrait rendre beaucoup de maladies plus mortelles. Et tous ces éléments n'ont jamais été entièrement testés ensemble, mais généralement séparément, par

chercheurs impartiaux.

Comme cet article a passé en revue la littérature sur les effets du rayonnement radiofréquence RFR, et compte tenu de la façon dont la plupart des études dans le passé, ont examiné les effets de chauffage de ce rayonnement, et

a ensuite déclaré que si le RFR n'affectait pas le chauffage des tissus biologiques, il était étiqueté comme sûr. Mais comme le montre cet article, il existe de multiples preuves qu'il existe des effets néfastes sur les systèmes tissulaires et

leur physiologie, qui n'ont rien à voir avec les effets chauffants des RFR. Ces effets haute fréquence à faible puissance ont été rassemblés, examinés et bien documentés dans cet article, d'une manière claire.

forme collectée et tabulaire, ce qui facilite la comparaison de la recherche RFR et des données émergentes sur les effets du virus CoVid-19. Et en documentant la similarité du RFR reconnu

effets sur les systèmes biologiques, alors lorsqu'il est clairement démontré qu'il s'agit d'effets similaires qui sont découverts avec les effets documentés en constante évolution de la pandémie de CoVid-19, l'article

plaide en faveur d'un arrêt nécessaire à ce stade de la pandémie, pour prendre du recul et vraiment enquêter sur la nature et la gravité de ces effets, lorsqu'ils sont combinés, avant de poursuivre RFR 5 G

couvre potentiellement le monde.

Comme le souligne l'article dans la discussion, bien que les liens et les preuves que RFR et CoVid-19 attaquent des systèmes biologiques et des physiologies similaires, l'article n'a pas prouvé

causalité, mais ils ont clairement prouvé que des recherches supplémentaires et indépendantes sont nécessaires, et bientôt. Étant donné que CoVid-19 a montré sa capacité à muter et que de futures pandémies sont prévues,

cela pourrait être un « bon côté » de cette pandémie, en ce sens qu'elle nous oblige à faire cette recherche, avant qu'il ne soit trop tard. Si en effet, tous les systèmes impactés par le CoVid-19 sont aussi potentiellement fragilisés ou

effectué par RFR comme la prochaine vague de 5G (ou 6G, etc.) qui est prévue pour l'avenir, nous avons une chance de faire la recherche qui est nécessaire pour rendre notre avenir plus sûr, mais de ne pas faire cette recherche,

et se cacher la tête dans le sable, et ignorer ce document et ses implications, alors les générations futures pourraient ne pas regarder en arrière avec bonté notre « ruée vers un Internet plus rapide pour tout le monde ». Au lieu de cela, nous pouvons faire

beaucoup plus de dégâts que lorsque les gens pensaient que les montres Radium qui brillent dans le noir étaient "cool" ou qu'il était "cool" d'utiliser les machines à rayons X dans les magasins de chaussures pour voir si vos chaussures s'adaptent aux pieds,

par une radiographie en direct qui a montré le squelette de votre pied dans la chaussure, alors que l'appareil à rayons X était près des gonades. On se demande combien de personnes sont mortes de ces technologies "cool", du cancer ou d'autres

maladies, avant que leurs dangers ne soient enfin reconnus et retirés du marché.

Comment dit le dicton : "Ceux qui refusent d'apprendre des erreurs du passé sont condamnés à les répéter", mais cette fois-ci peut-être à l'échelle mondiale ? Je le recommande donc vivement

que cet article soit accepté pour publication, afin qu'il puisse stimuler beaucoup plus de recherches qui doivent être faites dans ce domaine.

Nous vous remercions pour votre avis, votre soutien et vos encouragements .
 

Examinateur n° 9 :

Cher éditeur,

J'ai terminé le processus de révision du manuscrit numéroté "JCTRes-D-21-00034_reviewer". Bien que les idées avancées par les auteurs ne soient pas négligeables, elles sont sujettes à critique. Car aucune étude scientifique ne révèle clairement la relation entre les RFR, notamment la 5G et le SARS-CoV-2. Les auteurs ont essayé de faire une bonne revue, mais les idées qu'ils ont avancées montrent que seuls les RFR et le SARS-CoV-2 ont des effets similaires. Malheureusement, il n'existe aucune donnée scientifique permettant de savoir si ces similitudes créent ou non un effet synergique. Je suggère donc aux auteurs de changer le titre comme "Similarities in the effects of RFRs and SARS-CoV-2: Could there be a synergistic effect?"

Nous préférons ne pas remplacer le titre par votre titre suggéré, car votre utilisation du mot « synergique » implique un type spécifique de relation qui va au-delà d'une connexion possible. La « synergie » est définie comme l'interaction de deux ou plusieurs agents ou forces de sorte que leur effet combiné soit supérieur à la somme de leurs effets individuels . Nous n'abordons pas la question d'une éventuelle synergie dans cet article. Au lieu de cela, nous étudions simplement l'intersection des effets biologiques de l'exposition aux rayonnements radiofréquences et des manifestations de la COVID-19 .

Cependant, nous avons changé le titre de notre document, éliminant le mot « télécommunications » et le remplaçant par le mot « communications », qui est plus général et inclusif. Notre nouveau titre est "Preuve d'un lien entre le COVID-19 et l'exposition aux rayonnements radiofréquences des communications sans fil, y compris les micro-ondes et les ondes millimétriques". Nous avons également un titre alternatif, si l'éditeur préfère, "Une proposition de connexion entre COVID-19 et l'exposition aux rayonnements radiofréquences des communications sans fil, y compris les micro-ondes et les ondes millimétriques".

La décision vous appartient, cher éditeur. En résumé, l'article peut être imprimé, mais le titre est très ambitieux ! D'autre part, je suggère aux auteurs de lire les articles ci-dessous pour trouver quelques pistes pour le sujet du manuscrit.

Sincèrement

Recommandation pour le tableau 1 à la page 4 ; Le tableau 1 n'est pas suffisant comme l'affirment les auteurs. Pour cette raison, les auteurs doivent présenter les caractéristiques des RFR et le nom des références. Par conséquent, le tableau devrait être plus informatif pour les lecteurs pour l'évaluation de la situation.

Merci pour cette liste de références impressionnante, que nous avons enquêtée .

Notre tableau était censé n'être qu'un résumé visuel pour le lecteur, et non une liste complète avec des détails et des références. Cependant, nous avons modifié les sous-titres sur les effets biologiques dans le texte pour réitérer les sous-titres du tableau. De cette manière, le lecteur est renvoyé à des sections particulières du texte pour obtenir des détails concernant les paramètres d'exposition aux RFR et les citations de la littérature. Nous avons également ajouté une phrase à la légende du tableau indiquant comment le lecteur peut trouver ces informations complémentaires comme suit :